Boire & manger / Monde

Comment les hipsters ont fait flamber le prix des os aux Etats-Unis

Temps de lecture : 2 min

La hausse de la demande de bouillon d'os a fait augmenter les prix des os, à la grande joie des éleveurs.

/
Bouillon d'os Steven Burt via Flickr CC License by

Depuis 2014, le bouillon d'os est tendance aux Etats-Unis. La star du basket Kobe Bryant adore. Gwyneth Paltrow aussi. Et il existe désormais à New York plusieurs stands qui servent du bouillon à emporter dans une tasse, comme des cafés. On peut par exemple y déguster un bouillon de poulet amish bio de Pennsylvanie, cuit pendant 24 heures.

La marque Bru a même lancé des bouteilles de bouillon d'os avec plusieurs goûts, comme jus de kale ou café.

Dans l'Oregon, Portland a aussi son «Broth Bar», ou bar à bouillons, et selon la propriétaire de cet établissement, la popularité de ce breuvage a déjà eu un effet sur le prix des os.

«C'est très difficile de trouver assez d'os», explique Tressa Yellig à la radio NPR.

Alors qu'il y a quelques années, elle payait environ 30 dollars (28 euros) pour 20 kilos d'os, certains bouchers vendent maintenant des os de boeuf à 4 dollars (3,70 euros) pour 500 grammes.

Pour les éleveurs, c'est une très bonne nouvelle. La journaliste de NPR a interviewé la propriétaire d'une ferme de Virginie qui explique qu'il y a trois ans, elle ne prenait même pas la peine d'essayer de vendre les os de son bétail, alors qu'elle les écoule maintenant à 2 dollars pour 500 grammes. Même chose pour une agricultrice de Géorgie qui était habituée à broyer les os pour fertiliser les terres, mais qui les vend maintenant chaque semaine.

Vu les prix élevés des os de poulet et de bœuf, les propriétaires du Broth Bar de Portland expérimentent avec d'autres animaux, comme l'agneau, la dinde ou encore l'alpaga.

Slate.fr

Newsletters

Jean-François Revel, académicien, gourmet et arpenteur de restaurants

Jean-François Revel, académicien, gourmet et arpenteur de restaurants

De lui, on retient ses nombreux écrits. L'écrivain et journaliste avait une passion: la gastronomie, surtout avec ses amis. Portrait d'un homme de (bons) goûts.

Convaincre un fou de whisky de passer au rhum: mode d'emploi

Convaincre un fou de whisky de passer au rhum: mode d'emploi

Votre mission si vous l’acceptez: convertir au spiritueux de canne un amateur de single malt. Malgré les cris d’orfraie qu'il ne manquera pas de lancer, rassurez-vous, c'est moins compliqué qu'il n'y paraît.

Les restaurants sont devenus bruyants (et ce n'est pas uniquement la faute des clients)

Les restaurants sont devenus bruyants (et ce n'est pas uniquement la faute des clients)

Le bruit arrive en haut du classement des plaintes de la clientèle.

Newsletters