Economie

Quête de sens, reconversion: Exercez-vous un métier à la con?

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 12.05.2017 à 11 h 17

En ce jour de fête du travail, voici un petit test pour vérifier que le votre a encore un sens.

Dans la torpeur de l'été 2013, un article publié dans un magazine britannique de gauche radicale, Strike!, va connaître un succès fulgurant. Son thème: les «bullshit jobs», ou «métiers à la con». L'auteur, l'anthropologue David Graeber, lance un coup de gueule contre ces «emplois qui sont, par définition, inutiles.» «Des troupes entières de gens, en Europe et en Amérique du Nord particulièrement, affirme-t-il, passent leur vie professionnelle à effectuer des tâches qu’ils savent sans réelle utilité. Les nuisances morales et spirituelles qui accompagnent cette situation sont profondes. C’est une cicatrice qui balafre notre âme collective. Et pourtant, personne n’en parle.»

Le moins qu'on puisse dire est que depuis, on en a parlé. Les «métiers à la con» sont entrés dans le langage courant et plus personne ne se sent à l'abri de la crise de sens qui naît des évolutions qui touchent le monde du travail. Les raisons qui expliquent la propagation de ce sentiment de vide existentiel dans les bureaux sont variées: citons la tertiarisation de l'économie, la division internationale des tâches entre pays de production et pays de conception et de services supérieurs, l'instabilité économique dans une période de crises à répétition, le court-termisme actionnarial, le management et ses modes qui s'enchaînent comme des régimes dans les pages des magazines, sans compter la «disruption» et la numérisation de nos vies de bureau qui, si elles améliorent certains aspects, ajoutent souvent une couche d'abstraction supplémentaire.

Cette situation a donné lieu à de nouvelles aspirations, en particuliera au sein de la jeunesse diplômée, dont une portion croissante rejette le modèle proposé, d'autant que les boulots à la con constituent de moins en moins un rempart efficace au déclassement social. Face à cette menace de passer à côté de sa vie profesionnelle, certains profils qui se destinaient à travailler derrière un ordinateur dans le marketing, la finance, le numérique, les ressources humaines ou le conseil, optent pour un changement radical de carrière et réinventent à leur façon des métiers traditionnels ou qui étaient il y a peu réservés à des travailleurs peu diplômés: petit commerce alimentaire, restauration et artisanat en tête.

Voici un petit test pour vous aider à mieux vous situer sur l'échelle des «métiers à la con». Il est tiré de La révolte des premiers de la classe de Jean-Laurent Cassely (Arkhê Éditions), un essai consacré à cette frustration générationnelle et aux moyens d'en sortir, à paraître le 12 mai prochain.

Faites le test «Exercez-vous un job à la con?» ci-dessous

 

 

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (982 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte