FranceMonde

Le soutien de Trump à Le Pen n'est sûrement pas un cadeau pour elle

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 22.04.2017 à 9 h 09

Repéré sur Associated Press, Slate.com

Peu populaire en France, le président américain n'est pas un allié particulièrement utile pour la candidate du Front national.

Donald Trump au département du Trésor le 21 avril 2017 à Washington | JIM WATSON/AFP.

Donald Trump au département du Trésor le 21 avril 2017 à Washington | JIM WATSON/AFP.

Un jour après l'attentat qui a fait un mort le 20 avril à Paris, le président Donald Trump a déclaré à l'agence Associated Press que Marine Le Pen était «la plus ferme sur les frontières et la plus ferme sur les événements récents en France».

«Quiconque est le plus ferme sur le terrorisme islamique radical et quiconque est le plus ferme sur les frontières, aura un bon score à l'élection», a dit le président américain dans une interview à la Maison-Blanche.

Il a aussi précisé que ses compliments ne revenaient pas à une déclaration officielle de soutien. Mais, étant donné que Trump s'est toujours décrit lui-même comme le plus strict sur les frontières et l'islamisme radical, il s'agissait bien de souligner les points communs entre Le Pen et lui.

Après la publication de l'interview, de nombreux journalistes américains se sont demandés si ce soutien du président américain était une bonne nouvelle pour Marine Le Pen, surtout que la popularité de Trump en France est faible. Selon un sondage de l'année dernière, 85% des Français ne lui faisaient pas confiance pour gérer les affaires du monde. 

D'autre part, les premiers mois de la présidence Trump ont montré qu'il avait beaucoup de mal à tenir ses promesses populistes. Et au niveau de la politique étrangère, Le Pen est de plus en plus en désaccord avec le président américain, notamment au sujet du bombardement américain en Syrie et du revirement pro-OTAN de Trump.

«Le soutien de Trump pour Le Pen aura probablement un effet négatif pour elle, car il est très mal vu en France. Regardez ce qui est arrivé à Wilders en Hollande», écrit le journaliste du Wall Street Journal Yaroslav Trofimov.

Même point de vue chez Miriam Elder de Buzzfeed:

«Le soutien de Trump pour Le Pen donnerait probablement un coup de pouce à ses rivaux.»

Plusieurs journalistes en ont appelé au supposé anti-américanisme des Français, en expliquant en gros que si Trump recommande Le Pen, un Français digne de ce nom doit justement faire preuve d'indépendance et voter pour quelqu'un d'autre.

«Peuple de France: puisque vous adorez faire ce que des Américains comme Donald Trump vous demandent de faire, alors vous allez tous voter Le Pen, hein?» demande ironiquement le journaliste Kurt Andersen.

Ou encore, ici:

«Eh la France, Donald Trump vient d'apporter son soutien à Le Pen. C'est un signe clair non?»

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte