France

Le «scandale du Hezbollah à la Sorbonne»

Temps de lecture : 2 min

Une conférence organisée dans les locaux de la Sorbonne, 12 place du Panthéon à Paris, et intitulée «La Conférence de Gaza», a dégénéré en violences et dans la confusion générale samedi 12 décembre.

Le site de la revue «La Règle du jeu» consacrée à la littérature, à la philosophie, à la politique et aux arts, couvre de manière exhaustive ce qu'elle appelle «le scandale  du Hezbollah à la Sorbonne.» La conférence en question était organisée par le Mouvement des Indigènes de la République (MIR), association controversée qui affirme lutter contre les discriminations et se déclare «antisioniste», . Parmi les invités figuraient Ali Fayad, membre du bureau politique du Hezbollah et député au Parlement libanais.

La tension est montée dès le début de la conférence entre des étudiants protestant contre la présence d'un «terroriste» dans les locaux de la Sorbonne et des personnes apparemment sympathisantes de la cause palestinienne. Des menaces et des injures fusent rapidement, et certaines personnes sont brusquées. La règle du jeu écrit:

Le reste de la conférence se réduira probablement au discours habituel (à propos d'«Israël et ses alliés fascistes» et autres «souchiens») tenu par les prétendus «rescapés des ghettos de banlieue» et leurs amis. Ce qu'il fallait voir pour le croire, c'est l'improbable tenue d'une telle conférence à la fac de droit, place des Grands hommes. Mme Catherine Germain, directrice de cabinet de Jean-Claude Colliard (président de Paris-I Panthéon-Sorbonne) avait autorisé la tenue de ce rassemblement.

Dans une tribune sur le même site, la présidente de l'Union des étudiants juifs de France (UEFJ) déplore que «la Sorbonne, université millénaire ouvre ses portes et l'un de ses plus vieux amphithéâtres à des députés de mouvements terroristes [...] L'Université a failli aux valeurs républicaines et manqué à son devoir de protéger ses étudiants.»

Le MIR parle quant à lui dans un communiqué de la «réussite exceptionnelle» de la conférence:

Comme on pouvait le prévoir, quelques jeunes trublions de l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) ont tenté de perturber la conférence, provoquant quelques remous légitimes dans une salle qui souhaitait pouvoir écouter tranquillement les intervenants.

Préparé à une telle éventualité, notre service d'ordre est intervenu rapidement pour conduire pacifiquement les perturbateurs vers la sortie, permettant à d'autres membres de l'UEJF qui n'avaient pas tenté de semer le trouble d'assister à la conférence.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Capture d'écran de laregledujeu.org

Slate.fr

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters