France

Les chaînes d'e-mails: bienvenue dans une bulle de vieux

Camille Belsoeur, mis à jour le 20.04.2017 à 8 h 15

On les pensait réduites à l'état de fossiles du web. Mais non. Les chaînes d'e-mails ont toujours la cote en cette période de campagne électorale. Surtout chez les personnes âgées.

Crédit photo: SKR_RGR via Flickr. CC BY-NC

Crédit photo: SKR_RGR via Flickr. CC BY-NC

2013 – Facebook est déjà le lieu où chacun exprime par statut ses opinions politiques et ma boîte mail ne me sert plus que pour mes échanges professionnels, mes spams, et mes relevés bancaires. Et je reçois ceci:

«Une gigantesque escroquerie est en train de se mettre en place à Bruxelles, aux dépens des abeilles, de la biodiversité... et de tous les citoyens qui se battent depuis des années pour faire interdire les pesticides "tueurs d'abeilles" en Europe et dans le monde! (...) Il n'y a pas un instant à perdre».

Ce qui certes, ressemble à un spam, mais est un message de mon papi.   

Sexagénaire cultivé et technophile –il dirigeait la PME familiale qui compte plus de 70 employés et est toujours équipé du dernier modèle iPhone– mon grand-père est aussi modelé par le milieu rural et catholique du Maine-et-Loire où il vit, avec ma grand-mère, depuis toujours. Cependant, à l'inverse de vous et moi –mais à l'instar de beaucoup de gens de sa génération– il n'exprime pas ses idées politiques sur Facebook, Snapchat ou dans des stories Instagram, mais par des chaînes d'e-mails. 

«Touche pas au Père Noël»

J'ai donc commencé à en recevoir dès 2013, qui parlaient notamment de risques environnementaux ou humanitaires. Et la campagne présidentielle les a rendues plus fréquentes.

Depuis leur village, mes grands-parents m'en font suivre régulièrement, envoyées par leurs amis, qui prônent la défense des valeurs chrétiennes de la France ou la nécessité d'un redressement pour notre pays. Et désormais, il y a celles qui défendent la candidature de François Fillon. 

Elles passent sous les radars des médias mainstreams, mais ces chaînes d'emails constituent leur propres bulles socio-politiques.

«On n’est pas vraiment influencé par ces chaînes d’e-mails. Mais nous sommes issus de tradition catholique, quoi qu’on en dise dans notre pays, et on ne voit pas pourquoi il y a une volonté de tout laïciser, comme les noms des vacances scolaires qui deviendraient par exemple "vacances de fin d'année" à la place de "vacances de Noël". On le vit comme une agression contre la religion. Les chaînes d’e-mails sont une certaine liberté pour s’exprimer contre ce phénomène», me dit mon grand-père au téléphone, qui m'indique cependant ne plus vouloir voter Fillon après les affaires. 

J'ai justement reçu, par leur biais, un e-mail en forme de pamphlet contre une éventuelle volonté du gouvernement de changer le nom des vacances scolaires. Un texte qui commençait par un virulent: «Il faut réagir!». Il s'agit en réalité d'une fausse information. L'Education nationale n'a pas modifié le nom des vacances scolaires, comme on peut le voir sur le site officiel du ministère. Cet e-mail est un hoax –un canular créé à des fins malveillantes– qui circule sur le web depuis 2012 et signé par Marielle Goitschel, une ancienne skieuse professionnelle, qui n'a pas peur des raccourcis pour soutenir François Fillon

Le message qui est arrivé dans ma boîte mail. 

La chaîne d'e-mails, c'est un moyen de toucher des centaines voire des milliers de personnes en envoyant un message aux proches, qui le transféreront eux-mêmes à leurs amis, puis aux amis d'amis etc. 

«Ce sont des messages qui proviennent d'amis, proches ou lointains, et que l'on fait suivre à d'autres relations. Glissés entre des diaporamas de beaux paysages et des florilèges de blagues salaces, ils composent de longues chaînes dont chaque lecteur est un maillon. Prolongements modernes de procédés anciens: au XVIIIe siècle, déjà, les chaînes de lettres intimaient à ceux qui les recevaient de faire suivre», expliquait Le Monde dans un article en 2014

Le déclin français vu par la télé chinoise

Dans la dernière chaîne d'e-mails transférée par mes grands-parents, l'objet du message est parlant: «Pauvre France». Dans le corps de l'e-mail, une vidéo. On y voit deux Chinois discuter en direct sur une chaîne de télévision locale. Les sous-titres en français laissent penser que les deux hommes discutent du déclin de la France.

«La France n'est plus que l'ombre d'elle-même. C'est une nation au bord de l'échec (...) Plus grave encore, ce sabotage est organisé avec le consentement du peuple français», commence par dire l'un des intervenants à l'antenne. 

En réalité, cette vidéo est un fake qui a largement circulé sur les réseaux sociaux. 

Le site Hoaxbuster, qui repère et démonte les hoax, tient lui un décompte des canulars les plus lus par les internautes. En tête du classsement, un message qui annonce l'instauration d'une taxe sur les courriers électroniques, un autre qui annonce la construction d'une mosquée au premier étage de la Tour Eiffel ou bien un troisième qui dénonce le passage au halal de tous les foies gras commercialisés par la marque Labeyrie. 

J'ai remonté les chaînes de messages de mes grands-parents pour retrouver l'une de leurs connaissances qui, avec l'aide d'une petite équipe de personnes, compose et transfère de nombreux messages politiques par e-mail. Pierre, sexagénaire, habite en Vendée et est un fervent partisan de François Fillon. Pour tenter de convaincre une France de droite qui doute en son favori, il passe ces dernières semaines beaucoup de temps à battre campagne via sa boîte mail. 

«Je suis à fond derrière Fillon depuis le début des primaires. C'est le seul qui a un programme pour faire de la France un pays qui compte sur le plan international et garder une Europe forte. Je corresponds avec toute une équipe de gens que je connais bien et qui défendent aussi Fillon. Tous les messages que j'envoie par e-mail, ce sont des messages qui donnent envie de voter pour lui. J'en transfère beaucoup et j'en compose quelques-uns», dit-il

Il se méfie beaucoup des médias qui «se sont acharnés sur Fillon et tentent d'imposer leur propre opinion aux gens»

Dans cette Vendée, région rurale et très à droite lors des dernières élections, la boussole que l'on consulte dans la tempête se nomme Filteris. Un baromètre numérique qui mesure la popularité des candidats à l'élection présidentielle selon leur impact sur les réseaux sociaux. Pierre applaudit ce baromètre alternatif tout en dénonçant la véracité des enquêtes d'opinion réalisées par les instituts de sondage. Tant pis si Filteris ne s'appuie sur aucune méthode scientifique à l'inverse des instituts de sondage: ses résultats donnent François Fillon en seconde position du premier tour du scrutin présidentiel, devant Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. 

«Je sélectionne avec soin les personnes à qui je vais transférer des messages»

Pierre, retraité et auteur de chaînes d'e-mails

«La société basée au Canada se concentre sur le poids numérique – sur le Web et les réseaux sociaux – des candidats, mesurant les perceptions, les avis et les opinions, qu'ils soient positifs ou négatifs», explique le magazine Le Point.

Pierre confie qu'il croit en Filteris, car ce baromètre numérique avait deviné le Brexit et l'élection de Donald Trump. «Je pense aussi que c'est une façon de mesurer l'opinion publique sans l'influence des médias», dit-il. 

Le refuge des personnes âgées

Pour lui et d'autres, les chaînes d'e-mails sont aussi un moyen de diffuser un message tout en échappant à la sphère médiatique et publique. «Je sélectionne avec soin les personnes à qui je vais transférer des messages, explique-t-il. Je vais les envoyer à des proches en qui j'ai confiance et dont je connais les opinions politiques. Je dirais que je sélectionne environ une douzaine de personnes à chaque fois. En ce moment, tous les messages que j'envoie sont des messages pour défendre Fillon ou pour démolir Le Pen ou Macron».

Comme l'expliquait le journal Le Monde en 2014, si les chaînes d'e-mails sont passées de mode avec l'avènement des réseaux sociaux, elles demeurent un refuge pour des utilisateurs plus âgés. 

«Avec l'apparition d'Internet, ces courriers inquiétants, et si addictifs, ont pris une nouvelle forme: les e-mails. Les hoax y ont connu leur âge d'or, avant de migrer vers de nouveaux moyens de diffusion, les réseaux sociaux. Mais certaines catégories de la population, moins à l'aise avec la technique, n'ont pas suivi le mouvement. Nombre de personnes âgées sont restées rivées aux chaînes d'e-mails. Sur fond de méfiance croissante envers les médias traditionnels, ces échanges constituent, pour elles, une autre manière de s'informer».

C'est aussi ce que m'explique Marie, une retraitée installée en Loire-Atlantique. Elle n'écrit pas de messages politisés, mais en reçoit beaucoup de la part de ses amis. «C'est une manière de pouvoir échanger sur la politique sans s'exposer au regard des autres, tout en pouvant essayer de convaincre vos proches. Il y a des gens avec qui je vais discuter au téléphone après avoir lu une chaîne d'e-mails, pour discuter du message politique qui y est partagé»

À l'aune du premier tour de l'élection présidentielle qui s'annonce très indécis, les chaînes e-mails auront peut-être permis à François Fillon de grappiller quelques milliers de voix qui feront la différence. Mais, plus sûrement, elles représentent un bon moyen pour ses partisans de se rassurer et de s'exprimer. 

Camille Belsoeur
Camille Belsoeur (119 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte