Parents & enfants

Pourquoi les bébés pleurent moins au Danemark qu'au Royaume-Uni

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 04.04.2017 à 13 h 19

Repéré sur The Journal of Pediatrics, Reuters, The Guardian

Une étude souligne que les bébés britanniques, canadiens et italiens pleurent plus que ceux vivant au Danemark, au Japon ou en Allemagne.

Joachim crying | Tatiana Vdb via Flickr CC License by

Joachim crying | Tatiana Vdb via Flickr CC License by

Les bébés pleurent-ils plus ou moins selon leur lieu de naissance? C'est la question au cœur d'une étude menée par des psychologues britanniques auprès de bébés de trois mois et moins et publiée dans The Journal Of Pediatrics. Plusieurs études impliquant des milliers de bébés ont été comparées afin d'évaluer les éventuelles différences entre les pleurs de bébés au Danemark, au Royaume-Uni,  en Allemagne, au Canada, aux Pays-Bas, en Italie ou au Japon.

«En moyenne, note Reuters, l'étude a montré que les bébés pleurent pendant environ deux heures par jour pendant les deux premières semaines. Puis, ils pleurent un peu plus durant les semaines qui suivent jusqu'à atteindre un pic de deux heures et quinze minutes par jour au bout de six semaines. Cela retombe ensuite à une moyenne d'une heure et dix minutes lorsqu'ils atteignent l'âge de 12 semaines.»

Il est aussi apparu que les bébés britanniques, canadiens et italiens pleuraient plus que ceux vivant au Danemark, au Japon ou en Allemagne. Les états de crise (plus de trois heures de pleurs par jour pendant au moins trois jours par semaine) ont ainsi été détectés chez 28% des enfants britanniques de moins de deux semaines, 34,1% des enfants ayant entre trois et quatre semaines et 20,9% des Italiens ayant entre huit et neuf semaines. Il existe aussi des pays où certains enfants pleurent moins de trente minutes par jour et d'autres où ils pleurent plus de cinq heures.

«Oh, et les bébés danois dorment beaucoup dehors»

Dieter Wolker, qui a mené l'étude à l'université de Warwick, explique les conclusions de son travail: «Les bébés sont déjà très différents dans leur façon de pleurer dès leurs premières semaines de vie. Nous pourrions en apprendre plus en nous penchant sur les cultures où les bébés pleurent moins, notamment pour savoir si cela peut être dû à l'éducation ou d'autres facteurs liés à la grossesse ou la génétique.»

Le Guardian, peut-être vexé par les résultats concernant les Britanniques, s'est empressé de tenter un début de réponse en cherchant à comprendre ce que les Danois faisaient mieux qu'eux. Il faut savoir que là-bas, la future mère bénéficie de quatre semaines de congés maternité avant la naissance, et que les parents peuvent se partager 52 semaines (un an) ensuite comme ils l'entendent. Mais pour Jessica Joelle Alexander, co-auteure de The Danish Way of Parenting, ces données trouvent bien d'autres explications. «Je ne suis pas surprise. La première année de la vie d'un enfant est très importante au Danemark et c'est une perspective très différente des autres pays. Les parents danois sont bien moins stressés car ils ont de bons congés paternités et maternités. L'ambiance est plus calme et, si les mères ont plus de temps libre, cela veut dire aussi moins de stress, plus de contacts, de bonnes routines et moins de pleurs. Oh, et les bébés danois dorment beaucoup dehors.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte