France

Le livre qui a tout compris aux problèmes de la France (et a les solutions)

Eric Leser, mis à jour le 25.04.2017 à 12 h 12

Il faut impérativement apporter des réponses à la moitié du pays qui rejette le «système».

Kiev / Sasha Maksymenko via Flickr CC License By

Kiev / Sasha Maksymenko via Flickr CC License By

Le résultat du premier tour de la présidentielle traduit une grande défiance à l’égard des partis politiques traditionnels, qui représentent à peine un quart des suffrages, des institutions et des élites. En dépit du soulagement avec l'arrivée en tête d'Emmanuel Macron, le message est le même en France que celui de l’élection de Donald Trump aux Etats-Unis et le succès du oui au référendum sur le Brexit au Royaume-Uni. C’est le rejet par une part presque majoritaire de la population d’un «système» jugé injuste et oppresseur. Car il n’apporte plus de croissance, plus d’opportunités et plus de perspectives.

«On ne fait rien pour nous…» est le cri des électeurs de Marine Le Pen comme de Jean-Luc Mélenchon. Ils représentent, si on additionne leurs voix et on y ajoute celles qui se sont portées vers Nicolas Dupont-Aignan, Philippe Poutou, Nathalie Arthaud, François Asselineau et Jacques Cheminade près de 50% des suffrages exprimés!

Le problème, c’est que le Front National comme la France Insoumise apportent de mauvaises réponses à de bonnes questions. Ils considèrent que la France ne doit pas être libérée de carcans et de dysfonctionnements institutionnels et sociaux, mais protégée des immigrés, du capitalisme, de l’Europe, de l’euro, du marché, du parti de l’étranger...  Cela revient de fait à freiner plus encore le processus de destruction/création et l’ascenseur social qui, seuls, permettent la croissance et offrent les opportunités que réclame une partie importante de la population.

Tout dépend des institutions

Le diagnostic et les solutions se trouvent dans un livre publié il y a déjà cinq ans aux Etats-Unis par l’économiste du MIT, Daron Acemoglu, et le spécialiste de sciences politiques de l'Université de Chicago, James A. Robinson: Why Nations Fail (Pourquoi les nations échouent). Ils alimentent également un blog du même nom.

Leur thèse originale est que la différence primordiale entre les pays qui réussissent et ceux qui échouent n’est pas géographique, culturelle ou même historique. Elle tient avant tout aux institutions et à la façon dont elles agissent. Les nations réussissent quand leurs institutions politiques et économiques centralisées sont «inclusives». C’est-à-dire quand elles fonctionnent dans l’intérêt du plus grand nombre en apportant justement de la croissance, des opportunités, des perspectives. Comme le disait Deng Xiaoping, «il y a une classe moyenne quand il y a de l’espoir». En revanche, les nations échouent quand leurs institutions sont ou deviennent «extractives». C’est-à-dire quand de façon délibérée ou par impuissance elles concentrent le pouvoir et les opportunités aux mains d’un petit nombre et quand elles privilégient leur logique de fonctionnement au détriment de l’intérêt général.

Des institutions inclusives qui deviennent extractives, cela peut résumer la crise de la société française et même des sociétés occidentales. Les inégalités réelles ou perçues, le sentiment de déclassement, d’exclusion, la «corruption» des élites, les discriminations géographiques, le retour de la lutte des classes, le rejet d’institutions supranationales perçues comme illégitimes, tout cela décrit le climat de la campagne électorale que nous venons de vivre.

«Les incitations à innover, à investir, à éduquer sont cruciales. Les institutions forment le cadre de ces incitations. Elles créent un environnement dans lequel tout le monde peut jouer selon les mêmes règles et sur lequel les gens peuvent construire», explique Daron Acemoglu. Si les chances ne sont pas égales et si le jeu est faussé d’avance, la société est bloquée.

Pouvoir reprendre son destin en main

La clé vient de la liberté, de la responsabilité, de la possibilité donnée aux personnes de prendre leur destin en main. Il suffit de comparer les résultats depuis la chute du communisme des pays qui ont choisi la liberté comme la Pologne, la République tchèque, la Hongrie… avec ceux qui sont restés post-soviétiques comme la Géorgie, l’Ouzbékistan ou la Biélorussie. On peut multiplier ce type d’exemples: Israël et les pays arabes, le Kurdistan et le reste de l’Irak, la Corée du sud et la Corée du nord, le Mexique et les Etats-Unis.

Un système qui encourage les initiatives, émancipe, responsabilise grâce à des institutions inclusives, est en fait une anomalie de l’histoire. Il est apparu un peu par hasard il y a trois siècles au Royaume-Uni parce qu’une monarchie «faible» a accepté d’abandonner une partie de son pouvoir et de faire le pari de la liberté économique et politique.

Toutes les nations qui ont réussi à mettre en place ce système et à le faire perdurer ont prospéré. Que ce soit en Europe, en Asie et en Amérique. Il a permis à une part considérable de l’humanité d’échapper à la misère crasse et à l’ignorance. Mais il semble aujourd’hui grippé dans les pays même qui l’ont créé et l’ont promu.

Bien sûr, les régimes autoritaires sont capables d’engendrer de la croissance, notamment en introduisant une certaine dose de liberté économique. Mais pour les auteurs de Why Nations Fail, cette croissance n’est pas durable. A un moment donné, elle devient trop déstabilisante pour le pouvoir politique car elle menace les situations acquises, les monopoles, les rentes. Ils sont ainsi pessimistes sur l’avenir de la Chine.

«Les institutions économiques inclusives protègent les droits de propriété, garantissent l’égalité des chances, encouragent l’investissement dans les nouvelles technologies et les nouveaux savoirs… Une croissance économique durable requiert de l’innovation et l’innovation ne peut pas être découplée du processus de destruction créative qui remplace le vieux par du neuf dans le domaine économique et déstabilise ainsi les relations de pouvoir établies dans le domaine politique», écrivent-ils. Et la raison pour laquelle le niveau de vie des êtres humains ne s’est pas amélioré entre le néolithique et la révolution industrielle, c’est par peur du processus de destruction/création, par crainte de tout changement économique et technique.

Contre les privilèges et pour la liberté

Quand une société n’est pas capable ou n’est plus capable de remplacer le vieux par le neuf, elle se bloque. C’est le cas de la société française aujourd’hui. Elle est minée par la nostalgie et la peur de l’avenir. Elle n’offre plus suffisamment de perspectives et d’opportunités à une partie de sa population et notamment la plus jeune. C’est ce que disent confusément près de la moitié des électeurs qui se sont exprimés ce dimanche 23 avril 2017. Cela signifie qu’il faut changer le fonctionnement des institutions pour qu’elles redeviennent inclusives, qu’elles œuvrent à nouveau dans l’intérêt général et pas dans le leur ou dans celui d’intérêts particuliers et catégoriels.

Pour  les auteurs de Why Nations Fail, il n’y a qu’une seule solution, il faut que les institutions et ceux qui les dirigent soient véritablement comptables et responsables. Qu’elles encouragent les personnes et la société à prendre des initiatives plutôt que les contraindre. Ils sont, par exemple, favorables à l’Union Européenne, mais considèrent que sa structure politique, une bureaucratie qui fonctionne du haut vers le bas, est un problème. Ceux qui ont le pouvoir ne rendent jamais de comptes.

Acemoglu et Robinson sont à leur façon radicaux. Ils considèrent qu’il n’existe pas de processus naturel qui conduise à la croissance, la prospérité et qui incite les pouvoirs à devenir inclusifs. C’est seulement quand l’élite est suffisamment intelligente ou se sent suffisamment menacée qu’elle considère dans son propre intérêt de céder une partie de son pouvoir.

Pour eux, les fondations de la prospérité, c’est le combat politique contre les privilèges de tous ordres et pour la liberté. Un beau programme.

Eric Leser
Eric Leser (66 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte