Life

Nouvelles recherches du vol AF 447

Slate.fr, mis à jour le 13.12.2009 à 11 h 56

Il y aura bien une troisième phase de recherches des boîtes noires de l'Airbus A330-200 d'Air France qui s'est abîmé en mer le 1er juin au large du Brésil. Elle débutera en février, a déclaré samedi 12 décembre à Rio de Janeiro le directeur du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) de l'Aviation civile, Jean-Paul Troadec. Cette troisième phase de recherches devrait durer un maximum de trois mois, avec l'aide de sonars et de robots sous-marins et devrait permettre peut-être enfin de savoir ce qu'il s'est passé lors du vol AF447.

M. Troadec a rencontré à Rio avec le responsable de l'enquête, Alain Bouillard, les familles des victimes brésiliennes auxquelles il a présenté un point de l'enquête sur l'accident du vol AF447. Il n'y a pas eu le moindre survivant parmi les 228 passagers de l'appareil.

Selon M. Troadec, des spécialistes de la Marine américaine et du Bureau national de sécurité des transports américains (NTSB) participeront aux recherches pour tenter de localiser et de récupérer l'enregistreur des données de vol et celui des conversations dans le cockpit (les deux boîtes noires). Le BEA doit présenter le 17 décembre son deuxième rapport d'étape sur la catastrophe du vol AF447, dont les causes n'ont pas été établies pour le moment. La deuxième phase de recherches a pris fin en août.

Le rapport, a souligné M. Troadec, ne contient «pas de surprises» mais il y aura «des éléments nouveaux, notamment des recommandations en matière de sécurité». Le précédent rapport avait conclu que les sondes Pitot de mesure de vitesse étaient «un des facteurs qui ont conduit à l'accident mais n'étaient pas le seul».

«Ils continuent avec leurs discussions palliatives», a commenté amer Nelson Marinho, président d'une association regroupant des membres de familles de victimes brésiliennes, qui a perdu un fils dans l'accident. «Ils disent qu'ils vont reprendre les recherches», a-t-il ajouté, en se demandant «pourquoi ont-ils arrêté?».

«On parle beaucoup des boîtes noires. Mais nous ne pouvons pas oublier qu'il y a toujours 178 corps, dont celui du fils de Nelson, au fond de l'eau», a de son côté souligné Maarten Van Sluys, un autre membre de l'association. «Nous avons l'espoir qu'on retrouve ces dépouilles pour leur donner une sépulture digne», a-t-il dit.

[Lire l'article complet sur CANADIAN PRESS]

Lire également sur la catastrophe aérienne du vol AF447: AF447: les risques des hautes altitudes, Le mystère du vol AF447 et L'UE veut interdire les sondes Pitot sur l'A330.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Reuters

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte