France

Sondage: Royal contre-attaque

Slate.fr, mis à jour le 13.12.2009 à 14 h 21

Le sondage réalisé par BVA pour Canal+ selon lequel une large majorité de Français considère que Ségolène Royal est un handicap pour le Parti Socialiste n'en finit pas de faire des remous dans l'entourage de l'ex-candidate à la présidentielle qui évoque ouvertement la théorie du complot.

Le porte-parole de Ségolène Royal, Guillaume Garot, député PS de la Mayenne, a annoncé samedi 12 décembre avoir «saisi» la commission des sondages à propos de l'enquête BVA où la présidente de la région Poitou-Charentes est vivement critiquée par une large majorité des Français.

«Il s'agit de faire la clarté sur ce sondage qui ne me paraît pas conforme aux exigences de la loi ni de la déontologie», a indiqué dans un communiqué M. Garot. Le député-maire de Laval juge que dans cette enquête d'opinion «la formulation des questions relève d'un curieux parti pris». «Avec ce sondage, nous flirtons avec la manipulation de l'opinion, procédé que la commission des sondages doit sanctionner sans faiblesse», affirme-il.

Vendredi, le porte-parole de l'ex-candidate à la présidentielle avait déjà estimé qu'«avec ce sondage on sombre dans la trash politique... Sous couvert de rigueur scientifique, ce sondage n'a pas d’autre objectif que de continuer la campagne agressive et personnelle contre Ségolène Royal». Et «propose même carrément, dans une des questions, l’élimination d’un acteur majeur de notre vie démocratique».

Dans cette enquête BVA pour Canal+, 62% des personnes interrogées estiment que Mme Royal «devrait soutenir les positions défendues par son parti», 36% considèrent «qu'elle a raison d'afficher son indépendance» et 2% ne s'expriment pas. A la question «Aujourd'hui, pensez-vous que Ségolène Royal est plutôt un atout ou plutôt un handicap pour le parti socialiste», 74% pensent qu'elle est plutôt un handicap et 26% qu'elle est plutôt un atout.

Par ailleurs Ségolène Royal a annoncé qu'elle se rendra au sommet de Copenhague le 16 décembre pour présenter des projets de «voitures électriques à bas coût», indique samedi 12 décembre un communiqué. La présidente de région sera notamment accompagnée du chef de projet de la voiture Friendly, que le constructeur Heuliez «mettra en production dès le début de l'année prochaine». Selon le communiqué, «cette présentation donnera une visibilité internationale à ces véhicules et leur ouvrira de nouveaux marchés».

[Lire l'article complet sur LIBERATION]

Lire également sur Ségolène Royal: Et si Ségolène Royal avait gagné la présidentielle? et Ségolène Royal, la contre-présidente.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Segolène Royal  Reuters

Slate.fr
Slate.fr (9124 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte