Monde

New York, mort d’une juge

, mis à jour le 17.04.2017 à 14 h 27

Sheila Abdus Salaam AFP

Sheila Abdus Salaam AFP

Cette histoire commence comme un roman noir. Une célèbre juge, la première magistrate africaine américaine et musulmane à siéger dans la plus haute juridiction de New York, la Cour d’appel fédérale, a été retrouvée morte dans l’Hudson River, apparemment sans trace de lutte, de traumatismes et de coups.

Le corps de Sheila Abdus-Salaam, 65 ans, a été découvert la semaine dernière, le 12 avril, habillé et flottant entre deux eaux non loin de la berge du côté de Manhattan à moins de 2 kilomètres de son logement à Harlem. Son mari avait signalé sa disparition la veille au matin.

Les autorités ont procédé à une autopsie et certaines sources évoquent la possibilité d’un suicide. Un de ses frères s’est suicidé à la même période il y a trois ans. Mais il n’a été retrouvé aucune lettre ou justification. Elle avait juste le matin de sa disparition appelée sa secrétaire pour lui dire qu’elle ne viendrait pas travailler.

La police s’intéresse aux images enregistrées par les caméras de surveillance de la ville, pour tenter de reconstituer le chemin emprunté par Sheila Abdus-Salaam, et déterminer si oui ou non elle a marché jusqu’au fleuve. Mais l’hypothèse d’un suicide semble invraisemblable à des personnes proches d’elle. Que lui est-il arrivé?

Les hommages se sont en tout cas multipliés. «Je suis fier de l’avoir nommée au sein de la plus haute cour de l’État et je suis profondément attristé par sa mort», a déclaré Andrew Cuomo, le gouverneur de New York, dans un communiqué. «À travers ses écrits, sa sagesses, sa morale inébranlable, elle était une force œuvrant pour le bien, et son héritage influencera les années à venir».

«C’est extrêmement choquant», a déclaré pour sa part Jonathan Lippman, ancien juge en chef de la cour d’appel de New York, cité par le Washington Post.

Sheila Abdus-Salaam était née en 1952 à Washington D.C. Issue d’une famille pauvre, elle a grandit au milieu d’une fratrie de sept enfants. Dans une interview datant de 2014, la juge Abdus-Salaam confiait s’être intéressés très tôt à l’histoire de sa famille, dès l’école. Après des recherches, elle découvre que son grand-père était esclave dans l’État de Virginie.

Elle décide de faire du droit après avoir fait la rencontre de Frankie Muse Freeman, première femme à avoir intégré la Commission des Droits civils. Elle poursuit ses études au College Barnard de New York et obtient son diplôme de droit à l’université de Columbia en 1977.

«Si ma mère n’était pas si intelligente et si pleine de ressources, j’aurais peut-être atterri dans une famille d’accueil ou pire », avait-t-elle déclaré en 2015. « Même si elle avait abandonné l’école, ma mère avait réalisé qu’une bonne éducation nous aiderait à échapper à la pauvreté dans laquelle elle était piégée».

Au début de la semaine, un juge de Chicago, Raymond Myles, a été assassiné par balles. Un suspect a été arrêté et mis en examen.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte