Culture

Plaidoyer pour la culture tabloïds

Temps de lecture : 2 min

Ces gens connus parce qu'ils sont célèbres, ou l'inverse, qui ne sont ni acteurs ni chanteurs, ni artistes quelconques, qui sont souvent fils-de, fille-de, ou petit(e)-ami(e) de, ces stars qui s'étalent dans les tabloïds, les Paris Hilton et Nicole Ricci, sont souvent honnis.

«Être une célébrité est devenu une insulte», souligne Newsweek dans son plaidoyer pour la culture tabloïds. Mais il n'est pas nécessairement légitime de voir les choses ainsi. «Il y a une perspective moins désuète de percevoir la célébrité», où celle-ci serait plus qu'un ramassis de scandales relayés par les médias.

C'est en réalité une nouvelle forme d'art en soi, concurrente—voire parfois victorieuse— de formes plus traditionnelles de divertissement, comme les films, les livres, les pièces de théâtre ou émissions télévisées, et qui réalise, à sa manière, nombre des fonctions remplies par les plus vieux médias à leur heure de gloire: elle nous distrait, nous sensibilise à la condition humaine, créé un fond d'expérience commune autour de laquelle une communauté nationale peut se retrouver. Je soutiens même que la célébrité est la nouvelle grande forme d'art du XXIème siècle.

[Lire l'article complet sur Newsweek]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Image de Une: Paris Hilton sur wikipedia. CC

Newsletters

Cannes Jour 6: protéger et transformer

Cannes Jour 6: protéger et transformer

Deux initiatives annoncées ce week-end travaillent à associer le cinéma aux nécessaires modifications face à des fléaux très actuels, la montée en puissance des formes les plus brutales de censure et la domination de représentations qui contribuent à la destruction de la planète.

Cannes jour 5: un âne mène le bal des modestes

Cannes jour 5: un âne mène le bal des modestes

«Eo», «L'Envol», «Les Harkis», «Un beau matin», «Goutte d'or», «Yamabuki»: nombre des plus beaux films découverts en ce début de Festival ont en commun de jouer les jeux de la fiction, souvent de la fable ou du conte, parfois de l'histoire collective ou personnelle, sans s'appuyer sur les surenchères des effets de spectaculaire.

«Top Gun Maverick»: «Top Gun», mais en bien

«Top Gun Maverick»: «Top Gun», mais en bien

Trente-six ans après la sortie du film originel, Joseph Kosinski réalise un nouveau divertissement qui surpasse en tous points le premier.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio