France

Jean-Luc Mélenchon, le plus profondément féministe des cinq «grands» candidats

Aude Lorriaux, mis à jour le 10.04.2017 à 14 h 27

Slate.fr explore le programme, les déclarations et le bilan des candidats à la présidentielle sous le prisme de l’égalité femmes-hommes. Aujourd’hui, Jean-Luc Mélenchon. [4/6]

Mélenchon à Marseille le 8 mars 2017, dans un club d'auto-défense pour femmes.

Mélenchon à Marseille le 8 mars 2017, dans un club d'auto-défense pour femmes.

La scène se déroule à La Cigale, salle de concerts à Paris, le 7 mars 2012. Tous les candidats ont été invités à s’exprimer sur l’égalité femmes-hommes, puis vient le tour de Jean-Luc Mélenchon:

«-Est-ce que vous êtes féministe, et pourquoi?

-Je me doute qu’il faut que je réponde oui!»

...répond en blaguant «Méluche», avant de s'expliquer:

«J’en profite pour dire pourquoi, après tout, il y a mille manières d’être féministe. Moi je sais à qui je le dois, à Colette Audry [romancière et scénariste française, amie de Simone de Beauvoir, ndlr] (applaudissements). Colette Audry, je savais pas qui c’était, j’ai pendant un an mangé en face d’elle tous les midis, on préparait les congrès du PS –ça vous dit quelque chose? (rires). Je trouvais que cette femme avait quelque chose de magique. Un jour, elle me prend à part et elle me dit "faut que t’arrêtes, tu ne dis que des bêtises", parce que j’étais universaliste, mais à la mauvaise manière. C’est elle qui a fait ma formation, qui m’a expliqué en quoi le patriarcat était une structure antérieure à la société politique et en arrière plan de toute forme de société politique».


Un bilan en cohérence avec un discours résolument féministe

Voilà donc le décor, planté harmonieusement dans un terreau fertile: Jean-Luc Mélenchon formé par Colette Audry, une pionnière du féminisme, qui a fondé en 1960 le «Mouvement démocratique féminin» (1960!). Il y a pire comme tableau de départ. Regardons maintenant un peu le bilan, moins facile à décrypter. Si l’on scrute le mandat de Mélenchon comme sénateur (de 2004 à 2010), le candidat de la France insoumise a fait parfois des choix discutables. Comme s’abstenir sur la loi du 23 mars 2006, qui oblige à négocier chaque année des mesures de suppression des écarts de rémunération, ou sur la loi créant la Halde. Il a cependant voté pour le texte qui introduit dans la Constitution le principe selon lequel la loi «favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives».

En tant que député européen (depuis 2009), Jean-Luc Mélenchon a voté en faveur de nombreuses résolutions visant à améliorer le sort des femmes. Comme le texte sur les «femmes employées de maison, auxiliaires de vie et gardes d’enfants dans l’Union européenne», qui demande à la commission européenne de protéger ces salariées particulièrement fragiles, dans un secteur peu réglementé. Ou celui sur sur l’approche intégrée de l’égalité des femmes et des hommes dans les travaux du Parlement européen, ou «gender mainstreaming», un concept qui parait technique mais est extrêmement important puisqu’il consiste à intégrer la perspective de l’égalité entre les femmes et les hommes à tous les stades et dans tous les domaines des politiques publiques. En gros, de définitivement adopter les lunettes du genre… Et on pourrait citer encore d’autres textes (plan d’action de l’Union européenne sur l’égalité des sexes, plan d’action sur l’émancipation des jeunes filles par l’éducation, etc. Les Glorieuses en ont dressé la liste complète).

Un bilan en cohérence avec un discours résolument féministe:

Les bons points et les idées originales du programme

 

1.Un programme solide, documenté, ambitieux

Qu’on soit de droite ou de gauche, difficile de ne pas le reconnaître: sur la question des droits des femmes, Jean-Luc Mélenchon est celui qui a le plus travaillé son programme. Contrairement aux clichés qui circulent parfois sur la gauche de la gauche, souvent accusée de laxisme, son texte est le plus pointu et le plus précis de tous les candidats.

Il n’hésite pas à prendre à bras le corps de nombreux problèmes, comme la question des inégalités salariales, qui a évolué à pas d’escargot durant les trente dernières années. Le candidat de la France insoumise a toute une batterie de mesures: l’extension à toutes les entreprises de l'obligation d'adopter un plan d’action sur le sujet (obligation actuellement limitée aux entreprises de plus de 50 salariés); l’augmentation des sanctions financières et pénales contre les entreprises qui ne respectent pas l’égalité femmes-hommes (avec en guise de bâton l'interdiction d'accès aux marchés publics et la suppression des subventions, qui est déjà dans la loi actuelle, mais qui est peu appliquée); la suppression du temps partiel contraint, qui touche à 80% des femmes. Les gains de cotisation sociales espérés avec ce rattrapage de salaires lui permettront, dit-il, de financer la retraite:

Mais la question des inégalités salariales ne se limite pas à faire en sorte que les mêmes postes soient payés de la même manière. Seulement 17% des emplois sont mixtes, et les emplois à prédominance féminine sont aussi les moins bien payés, comme nous vous l’expliquions ici. Jean-Luc Mélenchon veut donc les revaloriser. «Le diplôme vaut salaire. Il doit y avoir la loi et des accords de branche», précise Delphine Beauvois, co-autrice du livret thématique sur l’égalité Femmes hommes de la France insoumise.

Sur de nombreux autres thèmes, le programme est tout aussi ambitieux. Pour remédier à la pénurie de crèches, et alors que la moitié des 2,4 millions d’enfants de moins de trois ans n’ont pas de place d’accueil, Mélenchon propose un véritable service public de la petite enfance et 500.000 nouvelles places «en crèche et modes de garde adaptés» (Benoît Hamon en propose 250.000). Un chiffre qui correspond aux revendications de l’association Osez le féminisme! et aux besoins estimés par un rapport de l'observatoire de la petite enfance en 2012, mais qui est peut-être surestimé car depuis 2012, 33.000 places en crèche ont été créées, entre autres. Idem sur la parité en politique: avec la VIè République, plus besoin d’attendre que les amendes finissent par faire bouger les lignes, la nouvelle assemblée constituante sera «strictement paritaire». Et la parité va plus loin en s'étendant  aux «institutions politiques, administratives, économiques, syndicales et associatives».

2.Le seul à ne pas avoir peur de parler de patriarcat ni de féminisme ou de genre

Une chose qui frappe, dans le programme de Jean-Luc Mélenchon, c'est les mots emplotés. Sans peur d’effrayer son électorat, il n’hésite pas à employer les mots de patriarcat, de féminisme ou de genre, qui sont absents des programmes de ses concurrents. Et il le fait avec une certaine pédagogie, en listant dans son programme thématique «les chiffres du patriarcat»:

Montage de deux captures d'écran du livret égalité femmes-hommes de la France insoumise.

Initiative salutaire, quand au même moment certains journalistes sont capables d’affirmer à une heure de grande écoute que le patriarcat a disparu dans les années 1960

 

3.Des idées qu’on ne trouve pas dans les autres programmes

Si on regarde dans le détail les programmes des candidats pour l’égalité femmes-hommes, on trouve une multitude de propositions dans le programme de Mélenchon qui ne sont pas faites par les autres candidats. C’est dû au fait qu’avec son «livret thématique», Mélenchon a le programme le plus long et complet. Il est ainsi le seul à évoquer les violences obstétricales, en souhaitant «garantir une prise en charge digne pendant la grossesse et l’accouchement». Sur le droit à l’avortement, quand d’autres candidats n’évoquent pas du tout le sujet dans leurs programmes (Macron et Fillon), Mélenchon lui consacre plusieurs propositions, inscrites dans le deuxième des trois grands axes de son programme, intitulé «Mon corps m’appartient!», qui a lui seul donne une idée de l’importance qu’il accorde. Il est allé jusqu’à proposer d’inscrire dans la Constitution le droit à l’avortement, une mesure pour définitivement le protéger. Enfin, il est le seul à parler dans son programme des femmes trans, en proposant pour elles un changement d’état civil libre et gratuit, et le seul également à offrir des propositions concrètes en faveur des personnes prostituées victimes de la traite, à qui il veut donner des papiers d’identité.

4.Des mesures concrètes pour agir sur les représentations sexistes

Jean-Luc Mélenchon est le seul candidat à proposer uns liste de mesures détaillées pour agir sur les représentations sexistes. Quand Benoît Hamon propose de «doubler les moyens à disposition du ministère des Droits des femmes», et alors que le mot n’est même pas évoqué dans les 17 pages du programme d’En Marche! Mélenchon égraine de nombreuses mesures: il veut «donner aux noms de jeunes filles et jeunes hommes le même statut», «supprimer la catégorisation masculin/féminin dans tous les documents officiels», «Garantir l’égalité entre le sport féminin et masculin, y compris en matière de diffusion à la télévision», «mettre en œuvre une politique résolue de féminisation des titres et des textes officiels» et enfin «voter une loi contre le sexisme». On pourrait faire remarquer que le «comment» de ces mesures n’est pas détaillé, mais au moins, elles existent, quand le sujet est quasiment absent des programmes des autres candidats. «Les mesures proposées par Jean-Luc Mélenchon pour lutter contre les stéréotype sexistes sont ambitieuses», reconnaît d’ailleurs l’association Osez le féminisme.


Les points d’interrogation

1.Des ambiguïtés entre programme et livret thématique

S’il fallait trouver quelque chose à redire, on pourrait faire remarquer qu’il existe entre le livret thématique et le programme lui-même des différences, qui mériteraient d’être éclaircies.  Le programme en ligne propose ainsi de «favoriser des congés parentaux de durée identique entre les parents», quand le livret écrit «instaurer des congés parentaux de durée identique entre les parents», une formulation qui semble plus affirmative. Ces congés de durée identique seront-ils donc imposés, ou pas? Le site «Connaissances de cause», mis en place par des chercheuses et féministes, a également constaté «des divergences» entre le programme publié et les déclarations du candidat, qu’il ne détaille pas.

2. Des mesures floues, d’autres déjà appliquées

Comme chez tous les autres candidats, plusieurs mesures du programme de la France insoumise paraissent floues, comme celle que nous avons citée, la «loi  de lutte contre le sexisme». «On devrait pouvoir sanctionner les propos d’Hanouna», tente d’expliquer Delphine Beauvois, qui reconnaît que le contenu de cette mesure est encore en discussion. «Est-ce que c’est contraindre les magasins à en finir contre le rose et le bleu?», se demande-t-elle. «On a des thématiques qu’on a évoquées, on veut par exemple l’obligation de la formation de tous les fonctionnaires à l’égalité femmes-hommes, et obliger grands groupes à trouver les cyber-harceleurs. On veut aussi agir sur les manuels scolaires, les jouets…» égraine-t-elle, en promettant «du costaud», mais en affirmant avoir besoin de temps: «La loi cadre sur les violences a demandé deux ans de boulot, une loi ne s’élabore pas qu’entre deux députés. Cela demande beaucoup de moyens, il faut une batterie de juristes, faire des auditions etc.»

Certaines mesures sont déjà en principe mises en place, comme celle qui consiste à «octroyer le statut de réfugiée pour toute femme demandant l’asile parce que victime de violences sexistes, sexuelles ou lesbophobes», un droit octroyé par la  Convention de Genève relative au statut des réfugiés, à moins que le programme ne vise un octroi plus systématique, ce qu’il ne précise pas. La mesure qui vise à abolir le principe de prescription pour les crimes à caractère sexuel semble aussi un peu caduque, puisque l’Assemblée Nationale a adopté en février (mais donc après la parution du programme) une mesure qui double ce délai.

3.Le voile, un «accoutrement contraires à la dignité républicaine»?

«Refuser de rencontrer d’État à État ceux qui obligent nos Ministres femmes de porter des accoutrements contraires à la dignité républicaine»: cette mesure du programme de Mélenchon est formulée d’une manière si étrange, qu’on se demande ce qu’elle sous-entend. Si l’on peut débattre de l’opportunité de refuser ou non de porter le vole pour les femmes ministres en visite officielle, le terme «accoutrement» est assez péjoratif. Il est défini par le Larousse comme un «habilement bizarre, ridicule». Est-ce le terme que l’on devrait utiliser pour désigner un habit porté par au moins 500.000 femmes en France? Dans un chapitre qui prétend prôner le respect des femmes, voilà qui fait fausse note. Car pas sûr qu’on arrive à les convaincre de laisser tomber le voile (rappelons que 6% seulement d’entre elles affirment le porter par «contrainte», elles sont donc très largement volontaires pour cela), si c’est le projet de la France insoumise, en les ridiculisant…

Peut-être que le Mélenchon de 2017 devrait, in fine, relire le Mélenchon de 2012. Celui qui, interrogé par Elle sur sa définition du féminisme, affirmait: «Le droit de base pour un partisan des droits de l’Homme, c’est le droit de disposer de soi, de sortir de la main du maître».

Slate.fr explore le programme, les déclarations et le bilan des candidats à la présidentielle, sous le prisme de l’égalité femmes-hommes. Déjà publiés: À quel point Macron est-il féministe? ; Les mesures de François Fillon vont précariser les femmes ; Benoît Hamon est résolument «féministe», son revenu universel l’est peut-être moins... ; Marine Le Pen, «féministe»? Une escroquerie!

 

Aude Lorriaux
Aude Lorriaux (224 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte