Monde

Nucléaire: Taiwan approvisionne l'Iran en technologies prohibées

Temps de lecture : 2 min

Selon des services de renseignements occidentaux cités par le quotidien britannique Daily Telegraph en date du 10 décembre, l'Iran utiliserait un réseau clandestin via Taiwan pour importer des technologies prohibées pour son programme d'armement nucléaire. Des inspecteurs de l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique) auraient ouvert des enquêtes.

En réponse aux pressions internationales croissantes pour stopper ses opérations d'enrichissement d'uranium, Téhéran aurait accru au cours des dernières semaines ses efforts pour acquérir les technologies nécessaires à la fabrication de bombes nucléaires. Selon le Daily Telegraph, des responsables du ministère de la défense iranien auraient eu une série de contacts avec des sociétés taïwanaises et leur auraient notamment commandés des centaines de capteurs et transmetteurs de pression utilisés pour produire de l'uranium enrichi de niveau dit militaire.

L'Iran tente désespérément d'acquérir ce type de matériel depuis plus d'un an et s'est vu refuser cette possibilité par des sociétés américaines et européennes. Même la Chine, qui dans le passé a pourtant soutenu le programme nucléaire iranien, s'est montrée réticente au cours des dernières semaines après avoir soutenu une motion sanctionnant Téhéran le mois dernier par l'AIEA après la révélation de l'existence d'une deuxième usine secrète d'enrichissement d'uranium à Qom.

Selon les services de renseignements occidentaux, l'Iran a répondu aux sanctions par une accélération de ses efforts pour obtenir des technologies prohibées et notamment des capteurs de pression. Ces derniers auraient été à l'origine fabriqués en Europe et ensuite vendu à une société Taiwan qui servait d'intermédiaire et de paravent. L'AIEA chercherait à savoir si la société européenne a été trompée ou a sciemment utilisé un partenaire taïwanais pour vendre cet équipement interdit à l'Iran.

«C'est une sérieuse brèche dans l'embargo car elle a permis à l'Iran d'acquérir des équipements sophistiqués pour développer son programme nucléaire» a déclaré au Daily Telegraph un officiel de l'ONU. «Nous devons empêcher les sociétés de mener ce type de transactions avec l'Iran», a-t-il ajouté.

Au début de l'année, un Canadien d'origine iranienne a été arrêté pour tenter illégalement de transférer en Iran des transmetteurs de pression achetés aux Etats-Unis.

[Lire l'article complet sur le TELEGRAPH]

Lire également sur le programme nucléaire iranien: Nucléaire: l'Iran gagne encore du temps et Surprise, l'Iran ment!

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Vue par satellite de l'emplacement de l'usine secrète d'enrichissement uranium près de Qom  Reuters

Slate.fr

Newsletters

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

La tension est montée d’un cran entre Ankara et Paris, à l’ombre du déploiement de forces spéciales françaises dans le Rojava et de l’appui diplomatique peu équivoque au projet d’autonomie territoriale kurde en Syrie.

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Vingt-cinq textes vieux de plusieurs siècles ont été transportés depuis le Mali, après avoir été cachés durant l'occupation djihadiste de Tombouctou, entre 2012 et 2013.

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

Depuis le début de l'année, le pays n'est plus approvisionné en Septrin, un traitement antirétroviral administré notamment aux personnes atteintes du Sida.

Newsletters