Tech & internet / Culture

Le vrai concurrent de Netflix? Votre sommeil

Temps de lecture : 2 min

C'est ce qu'explique le patron de la plateforme vidéo.

En économie, il y a les entreprises classiques dont les concurrents sont d'autres entreprises du même secteur et les marchés rivaux. Et puis il y a la Silicon Valley. L’un des nouveaux géants du secteur, le service de vidéo en ligne Netflix, a offert une illustration de cette propension à voir son activité comme une dimension fondamentale de l'existence plutôt qu’un simpe divertissement connecté.

Au lieu de citer les activités de proches concurrents que sont YouTube, le producteur de séries HBO, Amazon Video ou encore les chaînes de télévision classiques, le cofondateur et CEO de Netflix Reed Hastings a récemment affirmé que son entreprise était en concurrence avec... le sommeil.

Temps de cerveau disponible

«Quand vous regardez une série sur Netflix et que vous en devenez accro, vous veillez tard le soir. À la marge, nous sommes en concurrence avec le sommeil. Et ça fait donc beaucoup de temps.» Pour le PDG de Netflix, ces concurrents producteurs de vidéo peuvent donc continuer à remporter des succès, ils ne représentent qu'une goutte d'eau dans l'océan qui représente le marché sur lequel ils se débattent, une vaste plage de temps inexplorée à grignoter à coup de séries addictives.

En 2004, le PDG du groupe TF1 Patrick Le Lay avait marqué les esprits en affirmant que le métier de sa chaîne de télé consistait à vendre «du temps de cerveau disponible» à Coca Cola et autres grands annonceurs publicitaires, provoquant des sueurs froides. Cette fois, c'est le cerveau en sommeil qui est la cible des offres de divertissement. Signe que le capitalisme s'est bel et bien lancé, comme l'avait prophétisé un professeur d'histoire américain dans un livre, à l'assaut du sommeil?

Newsletters

Cinquante-deux ans plus tard, IBM présente ses excuses pour avoir licencié une femme trans

Cinquante-deux ans plus tard, IBM présente ses excuses pour avoir licencié une femme trans

En août 1968, l'ingénieure en informatique Lynn Conway était virée en dépit de son travail prometteur et reconnu.

Nos métiers, quand internet et le télétravail n'existaient pas

Nos métiers, quand internet et le télétravail n'existaient pas

Avec la généralisation du télétravail, on oublie encore un peu plus à quoi ressemblaient nos métiers avant internet.

Facebook certifie supprimer 95% des discours de haine avant qu’ils ne soient visibles

Facebook certifie supprimer 95% des discours de haine avant qu’ils ne soient visibles

L'entreprise s'est beaucoup améliorée pour empêcher la haine de se manifester. Mais les modérateurs sont mécontents d'être poussés à retourner au bureau.

Newsletters