France

Intentions (de vote), piège à cons?

Titiou Lecoq, mis à jour le 14.04.2017 à 12 h 02

Si tout le monde vote en fonction de tout le monde, ça ne veut plus rien dire.

Opinionway et ifop suivent la campagne au jour le jour.

Opinionway et ifop suivent la campagne au jour le jour.

Vous vous rendez compte qu’on vote dans une semaine? C’est dingue, non? C’est l’heure des pronostics balancés de manière péremptoire à l’heure de l’apéro. 

Un super jeu mais auquel je ne parviens pas à participer. Ce qu’il nous faut, ce n’est pas des sondages mais un algo hyper puissant. En gros, avec autant d’électeurs qui vont se décider au dernier moment, ou changer d’avis, la marge d’incertitude est forte. En plus, ils sont nombreux, voire majoritaires, à se dire qu’ils choisiront en fonction de stratégies établies par rapport à des sondages. 

Mais si tout le monde vote en fonction de tout le monde, ça ne veut plus rien dire. On va voter en fonction de ce qu’on imagine que les autres vont voter, et les autres vont voter en fonction de ce qu’ils imaginent que les autres vont voter. Finalement, on a un vote qui en dit autant sur l’état de la France que sur l’image que chacun d’entre nous a du reste du corps électoral. 

#Nœudsaucerveau

Et dans ce bordel, les sondages ne sont même plus performatifs. Prenons Mélenchon. Les sondages le placent haut. Conséquence performative: ça le renforce. Des électeurs de Hamon vont calculer que leur vote ne vaut plus rien, donc se reporter sur celui qui a le plus d’intentions de vote. 

Mais les sondages sont aussi anti-performatifs. Autrement dit, ils peuvent provoquer l’inverse de ce qu’ils annoncent. Ainsi, des électeurs de droite devant l’effondrement de leur candidat (et un Mélenchon qui passe devant) vont se remobiliser. Un Mélenchon haut peut donc en même temps enterrer Hamon et faire remonter Fillon et donc finir lui-même par redescendre. 

Il ne s’agira alors plus de dire que les sondages se sont trompés ou ne se sont pas trompés. Mais simplement qu’ils modifient le résultat. (Ce qui explique qu’être en tête des sondages, ce n’est pas forcément une bonne nouvelle, ça a tendance à affaiblir en modifiant la stratégie, ce qui vaut donc pour Le Pen et Macron.) Du coup, se demander si on peut faire confiance aux sondages n’a pas de sens. C’est parce qu’on leur fait confiance, qu’on ajuste notre vote en fonction qu’au final, le résultat est modifié. C’est donc parce qu’on leur fait confiance qu’on les met en échec. Hashtag nœuds au cerveau. 

Ce texte est paru dans la newsletter hebdomadaire de Titiou Lecoq. Pour vous abonner c'est ici. Pour la lire en entier:

 
 
Titiou Lecoq
Titiou Lecoq (177 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte