Culture / France

Les Français, grands amateurs de fesses

Temps de lecture : 2 min

Suite au documentaire sur les fesses diffusé sur Arte cette semaine, et qui a été beaucoup commenté dans les médias, le quotidien britannique The Telegraph souligne l'amour immodéré des Français pour les fesses.

«Fesses» est un mot typiquement français, explique le journal. Edward Lucie-Smith, historien de l'art, souligne qu'il n'y a pas de traduction exacte qui recouvrait exactement la même étendue corporelle que le mot fesse. «Aucun mot en anglais ne signifie tout à fait la même chose. Les mots anglais réduisent au derrière»

Les artistes français auraient d'ailleurs un talent inégalable quand il s'agit de peindre des fesses: mentionnons Courbet, Boucher, Toulouse-Lautrec, Ingres, Matisse and Degas.

«Nous avons un lien particulier avec cette partie du coprs» souligne Allan Rothschild, co-directeur du documentaire. Il faut se souvenir de Brigitte Bardot interrogeant dans Le Mépris«Et mes fesses? Tu les aimes, mes fesses?»

[Voir la vidéo]

[Lire l'article complet sur The Telegraph]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Brigitte Bardot dans Le Mépris, de JL Godard

Slate.fr

Newsletters

«Le procès contre Mandela et les autres» et «6 Portraits XL», deux films pour toucher le réel

«Le procès contre Mandela et les autres» et «6 Portraits XL», deux films pour toucher le réel

Des voies aussi différentes qu'également originales pour explorer et donner à comprendre la réalité.

Chanel et la danse

Chanel et la danse

La maison a noué à plusieurs reprises des liens avec la danse. Cette année, Chanel a été mécène pour le gala d’ouverture de la saison de l’Opéra de Paris et accompagne l’événement avec des podcasts. Conversations avec Aurélie Dupont, Diana Vishneva, Kate Moran et Ohad Naharin.

«The House That Jack Built», diabolique comédie

«The House That Jack Built», diabolique comédie

Le nouveau film de Lars von Trier est une fable horrifique qui, aux côtés d'un tueur en série aussi ingénieux que cinglé, interroge la place de la violence dans la vie et dans les arts.

Newsletters