Monde

Confession de l'agresseur de Berlusconi

Temps de lecture : 2 min

Silvio Berlusconi, hospitalisé à la suite de l'agression dont il a été victime à l'issue d'un meeting dimanche 13 décembre, sortira de l'hôpital mardi 15 après avoir été deux jours en observation.

Massimo Tartaglia, apparemment un malade mental, a confessé l'agression.

L'homme de 42 ans n'a donné aucune justification de son geste, mais a admis être le responsable de l'agression. Tartaglia, atteint de problèmes mentaux, a expliqué qu'il s'était rendu au Dôme pour assister au meeting de Berlusconi, mais en désaccord, il était parti. Il était en train de rejoindre le métro quand il a vu la voiture présidentielle garée, et surtout quand il a entendu les cris de quelques contestataires qui ont attiré son attention. Il s'est alors faufilé dans une rue parallèle pour revenir en arrière, s'est retrouvé face au président du Conseil, lui a lancé la figurine du Dôme. Tartaglia n'a donné aucun motif à son geste et lors de son interrogatoire, il semblait sonné.

La nouvelle de l'agression, raconte La Stampa, a évidemment fait réagir le Net, une page Facebook sur l'assaillant (45.000 fans le lundi 14 décembre) s'est créée quelques heures après l'incident. Un groupe sacrait même Tartaglia homme de l'année. Mais le nombre de personnes si'nsurgeant contre ce groupe, et appelant au soutien du président du Conseil étaient plus nombreux encore: 381.000 fans pour le groupe soutenant «Berlusconi contre Tartaglia», et 127.000 pour un groupe similaire.

Le fait que des Italiens puissent soutenir l'agresseur sur internet a choqué le gouvernement, qui manifestement n'a pas saisi l'humour. Le ministre des politiques européennes, Andre Ronchi, s'est offusqué: «Il est scandaleux et moralement inacceptable de lire ce que nous pouvons lire sur internet et sur les médias sociaux en ce moment. Je vais demander au ministre de l'intérieur de bloquer les sites faisant l'éloge de cette attaque lâche subie par le président Silvio Berlusconi».

A l'heure de l'écriture de cet article, lundi à midi, les groupes Facebook sont encore en ligne.

Voir la vidéo

[Voir le dossier Tartaglia sur la Repubblica]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: capture d'écran de Tartaglia

Newsletters

Disney supprime les références au genre de son code vestimentaire

Disney supprime les références au genre de son code vestimentaire

Le groupe adopte une politique vestimentaire plus inclusive pour le personnel des parcs américains.

Un twerk lors de l'inauguration d'un navire de la marine fait scandale en Australie

Un twerk lors de l'inauguration d'un navire de la marine fait scandale en Australie

La performance a été jugée «inappropriée» par un député. Les danseuses dénoncent un montage trompeur.

Arrêtez de dire «the bloc» pour parler de l'Union européenne

Arrêtez de dire «the bloc» pour parler de l'Union européenne

Ce raccourci né dans la presse américaine nie les particularités de l'UE, en plus d'être péjoratif.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters