France

Et si Jean-Luc Mélenchon était le seul à pouvoir battre Marine Le Pen?

Gaël Brustier, mis à jour le 14.04.2017 à 7 h 03

La percée du candidat de la «France insoumise» semble accréditer l’idée selon laquelle, désormais, dans une crise de régime devenue paroxystique, seul un populisme progressiste pourrait battre le national-populisme du FN.

Des posters déchirés de Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen pendant la campagne présidentielle de 2012. PATRICK HERTZOG / AFP.

Des posters déchirés de Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen pendant la campagne présidentielle de 2012. PATRICK HERTZOG / AFP.

«Entre les communistes et nous, il n’y a rien», déclarait André Malraux, responsable de la propagande gaulliste à la fin des années 1940, lorsque, face au «séparatisme» communiste qui regardait vers Moscou, seul le RPF gaulliste semblait s’imposer. Et si, face aux lepénistes qui regardent encore vers Moscou, il n’y avait que Jean-Luc Mélenchon?

À dix jour d’un scrutin aussi incertain qu’historique, dans lequel son accession au second tour ne relève plus de la science-fiction mais devient une hypothèse sérieuse, deux France sont prêtes à se défier et s’affronter.

Celle de Mélenchon, qui construit son peuple.

Celle de Marine Le Pen, qui prétend incarner «le» peuple, c’est-à-dire un peuple essentialisé, donnant libre cours à son discours autoritaire et identitaire.

Une France qui se construit au quotidien contre une France uchronique. La réalité de 2017 contre le songe de 1960.

L’élection la plus imprévisible du genre

L’érosion des identités politiques traditionnelles de la Ve République est manifeste. Si l’on s’attarde sur les enquêtes d’opinion, il apparaît que jamais, dans l’histoire du régime, pareille incertitude n’a régné à si peu de jours du scrutin quant à son issue finale. Lequel des quatre candidats en tête des enquêtes d’opinion s’installera à l’Élysée après le 7 mai? Nul ne peut le prédire véritablement.

Il est cependant certain que les candidats en lice se trouvent tous dans une position inédite sous la Ve République.

Le candidat de droite enregistre des scores historiquement bas pour un camp politique qui a dominé la vie politique une bonne moitié du temps depuis 1958. Rien ne semble, pour l’heure, permettre à la droite de remontrer une pente rendue plus forte par l’effet des successives révélations sur l’usage par le couple Fillon des fonds publics que le Parlement octroie à ses membres en vue de l’exercice de leur mandat.

Le candidat du PS, malgré une campagne innovante sur le plan programmatique, semble disparaître dans les sables mouvants d’une campagne marquée par la fin d’un régime auquel le PS a été totalement associé à chaque étape décisive de choix historiques. «Ce que vos aînés sont pèse plus lourd que ce que vous dites», semblent répliquer les Français à Benoît Hamon.

Emmanuel Macron apparaît de plus en plus comme le candidat de la perpétuation du régime, à la fois talentueux contestataire de ses imperfections et conservateur en chef des fondamentaux issus de 1958, causes du malaise démocratique actuel. Endossant les choix historiques de la Ve République et de ses élites, il rassemble autour d’un groupe social diplômé et relativement riche les Français venus d’autres groupes, tous acquis à une vision optimiste et positive de l’avenir de notre pays. La Californie pour tous! C’est un candidat transformiste au sens gramscien, qui transforme des groupes sociaux qui n’y ont pas un intérêt direct manifeste en soutiens du récit qu’il dispense de l’avenir du pays.

«Populisme des élites» ou négation du «populisme», la candidature Macron enregistre de nombreux soutiens mais peut peiner face au populisme transclassiste lepéniste. Une part de la puissance macronienne tient pourtant à sa supposée capacité à battre Marine Le Pen au second tour. Mais est-il le meilleur candidat dans cette perspective? Éric Dupin, dans un récent article, mettait en doute cette hypothèse…

Face au national-populisme, l’urgence d’un populisme progressiste?

Marine Le Pen, malgré un perceptible essoufflement de sa campagne, s’installe toujours en tête des intentions de vote tout en étant défaite au second tour quel que soit le candidat désigné face à elle, y compris Jean-Luc Mélenchon, donc.

Un second tour opposant ces deux candidats opposerait en vérité l’hypothèse de la réalisation de l’idée de Chantal Mouffe et Ernesto Laclau selon laquelle, en Europe demain, comme en Amérique latine hier, ne s’opposeraient plus que deux versions du populisme. L’un progressiste, «de gauche», incarné ici par Jean-Luc Mélenchon. L’autre autoritaire et identitaire, qui finirait par passer un compris avec le néolibéralisme tendant à l’ethniciser (voir à ce propos les travaux de Nicolas Lebourg et Jean-Yves Camus)

Marine Le Pen incarne en effet la vague national-populiste qui frappe l’Europe. Autoritaire, identitaire, en apparence défenseur de l’État social des Trente Glorieuses, contestant au nom d’une démocratie directe tapageusement mise en avant les malfaçons de la Ve République, le populisme lepéniste ne rencontre face à lui qu’une faible résistance.

On n’avait, jusqu’ici, jamais testé l’hypothèse d’une Marine Le Pen opposée à un autre candidat «populiste», progressiste celui-là, «de gauche». Or, entre Mélenchon 2012 et Mélenchon 2017, le saut qualitatif est visible. Mélenchon n’est plus seulement le candidat d’une coalition d’organisations à la gauche du PS.

Son évolution correspond à l’avancée de la crise qui a fait muter les clivages au sein de la société française et confirme une défaillance grandissante d’un système partisan vieux de plusieurs décennies. Il ne s’agit plus d’être seulement le candidat de la gauche radicale et de son unité. Il s’agit, après cinq ans de déconvenues électorales pour toute la gauche, de s’adresser à «tous ceux qui ne sont pas là», c’est-à-dire aux abstentionnistes et à ce volant d’électeurs perdus dans le désordre idéologique d’une crise protéiforme. Alors que les forces rassemblées au sein du Front de gauche subissent des revers comparables, sinon pires que ceux enregistrés par le PS, Mélenchon amplifie sa stratégie «populiste». La gauche bat en retraite; il part à l’offensive.

La campagne de 2012 ressemblait à une tournée d’adieu de la gauche historique à son propre pays. Elle suscitait l’émotion et la nostalgie davantage qu’elle ne révélait le sursaut de la décision et les promesses de l’espoir. Cette fois, les choses sont différentes. En adoptant pour signifiant de sa campagne «La France insoumise», Mélenchon s’est donné les moyens d’actionner d’autres clivages que le clivage gauche-droite.

Le changement de régime mobilise 30% des Français quand le statu quo en rassemble seulement 12%, selon l'Ifop, confirmant que la question démocratique est présente dans la société et qu’il s’agit de l’articuler avec d’autres clivages.

Comment engager le rolling back face au FN?

En s’émancipant du cadre pesant de la gauche radicale, Jean-Luc Mélenchon a accompli la même mue que le nouveau président autrichien Alexander Van der Bellen. Ce dernier, économiste issu des très radicaux et efficaces Grünen autrichiens, avait pris ses distances avec eux pour adopter une stratégie lui permettant de construire une stratégie discursive radicalement alternative à celle martelée par les populistes identitaires du FPÖ. Par deux fois, d'abord d'un souffle (50,3%) puis plus nettement après une invalidation du premier scrutin (53,8%), il l’emporta face à Norbert Hofer. Écologiste mettant en avant une vision de l’Autriche en parfait négatif de la campagne völkisch du FPÖ, il noua une alliance sociologique majoritaire dans un pays sous pression constante du FPÖ, de Haider hier à Strache aujourd’hui. Un cas d’école.

Et si Mélenchon était le Van der Bellen français? Cette hypothèse mérite d’être envisagée.

L’actuelle assise sociologique du vote en faveur du candidat de la «France insoumise» laisse entrevoir quelques marges de progression possible dans la France qui porte actuellement électoralement Marine Le Pen. La France de Jean-Luc Mélenchon est en certains aspects le négatif de la sociologie lepéniste. Candidat des jeunes urbains et des étudiants, des employés et des ouvriers franciliens, Jean-Luc Mélenchon accuse un retard chez les ouvriers dans leur ensemble, marque le pas chez les électeurs les plus âgés, pâtit encore de la concurrence d’Emmanuel Macron chez les diplômés du supérieur. Cependant son discours séduit un nombre non négligeable d’électeurs centristes (UDI, MoDem), validant en cela une option «transversaliste» visant à déborder les frontières de la gauche pour «construire» son peuple, l’alliance sociologique pouvant le porter.

La «transversalité», celle que défend, en Espagne par exemple, le dirigeant de Podemos Inigo Errejon peut s’expliquer simplement: il s’agit de faire voter un électeur de «la droite Sardou» pour un candidat de la «gauche Monde Diplo». Il faut convenir que Jean-Luc Mélenchon progresse grandement sur cette voie.

Ce qui compte face à Marine Le Pen tient en la capacité à ne pas se laisser enfermer dans une France sociologiquement minoritaire qui ne bénéficierait que des forces supplétives d’électeurs animés par un anti-lepénisme de routine, quasi-pavlovien mais surtout fragile et incertain. Jean-Luc Mélenchon a quelques atouts, si l’on s’y attarde, parmi les trois candidats susceptibles d’affronter Marine Le Pen, pour transcender les clivages sociaux et spatiaux qui installent Marine Le Pen dans une position tribunicienne de la «France périphérique», cette France que tous les candidats inspirés par l’astucieuse et contestée mise en perspective géographique de Christophe Guilluy, rêvent de séduire.

Il dispose de clés pour pénétrer les mondes ouvriers abstentionnistes, celui des actifs (35-49 ans) chez lesquels les lepénistes excellent. Seul candidat capable de réactiver le front économique et social dans une France victime de la désindustrialisation, du déclassement, du chômage et de la précarité, il bénéficierait parmi les actifs d’atouts considérablement plus forts que les candidats Macron et Fillon. En outre, si «l’anti-système» est devenu un thème central de la campagne présidentielle, la présence de Jean-Luc Mélenchon au second tour ôterait à Marine Le Pen le monopole de la contestation des malfaçons du régime politique en place, ce qui n’est pas le moindre des atouts. Marine Le Pen ne pourrait prétendre incarner un «peuple» trahi par ses «élites».

Plus concurrentiel sur le plan économique et social que tout autre candidat chez les actifs, plus concurrentiel aussi sur le plan de la contestation démocratique, le candidat Mélenchon n’est-il pas en train de se muer, les jours passant, en meilleur candidat anti-Le Pen?

Gaël Brustier
Gaël Brustier (106 articles)
Chercheur en science politique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte