Science & santé

La science peut savoir de quoi vous rêvez

Repéré par Robin Panfili, mis à jour le 13.04.2017 à 11 h 06

Repéré sur Nature, New Scientist, NPR

Des chercheurs américains en neurosciences sont parvenus à identifier les moments durant lesquels les gens rêvent, mais surtout le contenu de ceux-ci.

Un enfant endormi | Lisa Dusseault via Flickr CC License by

Un enfant endormi | Lisa Dusseault via Flickr CC License by

Conserver des souvenirs précis de nos rêves (ou de nos cauchemars) n'est pas donné à tous. Si tout le monde rêve la nuit, certains sont plus aptes que d'autres à garder une trace de qui a animé leur cerveau et leur imagination en plein sommeil. Mais que ceux qui ont le plus de mal à se souvenir des rêves qu'ils font ne se découragent pas: des chercheurs américains sont parvenus à déchiffrer, à travers l'activité cérébrale des participants à leur étude, la nature de leurs rêves.

Les chercheurs affirment non seulement pouvoir savoir quand une personne rêve, mais surtout ce de quoi elle rêve. Dans le premier cas, grâce à l'identification d'une «zone chaude» dans le cerveau, il a été possible de déterminer si quelqu'un rêvait ou non avec un taux de réussite de 91%, explique New Scientist. Au cours de l'expérience, l'équipe réveillait les sujets de l'étude, équipés d'électrodes sur le crâne, et leur demandait s'ils avaient rêvé et s'ils se souvenaient de leur rêve.

Plus impressionnant encore, l'activité du cerveau des participants leur a permis d'identifier la nature d'un rêve. Courrier International résume:

«Les chercheurs ont découvert que quand un visage apparaît dans un rêve, il y a une augmentation de l’activité haute fréquence dans les régions du cerveau impliquées dans la reconnaissance faciale. Des correspondances similaires entre des parties spécifiques du cerveau et le contenu des rêves lié au mouvement, à la parole ou au repérage dans l’espace ont aussi été observées.»

L'étude a également permis d'en savoir plus sur ce qui provoque l'oubli assez fréquent des rêves au réveil. Leurs conclusions avancent que la région du cerveau concernée par l'imagination du rêve n'est pas la même que celle impliquée dans la mémoire de ce dernier, en l'occurrence le cortex préfrontal. Enfin, l'étude vient confirmer les travaux de précédents chercheurs sur la fréquence des rêves dans notre quotidien. En clair, les rêves ne se produisent pas seulement durant le sommeil paradoxal (REM), mais également pendant des phases non-REM, quand l'activité cérébrale est très lente.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte