FranceMonde

Ce que Trump, Mélenchon, Le Pen et Fillon ne comprendront jamais sur Poutine

, mis à jour le 17.04.2017 à 17 h 56

Vladimir Poutine monte un cheval lors d’une sortie en Sibérie, le 3 août 2009. RIA NOVOSTI

Vladimir Poutine monte un cheval lors d’une sortie en Sibérie, le 3 août 2009. RIA NOVOSTI

Donald Trump, Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen et François Fillon ont au moins un point commun. Ils veulent établir de meilleures relations, plus cordiales, plus compréhensives, avec la Russie de Poutine. Ils entendent ainsi «œuvrer pour la paix» et combattre avec l’aide de la Russie le terrorisme islamique.

Le problème, c’est que pour paraphraser François Mitterrand en 1983, les pacifistes sont à l’ouest et les missiles à l’est. C’est exactement ce que montre cette analyse de Vanity Fair. Soit, les Trump, Mélenchon, Le Pen et Fillon n’ont rien compris, soit ils ne veulent rien comprendre à la nature du régime au pouvoir à Moscou et à sa logique. Ils prennent leurs désirs pour la réalité.

Tout ceux qui ont tenté depuis des décennies d’amadouer les autocrates de Moscou, à l’époque de l’URSS ou plus récemment, ont échoué et en général l’ont payé cher.

Le dernier exemple en date est le fameux «reset» de Barack Obama en 2008. L’ancien Président des Etats-Unis tout comme son successeur voulait établir de nouvelles relations, «apaisées», avec la Russie. Son offre a été immédiatement comprise au Kremlin comme de la faiblesse. Cela s’est traduit par l’annexion de la Crimée, une guerre larvée à l’est de l’Ukraine, dont la Russie avait pourtant garanti les frontières en 1994, et une intervention massive de l’armée russe en Syrie pour sauver le tyran Bachar el Assad. Tout cela sous prétexte de combattre l’Etat islamique. Mais les forces russes et leurs affidés du Hezbollah et de l’Iran ont pris et détruit Alep, la base des rebelles, et pas Raqqa, la capitale de l’Etat islamique. Cherchez l’erreur.

La nature du régime russe est remarquablement décrite par Vanity Fair. C’est celle d’un pouvoir autoritaire, paranoïaque qui ne comprend que les rapports de force, ne s’embarrasse pas avec les moyens et n’est pas sensible aux jugements qu’on porte sur lui et aux mouvements d’opinion.

«La Russie est revenue à sa nature première...»

En 1946, George F. Kennan, un diplomate américain en poste à Moscou avait dans un texte devenu célèbre de 8.000 mots décrit le régime soviétique et la façon dont il fallait le traiter. Cette analyse, longtemps resté anonyme, montrait deux éléments essentiels: premièrement que l’Etat soviétique était fondamentalement instable et que la stratégie des Etats-Unis devait être de le contenir («containment») mais qu’il n’y avait pas grand chose d’autre à faire en attendant qu’il s’effondre.

Pour George F. Kennan, les Etats-Unis ne pouvaient et ne devaient rien faire pour améliorer les relations avec Moscou, parce que les crises et les différends n’étaient pas  de son fait mais d’un régime qui avait assassiné des dizaines de millions de ses citoyens, s’était allié à Hitler et avait imposé la dictature communiste à toute l’Europe de l’est en la présentant comme une libération.

Pour Vanity Fair, le diagnostic et les conseils du diplomate sont toujours pertinents 75 ans plus tard. En dépit des intentions louables de Boris Yeltsin et de Bill Clinton, la Russie n’est pas devenue une démocratie et le pouvoir est aux mains d’un homme et d’une clique qui assassinent les opposants, contrôlent les médias et manipulent l’opinion publique. «C’était probablement trop demander à un pays aussi archaïque de devenir moderne en une décennie. De fait, la Russie est revenue à sa nature première».

Evidemment, Vladimir Poutine n’est pas Joseph Staline. Mais son pouvoir repose uniquement sur la force, la crainte, la subversion et la propagande.

«Nous avons imposé des sanctions à Moscou parce que nous considérons que c’est un pays dangereux et anti-démocratique. C’est un pays qui existe ailleurs que dans le paradigme occidental et tant que ce sera le cas, nous devons être sur nos gardes face à lui».

Cela ne veut pas dire que la Russie et les pays occidentaux ne pourront pas un jour être alliés. Mais comme George F. Kennan l’avait exposé en 1946, y arriver n’a rien à voir avec la politique des Etats-Unis et des pays occidentaux. Cela dépend seulement de la capacité de la Russie à devenir un Etat de droit, à imposer des contrôles et des contre-pouvoirs au Kremlin et à démanteler le réseau de grandes sociétés et de ministères qui contrôlent la société russe dans son ensemble. Il est peu vraisemblable que cela se produise demain. Entretemps, montrer de la bonne volonté et de la compréhension pour l’autocrate de Moscou ne conduira qu’à des désillusions et des désastres.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte