Monde

Les États-Unis ont lancé des missiles contre une base aérienne syrienne

Eric Leser, mis à jour le 07.04.2017 à 10 h 43

Missile lancé par le destroyer américain Cape St George. Wikimedia commons

Missile lancé par le destroyer américain Cape St George. Wikimedia commons

Pour la première fois depuis le début de la guerre en Syrie il y a six ans, les États-Unis s'en sont pris militairement aux forces du régime de Bachar al Assad. L'armée américaine a lancé 59 missiles de croisière dans la nuit du jeudi 6 avril au vendredi 7 avril contre une base aérienne du gouvernement syrien.

C'est la réponse de Donald Trump et de la Maison-Blanche à ce qui est considéré comme l'utilisation par le régime de Bachar al Assad d'armes chimiques le 4 avril contre la ville de Khan Cheikhoun aux mains des rebelles. Ce bombardement chimique aurait fait plus de 100 morts dans la population civile.

Deux navires de guerre américains se trouvant en Méditérranée, les destroyers USS Ross et USS Porter, auraient lancé près de 60 missiles Tomahawk sur une seule cible, la base aérienne de Shayrat dans la province de Homs. C'est de cette base qu'auraient décollé les avions qui ont largué les bombes chimiques le 4 avril. 

Selon des informations obtenues par NBC News, étaient ciblés les infrastructures, dont les dépôts de carburant et le système de défense anti-aérien, et les appareils de la base.

En comparaison, lors de l'invasion de l'Irak en 2003, l'armée américaine avait lancé plus de 500 missiles de croisière.

Selon des officiels américains, les forces militaires russes qui sont présentes en Syrie ont été informées par avance des attaques. Donald Trump a déclaré que c'était «un intérêt vital de la sécurité nationale des États-Unis d'empêcher et de dissuader la diffusion et l'utilisation d'armes chimiques...». Il a appellé «toutes les nations civilisées à se joindre à nous pour mettre fin aux massacres et au bain de sang en Syrie. Et aussi pour mettre fin au terrorisme de toutes sortes...».

Dans une déclaration commune, les sénateurs américains républicains John McCain et Lyndsey Graham se félicitent que les États-Unis aient «envoyé un important message qu'ils ne resteront plus sans réaction quand Assad, aidé et protégé par la Russie de Poutine, massacrera des Syriens innocents avec des armes chimiques et des barils d'explosifs. Au contraire de l'administration précédente, le Président Trump confronté à un moment important en Syrie a agi. Pour cela, il mérite le soutien du peuple américain».

Eric Leser
Eric Leser (66 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte