France

Sondage: les amateurs de chats plus à gauche que les amateurs de chiens

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 18.04.2017 à 16 h 47

Premier résultat de notre sondage indispensable pour comprendre les vrais clivages de la campagne électorale.

Dans la dernière ligne droite de la campagne, Slate.fr a sondé ses lecteurs sur les réseaux sociaux pour connaître leurs intentions de vote.

Analysés au prisme de quelques questions (en apparence!) anodines comme leur préférence pour les chiens ou les chats, leur régime alimentaire ou leur recette favorite des pâtes à la carbonara, leurs choix donnent un classement inédit des candidats, à défaut d'être représentatif.

Avant d'entrer dans le détail, rappelons que la population qui a répondu à notre sondage se dinstingue par son âge (80% de moins de 35 ans), son niveau éducatif et socioprofessionnel (44% de CSP+) et son lieu de résidence (75% d'habitants de grandes villes et de l'agglomération parisienne). Le résultat en est quelque peu déformé par rapport aux intentions de votes recueillies par les instituts de sondage, qui cherchent au contraire à obtenir un échantillon dit représentatif de la population, c'est à dire présentant la même répartition entre classes d'âges, catégories socioprofessionnelles, etc., que l'ensemble de la population française. Ce n'est donc évidemment pas notre cas.

Le vote des amateurs de chiens et des amateurs de chats

Une fois intégré ce mélenchonisme quasi-massif, conséquence des biais de notre base de répondants, voyons en détail comment se répartissent les électorats. Nous ouvrons cette série avec l'intention de vote des amateurs de chiens et celui des amateurs de chats. L'occasion de vérifier quelques stéréotypes qui collent à ces deux animaux, porteurs de deux visions du monde antagonistes?

L'enseignement principal de ce clivage chiens/chats est que le total des voix de gauche est plus élevés du côté des amateurs de chats. Ainsi, le champion de notre sondage, le candidat de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon, l'emporte dans les deux familles, mais avec 7 points de différences entre les amateurs de chats (38,5%) et les amateurs de chiens (31,5%). Emmanuel Macron (deux points de plus chez les amateurs de chiens, soit 26% contre 24%) et Benoît Hamon (22% dans les deux cas) atteignent des niveaux à peu près comparables dans ces deux France de l'animal de compagnie. François Fillon, placé derrière Poutou chez les amateurs de chats, se place en revanche devant le candidat du NPA et remporte 5,4% chez les amateurs de chiens, une performance à l'échelle de notre échantillon qui penche franchement à gauche.

Comment expliquer cette fracture? Certes, les possesseurs de chiens qui ont répondu sont un peu plus vieux que les possesseurs de chats, mais cet âge moyen légèrement plus élevé ne modifie que très peu la pyramide des âges des répondants. Idem pour les différences entre ville et zone rurale, types de professions... On en est réduit à envisager que l'amour du chat ou du chien reflète des valeurs différentes, et que celles-ci sont liées en retour à des attitudes politiques.

Dans les prochains épisodes, nous étudierons le vote des végétariens, celui des possesseurs d'iPhones et des amateurs de carbonaras lardons/crème fraîche.

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (967 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte