France

Vous aimez Mélenchon? Lisez-le vraiment

Eric Le Boucher, mis à jour le 19.04.2017 à 14 h 46

Il faut lire et analyser le programme du candidat de la «France insoumise».

Jean-Luc Melenchon à Dijon lors d'un meeting de campagne, le 18 avril 2017 |
PHILIPPE DESMAZES / AFP

Jean-Luc Melenchon à Dijon lors d'un meeting de campagne, le 18 avril 2017 | PHILIPPE DESMAZES / AFP

Voilà des semaines que je regarde la montée de Jean-Luc Mélenchon dans les sondages et que je tourne en rond à la recherche d’arguments pour conjurer les (é)lecteurs de s’en détourner. Les attaques contre lui ne portent pas ou pire, elles se retournent en boomerang.

Dire par exemple qu’il tient exactement le même discours populiste que Marine Le Pen–«le peuple contre l’élite», ou plutôt«le peuple contre l'oligarchie»– ne trouble pas une seconde ses afficionados. Que les mesures économiques qu’il propose sont encore plus fortes que celles du parti communiste avant 1981 (en % de PIB), non plus. Pointer qu’il est devenu très ambigu sur l’immigration, ce qui est étrange pour un candidat d’extrême-gauche, ne marque pas. Son projet d’adhésion à l’ALBA, l’alliance bolivarienne d’Amérique latine alors qu’il veut «sortir des traités européens» est quand même un peu fort de café colombien, mais ses amis en rient. Son attirance pour les Chavez ne lui porte pas tort. Le PIB du Venezuela s’est effondré de 19% en 2016 et la chute devrait être de 6% en 2017, mais personne dans ses rangs ne doute que le modèle reste une inspiration.

Ses adversaires ne peuvent être sérieux

Les faits, les chiffres, les arguments: rien ne semble pouvoir refroidir l’attirance pour le tribun. Du fond et de la forme, nous avons à faire à un bloc de cohérence incassable. Sur son blog, le candidat le ferme très intelligemment à triple tour en «retournant» toutes les critiques:

 «Beaucoup de nervosité s’est manifestée chez mes concurrents et chez plusieurs de ces commentateurs inamovibles une nouvelle fois pris à revers parce qu’ils n’avaient rien vu venir et parce qu’ils ne comprennent toujours rien à ce qui se passe. De nouveau on annonce avec ma victoire électorale l’arrivée de l’hiver nucléaire, des pluies de grenouilles, les chars de l’Armée Rouge et le débarquement des Vénézuéliens. C’est souvent si trivial que je crois pouvoir en attendre l’effet exactement inverse: aucune personne sérieuse ne peut accorder de l’importance à de telles divagations.»

Le sérieux est mis de son côté. Ce sont les adversaires qui ne le sont pas.

«Qu’une commentatrice puisse dire que mon projet “c’est l’URSS des années 50” est tellement frappant! Naturellement elle-même n’y croit pas. Mais alors comment fait-elle pour penser que d’autres puissent être assez stupides pour le croire? (…) Cruel réveil des paresseux qui n’ont pas fait leur travail! Ainsi, il y a une façon de me critiquer qui valide totalement ma critique de ce petit monde! Elle donne tout son sens à ce cri qui monte dorénavant dans mes meetings: “dégagez-les!”».

CQFD.

Alors oui, j’en suis. Commentateur inamovible (ah si cela pouvait être vrai!), je me sens «à dégager». Je n’avais rien vu venir en tout cas pas l’effondrement de Benoît Hamon à ce point. Que les Frondeurs qui ont saboté le quinquennat de François Hollande n’aient rien à proposer de valide, je le savais. Leur PS «gauche de la gauche» est creux comme un vieux tronc et, en bonne logique, les électeurs préfèrent l’original Mélenchon à la copie Hamon. Mais à ce point, le PS à seulement 8%! Non je ne l’avais pas anticipé. L’époque va toujours plus vite qu’on croit.

Comprendre ce qu'il se passe

Alors? Alors je vois le talent du tribun pour esquiver les critiques, avec un bel  humour. J’enregistre qu’on lui attribue du bagage, de la culture politique (encore que son parcours du trotskisme à Mitterrand puis au communisme puis au chavezisme est bien sinueux). J’écoute quand on dit qu’il est «cultivé» ( le niveau a baissé). J’admire comme il a su devenir une «bête de scène», comme on le dit de Johnny.

Plus sérieusement, j’ai compris, je crois, ce qui se passe. La colère des classes moyennes, les angoisses du déclassement, le capitalisme systémiquement inégalitaire, la faiblesse des politiques actuelles en faveur des perdants de la mondialisation, certaines sottises de l’Europe. J’ai compris surtout que la France a un chômage honteux dont elle n’arrive pas à se défaire, contrairement à d’autres pays européens comme notre voisin allemand. Beaucoup de nos problèmes sont d’origine française. Mais soit, d’autres dépassent la France: le réchauffement, l’écologie, la marchandisation d’une part mais aussi les rudesses d’une époque individualiste et la perte des solidarités d’hier. Tout cela fait l’objet d’une vaste littérature.

Il faudrait en vérité, beaucoup nuancer le portait noir fait des temps actuels. La mondialisation a sorti plus d’un milliard de personnes de la pauvreté extrême, quand on a l’âme internationaliste, cet essor est très positif. Quant à la France, son État social souffre plus de son inadéquation à la période que des atteintes portées par le capitalisme ultra-libéral: les dépenses publiques à 57% du PIB prouvent que la question est celle de leur qualité et pas d’un volume toujours insuffisant.

Mais soit, il faut le dire en clair, le monde ne va pas bien. Il faut faire quelque chose. «Les nouvelles générations, comme les autres avant elles, vibrent du même désir d'avoir une vie digne de leurs espérances», écrit Jean-Luc Mélenchon. Qui n’est pas d’accord?

Mélenchon comble des désirs

Il est permis de rêver. Au premier tour d’une présidentielle on peut vouloir montrer son «engagement politique» pour ce monde meilleur que l’on souhaite. On peut aussi vouloir sanctionner. La mauvaise qualité de la classe politique française rend attirant le coup de balai. Jean-Luc Mélenchon comble ces deux désirs. L’homme est un peu vieux, cabossé comme il faut, rusé comme un singe. Il y a en sa faveur un côté vintage, nostalgique des belles luttes ouvrières et estudiantines. Son altercation avec Dany Cohn-Bendit (refusant son tutoiement) montre que le-dit camarade Mélenchon n’a en réalité pas du tout l’esprit 68, il est en réalité né un peu trop tard, mais il fait illusion. On peut adhérer, il a du fond et la forme, son ton, ses drôleries, y ajoutent le plaisir.

Mais pour faire quoi concrètement?

Le hic est là. La faille de Jean-Luc Mélenchon, c’est son projet, les 83 réponses qu’il apporte. La seule attaque qui porte contre Jean-Luc Mélenchon, je l’ai finalement trouvée, elle vient de lui-même. Lisez-le. Ne vous contentez pas des principes, des effets de manche, des grandiloquences, lisez le détail. Regardez les mesures une à une. La lecture provoque tantôt une franche rigolade, tantôt elle fait froid dans le dos à toutes les pages. Rien n’est étudié, calculé, faisable. Une inégalité? «J’éradique». Un pouvoir? «J’abolis». Les droits? «J’en donne» autant que tu veux. Des fuites de capitaux ? «Je terrasse». Une guerre? «Je convoque l’ONU» pour faire la paix. Tout est énoncé comme un enfant d’Audiard qui ferait sa liste de Noël. «Il a des facilités qui tombent quelques fois dans le simplisme», a mis en garde François Hollande. Il dit vrai. Ah Hollande forcément, diront les «Insoumis». Le président sortant a raison: s’il-vous-plait lisez le texte.

Lisez encore

Tout est en effet ultra-simpliste. Chacun peut s’en rendre compte facilement. Je n’en prends que quelques exemples.

«Il faut qu’on rediscute de toutes les frontières issues de l’ancienne Union soviétique», écrit-il. Ouch! C’est donner un quitus bien rapide à l’expansionnisme de Vladimir Poutine. Surtout, la question des frontières en Europe, comme en Afrique ou dans la mer de Chine, a été, est et sera toujours le facteur des guerres. M. Mélenchon est bien léger et son initiative très dangereuse pour la paix.

En matière économique, le manque du «sérieux» qu’il s’attribue surgit à toutes les lignes. Par exemple, de prévoir de s’endetter encore («la dette n’est pas un problème») tout en préparant une renégociation de cette dette. Qui sera assez sot pour nous prêter en sachant qu’il ne sera pas remboursé? Ou bien encore, «en cas de chômage de longue durée, l'État doit proposer un emploi au chômeur en lien avec sa qualification, sur une mission d'intérêt général». Qui peut penser que l’emploi public pour tous c’est «du sérieux», comme dirait l’autre?

Lisez. Lisez ce qui est dit sur l’entreprise. «Accorder de nouveaux droits de contrôle aux comités d'entreprise sur les finances de leur entreprise. Instaurer le droit pour les salariés à un vote de défiance à l'égard des dirigeants d'entreprise ou des projets stratégiques.» Quel est le patron qui, passant au dessus de çà, va encore embaucher? Jean-Luc Mélenchon réquisitionnera-t-il toute l’économie?

 Chaque mesure est totalement, définitivement, absolument inapplicable. Mais le candidat l’a prévu, son programme est «cohérent» comme il le revendique. Et, en effet, les mesures s’emboîtent les unes dans les autres, elle ne sont (éventuellement) possibles qu’en imaginant une mise en œuvre générale et complète. Mais pour aboutir à une mise sous tutelle étatique très rapide de l’ensemble. Chaque mesure est sympathique mais impossible et elle n’est possible que dans un ensemble qui lui n’est pas du tout sympathique. Il nous promet l’ALBA, nous irons en Albanie.

M. Mélenchon promet la lune. Beau voyage, beau prospectus. Le péril est qu’il veut vraiment nous y emmener, tous entassés dans une vieille fusée idéologique bricolée. Lisez, vous en descendrez.

Eric Le Boucher
Eric Le Boucher (535 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte