Monde / Économie

Un étudiant raconte son job d'été dans une usine d'iPhones en Chine

Temps de lecture : 2 min

Le travail chez Pegatron raconté de l'intérieur.

Un job d’été particulièrement éprouvant. Étudiant à la New York University d'origine chinoise, Dejian Zeng a choisi de se rendre en Chine, plus précisément chez le sous-traitant d’Apple Pegatron, pour se rendre compte par lui-même des très controversées conditions de travail des ouvriers qui assemblent les joujoux technologiques devenus les piliers de la nouvelle économie.

Si cet étudiant a choisi ce site de Changshou en particulier, c’est parce qu’il a fait l’objet de reportages à intervalles réguliers à mesure qu’Apple annonçait des améliorations de la situation des travailleurs, après avoir effectué par moins de seize audits sur place. Selon ces rapports, les ouvriers travaillent en moyenne 43 heures par semaine et en tout cas moins de 60 heures, et leurs salaires ont augmenté de 50% au cours des cinq dernières années, à un niveau supérieur au salaire moyen de la région.

Turn over

Au sein d’une ligne d’assemblage, sa tâche est très précise: placer une vis sur le boîtier de l’iPhone. Après 12 heures quotidiennes de présence à l'usine en incluant les pauses, le jeune homme se retrouvait dans un logement partagé avec sept autres travailleurs.

Selon Dejian Zeng, les employés du sous-traitant sont tous éduqués, ont beaucoup de conversation et discutent de relations internationales durant leurs pauses. Localement, la situation des ouvriers des usines qui produisent les iPhones est considérée comme une position basse de la société, et le turn over est très important au sein des entreprises.

Une interview très détaillée du quotidien de cet employé d'été est à lire en anglais sur Business Insider. Dejian Zeng a décidé de poursuivre une carrière dans les ONG qui défendent les droits de l'homme à la suite de cette expérience.

Slate.fr

Newsletters

Quand le Canada était antisémite

Quand le Canada était antisémite

[Blog You Will Never Hate Alone] Le 7 novembre, Justin Trudeau s'est solennellement excusé pour l'attitude de son pays lors de la Seconde Guerre mondiale. Notamment visé, le refus par les autorités de l'époque de laisser entrer des juifs fuyant le nazisme.

La NRA s'en prend aux médecins qui soignent les blessés par balles

La NRA s'en prend aux médecins qui soignent les blessés par balles

Le lobby américain des armes est furieux qu'une association de médecins demande une plus grande régulation des armes à feu.

Guerre tiède

Guerre tiède

Newsletters