Science & santé

Pourquoi les laboratoires pharmaceutiques saignent plus de 500.000 «crabes fer à cheval» par an

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 14.04.2017 à 14 h 30

Repéré sur Populare Mechanics

Le prix de leur sang bleu s'élève à 14.000 dollars le litre.

Limules | Didier Descouens via Wikimédia CC License by

Limules | Didier Descouens via Wikimédia CC License by

Le limule (surnommé «crabe fer à cheval» à cause de sa forme arrondie) est un arthropode fascinant. En plus d''avoir survécu aux dinosaures, son sang, bleu, regorge de qualités exceptionnelles.

Popular Mechanics écrit à son sujet: «Leur sang bleu distinctif est utilisé pour détecter des bactéries Gram négatif dangereuses comme l'E. coli dans des médicaments injectables comme l'insuline, sur des appareils médicaux implantables comme les genoux de remplacements, sur des outils d'hôpitaux intraveineux et sur les scalpels.» La capacité de détection de ce sang est telle que l'industrie pharmaceutique tue 500.000 crabes fer à cheval par an et que le litre s'achète 14.000 dollars.

La demande ne faisant qu'augmenter (le marché américain devrait grimper de 25% d'ici 2020), les scientifiques commencent à se demander si cela ne pose pas un risque pour la survie des limules. «Le nombre de crabes pêchés par l'industrie biomédicale américaine est passée d'une estimation de 200.000 à 250.000 dans les années 1990 à plus de 610.000 en 2012», note Popular Mechanics. L'International Union for Conservation of Nature a lancé un comité en 2012 pour surveiller cette population et a décidé l'année dernière de placer le limule américain sur la liste des espèces «vulnérables», un cran en dessus des espèces «en danger». D'ici quarante ans, la population de ces crabes pourrait chuter de 30%.

«Survivent-ils? Sont-ils toujours les mêmes?»

De plus, s'ils ne prélèvent que le tiers du sang de chaque crabe avant de le relâcher dans la mer, il n'y a pour l'instant aucune limitation sur la quantité de sang que l'on peut prendre sans le mettre en danger. «Personne ne sait vraiment ce qui arrive aux crabes quand ils sont relâchés dans la mer. Survivent-ils? Sont-ils toujours les mêmes?» L'homme, après tout, a toujours déconsidéré ce qu'il se passait sous l'eau, estimant que cela ne le concernait pas. Les industriels assurent que les crabes survivent, mais peut-on s'en sortir sans séquelle quand on vient de perdre un tiers de son sang et de subir un stress notable hors de son milieu naturel?

«Citez-moi une autre créature marine qui respire sous l'eau et qui peut survivre sur la terre comme eux, demande Win Watson, neurobiologiste de l'université de New Hampshire. Vous ne pouvez pas faire ça avec un poisson, ou avec un homard. Ils sont très vigoureux. Mais je pense qu'ils en paient le prix.»

L'objectif du scientifique et de son équipe n'est pas d'interdire les prélèvements sanguins. Mais ils espèrent, avec les recherches qu'ils ont lancé sur les limules, que les industriels réaliseront enfin que leur quête du sang bleu ne peut pas continuer ainsi.

Pour lire le papier très intéressant de Popular Mechanics, c'est par ici

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte