Monde

Mexique, 14.000 morts de la drogue en 3 ans

Temps de lecture : 2 min

Il y a trois ans, le président mexicain Felipe Calderón lançait une guerre contre les cartels de la drogue, au nombre d'une demie-douzaine, extrêmement violents dans le pays. Depuis, dans les villes aux frontières du pays, on ne sait plus qui est dans quel camp, ou ce qu'il faut dire ou pas pour rester en vie. 14,000 personnes ont été tuées pendant ces trois dernières années: «le pire carnage depuis la révolution mexicaine», explique The Atlantic.

Personne ne sait si ces morts sont dues aux violences entre les clans, entre le président et son opposition, ou simplement des «dommages collatéraux» de la guerre menée par le gouvernement contre les cartels. Ces 14.000 morts n'ont jamais été élucidées, parce que les témoins interrogés ne parlent pas; mais aussi parce que la police ne ressent pas toujours le besoin de les interroger, et que laisser les choses irrésolues n'est pas plus mal.

Armando Rodríguez, reporter qui avait écrit un article dans lequel il mettait en cause des membres de la famille Patricia González, procureur de l'Etat Chihuahuan, montrant leur implications dans le narco-trafic, a été assasiné. D'autres ont été menacés et se sont exilés.

Au Mexique, qui est déjà pour certains un Etat défaillant, «il est dangereux de dire la vérité. Il est même dangereux de la connaître.»

[Lire l'article complet sur The Atlantic]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Tres Descamarado, Flickr, el caracol

Slate.fr

Newsletters

La Nasa n’arrête pas de perdre des trésors inestimables

La Nasa n’arrête pas de perdre des trésors inestimables

Perdus, volés ou vendus, des équipements historiques ont échappé au fil du temps au contrôle de l’agence spatiale.

«Bolsonaro est une antiquité qui nous arrive du passé via WhatsApp»

«Bolsonaro est une antiquité qui nous arrive du passé via WhatsApp»

Comme les milieux religieux, la communauté tech est très divisée sur le phénomène Bolsonaro. Sur le point d'être élu grâce aux réseaux sociaux, il ne sera pas forcément pour autant un président favorable aux nouvelles technologies.

La Chine croule sous le poids de ses vélos flottants abandonnés

La Chine croule sous le poids de ses vélos flottants abandonnés

En Chine, l’industrie du vélo en libre-service est si florissante que des milliers de bicyclettes fanent aux quatre coins des villes.

Newsletters