Monde

Un lien entre comportement violent et pleine lune

Temps de lecture : 2 min

Les comportements violents sont plus fréquents les soirs de pleine lune, selon une récente étude australienne. Des chercheurs ont examiné 91 cas de patients tellement violent qu'ils ont dû être mis sous calmants ou physiquement retenus dans un hôpital de Newastle, dans l'Etat du New South Wales.

Parmi ces 91 cas observés au cours d'une année, 21 (soit 23%) ont eu lieu un soir de pleine lune. En revanche, les cas où la sécurité a été appelée pour des problèmes moins graves ne présentent pas la même corrélation avec le cycle de la lune. Le travail souligne donc un lien avec la pleine lune seulement pour les problèmes de comportements sévères, alors que la plupart des travaux précédents se concentraient sur des patients moins violents.

Selon les auteurs, une explication possible pour ce lien serait qu'il y a plus de chances pour que les gens prennent des drogues ou de l'alcool un soir de pleine lune, ce qui expliquerait une augmentation dans le nombre de violences ou de délires.

[Lire l'article complet sur theaustralian.com.au]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Capture d'écran de theaustralian.com.au

Slate.fr

Newsletters

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Des journalistes de The Atlantic estiment que plus de 350 journalistes ont perdu leur emploi en partie en raison des statistiques données par Facebook.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Bébé royal, légalisation du cannabis au Canada et «meurtre de masse» en Crimée... La semaine du 14 octobre en images. 

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Pourtant, le Premier ministre Justin Trudeau s'était engagé à résoudre ce problème qui mine les réserves des Premières Nations depuis des années.

Newsletters