France

Responsabilités à prendre et à partager

Temps de lecture : 2 min

La twittosphère s'interroge et se déchire sur les différentes formes de responsabilité: historique, politique, individuelle et collective.

Alexas Fotos via Pixabay
Alexas Fotos via Pixabay

CONTENU PARTENAIRE - Le 9 avril, Marine Le Pen nie toute implication du pays dans la rafle de plus de 13 000 Juifs parisiens de 2 à 60 ans, le 16 juillet 1942: «Je pense que la France n’est pas responsable du Vel d’Hiv» déclare-t-elle.

Cette allégation inspire à la twittosphère de nombreuses réflexions sur les formes de la responsabilité, qu’elle soit individuelle ou collective. Autant dans le passé que dans le présent.

Pour réfuter la candidate du Front National: «Le Vel d’hiv, Vichy, la Collaboration, Pétain...ce n'était pas la France! Mais alors c'était qui ???».

Pour réviser son propos: «des Français sont évidemment responsables mais ils ne sont pas La France».

Pour le nuancer: «la parole exprimée par Marine Le Pen quant au vel d’hiv vient d'une citation de Charles de Gaulle. C'est un avis historique».

Pour le relativiser: «Mitterrand disait la même chose que Marine Le Pen. La République ne s'excuse pas pour les actes des traîtres».

Pour s’étonner: assumer la position de de Gaulle sur le Vel d’hiv c'est désormais être pétainiste».

Pour dédramatiser: «De Gaulle n’avait pas le monopole de la vérité».

Pour discréditer enfin la patronne d’extrême droite: «Après avoir entendu Marine Le Pen, j'ai réécouté Jacques Chirac, et ça m'a fait du bien, vraiment», un «visionnaire dans sa lecture du passé» qui «avait su prononcer les mots justes sur la responsabilité de la France».

Si les twittos reconnaissent qu’on «apprend de nos fautes passées. Notre responsabilité n'est pas personnelle mais collective», ils rappellent que nous sommes aujourd’hui à la veille d’une échéance électorale majeure: «Ça cite de Gaulle, ça s'embrouille sur la rafle du vel d’hiv ... Sinon les élections portent sur 2017 et les cinq prochaines années hein». D’où une interrogation en forme d’affirmation: «confier la responsabilité de la France à quelqu'un qui dit que la France n'est responsable de rien, c'est prendre le risque du pire».

Le passé fournit ainsi au présent une occasion de souligner les attentes à l’égard du prochain élu, avec l’espoir d’«un président responsable et surtout irréprochable». Les twittos passent en revue les différents choix et ne sont guère tendres avec les candidats en tête dans les sondages. À Emmanuel Macron qui déclare que «le président de la République doit donner un sens mais il ne peut pas être responsable partout tout le temps», il est rétorqué: «si vous ne voulez pas être responsable, laissez votre place a quelqu’un d’autre! Un président est l'ultime responsable!». De son côté, François Fillon est enjoint d’«assumer ses erreurs et se retirer pour ne pas se renier, c'est ça être adulte et responsable!». Benoît Hamon, lui, est prévenu: s’il «ne se retire pas, il sera entièrement responsable du meurtre de la Gauche par le PS». Et Jean-Luc Mélenchon porte pour certains la responsabilité de «la désunion et de la défaite». Quant à Marine Le Pen, en résonance avec sa sortie sur le Vel d’Hiv, on lui prédit que «le FN ne sera pas responsable de la France».

Si les griefs à l’encontre des candidats sont nombreux, la responsabilité des citoyens n’est pas oubliée. D’abord ceux que l’abstention attire: «signe du renoncement, du refus de l'engagement. Y'a qu'a, faut qu'on... Mais je ne vote pas! Votez ! Soyez responsables! », même si «l'abstention est aussi un droit fondamental». Mais aussi tous ceux qui s’interrogent: il leur est demandé de «réfléchir à ce qui est bon pour son pays, ses enfants, sa communauté de destin sur le long terme». Pour une raison fort simple: «Ce n'est pas Koh Lanta, ce sont les présidentielles. On vote pour un programme. C'est ce que je vais faire. A chacun sa responsabilité».

Une partie de la twittosphère se projette déjà ironiquement au soir du premier tour et imagine «tout le monde se renvoyer la balle sans réfléchir pour désigner le responsable des résultats des élections». D’où cet amer constat: «pas de pénurie de candidatures ni de soutiens, mais les gens de valeurs sont rares. Le pouvoir n'est plus une responsabilité mais une vitrine».

Slate.fr

Newsletters

Mort de Charles Aznavour: «Il avait des carrières différentes dans chaque langue»

Mort de Charles Aznavour: «Il avait des carrières différentes dans chaque langue»

Charles Aznavour est décédé dans la nuit de dimanche à lundi à l'âge de 94 ans. Après Edith Piaf, il était sûrement le chanteur français le plus connu à l’étranger. Pour Slate.fr, Bertrand Dicale, auteur de Tout Aznavour (First Editions) ...

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

*Et les supportrices.

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Newsletters