Partager cet article

Le lipdub de l'UMP reste un bon coup

Tout le monde se moque, mais on n'a jamais autant parlé des jeunes de l'UMP. Même si cela leur coûte quelques dizaines de milliers d'euros.

Les jeunes militants de l'UMP à l'origine du clip, qui met en avant plusieurs ministres de la majorité sur la chanson «Tous ceux qui veulent changer le monde», n'avaient pas acquis les droits de la version utilisée, chantée par l'artiste Marie-Mai. L'UMP devra donc s'acquitter de plusieurs dizaines de milliers d'euros de droits d'auteur. Un accord est sur le point d'être signé et devrait dédommager l'artiste et le producteur de plus de 32.500 euros. Cela fait encore plus désordre. Pour autant, ce clip ringard reste un bon coup de communication. Voilà pourquoi.

 

C'est le clip de la fin de l'année 2009. Le lipdub des jeunes de l'UMP tout le monde en a parlé, il a concurrencé la santé de Johnny et a même éclipsé pour un temps le sommet de Copenhague. De Internet évidemment aux journaux du 20H, tout le monde s'est gaussé du Lipdub de l'UMP. Tout le monde a bien ri sur le thème de «quand même à l'UMP ils sont bien ridicules. Mais comment les gens supportent encore ces petits rigolos?»

Certains estiment que c'est le deuxième plus grand échec politique sur Internet de l'année après le site catastrophique de Désirs d'Avenir de Ségolène Royal. Et les arguments pour cette thèse sont nombreux et valables: la chanson est cul-cul, le montage n'est pas génial, ce n'est même pas un vrai Lipdub car normalement c'est en un plan séquence, Gilbert Montagné conduit une voiture alors qu'il est aveugle, les ministres feraient mieux de travailler...

Sauf que, contrairement à ce que pourrait penser la plupart des gens, ce Lip Dub n'est pas forcément une mauvaise opération de communication pour plusieurs points.

Premier bon point : l'exposition médiatique

En politique, aujourd'hui, l'important est que l'on parle de vous. En bien ou en mal. L'exposition médiatique est la clef miracle pour exister. De ce point de vue-là, les Jeunes Populaires de l'UMP ont magistralement réussi leur coup. Benjamin Lancar, le président de ce mouvement - alors qu'il n'est pas spécialement charismatique et qu'il a une voix plutôt désagréable - commence à se faire un nom. Les discordes de l'année dernière au moment de son élection ont été complètements oubliées.

Hormis lui et le cas particulier de Jean Sarkozy, pouvez-vous citer le nom d'un autre très jeune homme politique? Connaissez-vous les noms des représentants du MJS, des jeunes Verts, des communistes, du MoDem, du Front National? Etes-vous certains même que tous ces partis ont une organisation de jeunes? Non, évidemment.

Les cadres de ces formations, s'ils en avaient eu l'idée, auraient sans doute été enchantés d'atteindre la même notoriété pour à peine trois minutes de ridicule. Benjamin Lancar ne s'y trompe pas en se réjouissant de ce buzz sur son blog.

Deuxième bon point: la diversité


Cela rentre dans le processus de construction médiatique. Il faut montrer que les jeunes pops ne sont pas tous des cathos tradis qui ont leur bac à 16 ans à Versailles avec un petit pull-over sur les épaules. Toute la vidéo fait bien attention à mettre en avant des fauteuils roulants, des noirs, des beurs, des beaux, des gros, une grosses noire (ça compte double). La France, unie dans la diversité. Oui, l'on sait que c'est pour la vidéo, que c'est monté, mais, au moins, l'effort est là. Cela n'a pas toujours été une évidence de représenter cette diversité.

Et quand les gens repenseront à la vidéo, ils songeront à tous ces visages variés. Et ils se diront: «Certes, c'est de la com', mais pour les jeunes de l'UMP au moins je sais qu'il y a de la diversité alors que pour les autres organisations de jeunes, je n'en sais rien puisque je ne vois pas leurs vidéos».

Troisième bon point: l'unité


N'oublions pas les paroles et le slogan: «Ensemble». Surtout, restons dans la thématique de 2007, «Ensemble tout devient possible». Si tout le monde s'est moqué des gestes poussifs et des lèvres saccadées des ministres, on ne remet pas en cause leur légitimité à être là, et surtout à être réunis. Imaginez le même Lip Dub avec les dirigeants du Parti socialiste. Personne n'aurait trouvé crédible que Royal, Peillon, Valls, DSK et Aubry chantent ensemble. Nous aurions dénoncé une mascarade d'unité.

Là, le Lip Dub s'inscrit dans l'image que veut renvoyer l'UMP. Il y a un chef, Nicolas Sarkozy. Lui ne chante pas, il bosse. Il va à Copenhague négocier avec les grands de ce monde tandis que pendant ce temps là tous ses ministres s'aiment (en apparence bien sûr, parce qu'entre Rama Yade et Nadine Morano, ce n'est pas forcément le grand amour par exemple). Pris individuellement, il est certain que pour chaque personnalité politique présente c'est presque dégradant. Mais d'une part il y en a tellement qu'au final la plupart des gens oublieront assez vite lesquels étaient présents ou pas. D'autre part, comparé à l'exposition médiatique que cela apporte, le risque électoral est pratiquement nul en contrepartie. Un électeur changera-t-il de parti parce qu'il a vu un ministre chanter pendant dix secondes avec des jeunes? Non. Au pire du pire, ce sera la goutte d'eau de trop après de nombreuses raisons sérieuses comme la montée du chômage, la crise, la politique migratoire, etc...

Quand on voit l'atmosphère délétère non cachée au Parti socialiste ou dans certains gouvernements de droite précédents, la mise en avant de cette unité vaut peut-être trois minutes de honte. Car, et c'est la ritournelle habituelle, dans ce contexte actuel de multipolarisation des puissances, de crise et d'incertitude, il vaut toujours mieux renvoyer l'image d'un parti uni derrière un chef que celle d'une armée de généraux mexicains, tout aussi talentueux qu'ils soient.

Quatrième point, à méditer: les gentils Jeunes Populaires contre le méchant Web

A l'UMP, ils ne sont pas totalement idiots. Ils savaient très bien que sur le net, sur Twitter notamment, les utilisateurs allaient se défouler contre eux. Mais cela rentre dans leur stratégie de proclamer que ceux qui s'expriment sur le Web ne représentent pas la majorité des Français.

«Regardez!, n'ont-ils plus qu'à dire. Nous, on vous propose une musique sympa, enjouée, qui veut donner du baume au cœur. Ok, ce n'est pas parfait, mais au moins on essaye. Que font pour la France les gens qui passent leurs journées sur des repères de gauchistes tel Twitter? Rien, à part empêcher des hommes politiques comme Frédéric Lefebvre de s'exprimer dans le respect de la démocratie ».

Quoi qu'ils fassent, les Jeunes Populaires et l'UMP seront raillés par la «communauté Internet». Autant alors assumer, s'ériger en martyr, surjouer le kitsch et taper un grand coup médiatique ce qui permet de toucher un autre public et de marquer les esprits. 

Quentin Girard

Lire également sur le même sujet: La vidéo du Lip Dub de l'UMP, risée de l'Internet.

Image de Une: Capture DailyMotion.com

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte