Tech & internet / Monde

En manipulant Grindr, un homme a invité plus de 1.000 inconnus chez son ex

Temps de lecture : 2 min

Un New-Yorkais fait un procès à l'application de rencontres Grindr, que son ex a utilisé pour lui pourrir la vie en invitant des inconnus chez lui.

L'application de rencontres Grindr | MELIES THE BUNNY via Flickr CC License by
L'application de rencontres Grindr | MELIES THE BUNNY via Flickr CC License by

En cinq mois, plus de 1.000 hommes se sont présentés au domicile et sur le lieu de travail de Matthew Herrick, pensant qu'ils avaient communiqué avec lui via l'application de rencontres gay Grindr. En fait, c'était l'ex de Herrick qui avait invité tous ces inconnus, après avoir créé des faux comptes Grindr.

Dans les messages, l'ex en question se fait passer pour Herrick et leur dit qu'il veut coucher avec eux. Il est même allé jusqu'à préciser que si Herrick avait l'air réticent, il fallait insister car cela faisait partie d'un fantasme de viol, rapporte CNN. Certains épisodes ont viré à la violence, notamment lorsqu'un inconnu a refusé de quitter l'immeuble.

«Ma vie a été complètement chamboulée. Je n'ai plus de vie privée. Je suis humilié tous les jours. C'est l'enfer», avait dit Herrick à Wired.

Vide juridique

Pour riposter, il a décidé de faire un procès à l'appli de rencontres. Cette action juridique pose la question des responsabilités de la plateforme, à partir du moment où elle est utilisée pour harceler quelqu'un.

«Les entreprises ne méritent pas de protections spéciales lorsque leur produit est dangereux», explique son avocate Carrie Goldberg, qui se spécialise dans les cas de revenge porn.

Selon la plainte en justice, Grindr avait reçu plus de cent notifications expliquant que les comptes en question étaient faux, mais la direction n'a pris aucune mesure. Une autre application de rencontre similaire –Scruff– avait réagi de façon très différente aux faux profils. Après une plainte de Herrick, Scruff avait empêché l'ex de créer de nouveaux comptes avec le même ordinateur et la même adresse IP.

Le problème pour Herrick et ses avocats est une loi selon laquelle les services internet ne sont pas légalement responsables du contenu posté par leurs utilisateurs. Pour l'instant, aucune loi spécifique ne protège les utilisateurs de ce genre d'imposture.

Slate.fr

Newsletters

Google peut-il aider à réduire le taux de suicide chez les jeunes LGBT+?

Google peut-il aider à réduire le taux de suicide chez les jeunes LGBT+?

La firme américaine est en train de développer des outils dans ce but.

Ce robot bat les pros au poker, et c'est une révolution en matière d'IA

Ce robot bat les pros au poker, et c'est une révolution en matière d'IA

Encore un joli coup pour Facebook.

Le projet Libra peut-il modifier l'ordre monétaire mondial?

Le projet Libra peut-il modifier l'ordre monétaire mondial?

L'arrivée du réseau social dans le jeu monétaire virtuel fait du bruit. Tandis que des démocrates américains demandent à Facebook de ralentir la mise en route du projet, d'autres s'impatientent.

Newsletters