Science & santé

Vos cheveux révèlent des détails intimes sur vous

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 10.04.2017 à 15 h 07

Repéré sur Inverse, YouTube

Des chercheurs ont montré qu'on peut en apprendre beaucoup sur vos habitudes alimentaires et connaître votre sexe grâce à une mèche.

Cheveux | Daniel Christensen via Wikimédia CC License by

Cheveux | Daniel Christensen via Wikimédia CC License by

Jusqu'à aujourd'hui, on savait que les cheveux pouvaient en dire long sur notre consommation de drogue. Un test pouvait en effet révéler si une personne avait eu une consommation de produits illicites ces trois derniers mois.

Aujourd'hui, nous apprend le site Inverse, des chercheurs ont découvert que notre tignasse avait encore beaucoup d'autres secrets à révéler sur notre poids, nos habitudes alimentaires et même notre sexe. Lors du 253e National meeting and exposition of the American chemical society, des chercheurs de l'université de West Virginia ont ainsi expliqué que ces caractéristiques sont écrites au niveau des atomes. La technique de l'équipe de scientifiques consiste, écrit Inverse, à «examiner les différences dans les ratios d'isotopes contenus dans les cheveux», et le site rappelle que «les isotopes sont les atomes d'un élément, comme le carbone ou le nitrogène, qui peuvent avoir des nombres variés de neutrons. Ces atomes se lient pour former des acides aminés, qui forment alors de la kératine [le constituant principal des cheveux, à hauteur de 95%, NDLR]». Les différences dans les ratios permettent alors de connaître ce qu'une personne mange ou même son genre.

Utilisation judiciaire

«Avec cette approche, explique l'American chemical society dans une vidéo sur YouTube, l'équipe a pu identifier quinze mesures de ratios d'isotopes qui peuvent potentiellement apporter des informations cruciales à propos de certains aspects du mode de vie des individus.» Elle a ainsi testé des échantillons de cheveux venant de 20 femmes différentes. Avec leur analyse, ils ont pu trouver l'indice de masse corporelle avec environ 80% de précision. Sur un autre panel, composé d'hommes et de femmes, le pourcentage est monté à 90%. «La composition des acides aminés des cheveux humains est différente s'il s'agit d'un homme ou d'une femme, et pas seulement par la quantité d'acides aminés, mais également leur ratio d'isotope», a expliqué le professeur Glen Jackson à Inverse.

Il a bon espoir, qu'un jour, cette méthode puisse être utilisée par la police scientifique. Après tout, nos cheveux livrent des éléments que ne peut pas donner l'ADN. Mais pour l'instant, la technique nécessite un nombre important de cheveux, une ressource rarement présente sur les scènes de crime. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte