Monde

Ces réfugiés ont hébergé Snowden à Hong Kong, maintenant ce sont eux qui demandent de l’aide

Repéré par Galaad Wilgos, mis à jour le 03.04.2017 à 17 h 24

Repéré sur Quartz

Les «anges gardiens» d’Edward Snowden, des Sri-Lankais et des Philippins ayant fui leur pays pour se réfugier à Hong Kong, ont hébergé le dissident américain afin que personne ne puisse le retrouver. À cause de cela, ils font désormais face à de nombreux problèmes.

Photographie des réfugiés tirée de leur page facebook https://www.facebook.com/Snowdens-Guardians-313656002324244/.

Photographie des réfugiés tirée de leur page facebook https://www.facebook.com/Snowdens-Guardians-313656002324244/.

La réalité a parfois de cruelles manières de remercier les actes courageux. En juin 2013, le lanceur d'alerte Edward Snowden révèle à la documentariste Laura Poitras et au journaliste du Guardian Glenn Greenwald plusieurs milliers de dossiers gouvernementaux, à partir d’un hôtel à Hong Kong, concernant les activités de surveillance de masse illégales de la NSA. S’en suit une chasse à l’homme orchestrée par les agences américaines, faisant de lui le dissident le plus recherché du monde.

Mais peu de gens savent que Snowden n’a pu échapper à ses poursuivants que grâce à l’hospitalité, la solidarité et la loyauté d’un petit groupe de réfugiés sri-lankais et philippins, ainsi que l'explique un article de Quartz. C’est en effet au sein de trois familles différentes vivant dans les ghettos les plus pauvres de Hong Kong qu’il a trouvé refuge avant de s’échapper à Moscou. Sauf qu'aujourd'hui, celles-ci sont menacées d'extradition dans leur pays respectif et cherchent désormais asile au Canada avec l’aide de l’avocat des droits de l’homme Robert Tibbo, qui s'était occupé d'amener Snowden chez eux.

«On a mis Ed à un endroit où personne n’irait voir –dans un enfer où les gens ont un instinct pour protéger», confie Tibbo à Quartz.

Des héros ordinaires

 

Et ils tinrent parole, même après avoir découvert l’identité de Snowden, qui pour eux n’était auparavant qu’un Américain à l’air inquiet. Les réfugiés, ce sont Kellapatha, Nonis et leurs deux enfants; Ajith Puspakumara, un ancien soldat du Sri Lanka; et Vanessa Rodel et sa fille, qui viennent de Philippines. Kellapatha et Nonis ont fui la torture et la persécution: ainsi, le premier a été maltraité et torturé par l’opposition politique, alors que la seconde a fui un homme politique très puissant qui la violait régulièrement.

Pourtant, malgré le danger imminent pour leur vie qu’impliquerait une extradition, ils ont tout fait pour le protéger:

«Kellapatha lui a donné le seul matelas dans son appartement deux-pièces qui n’est pas plus grand que 11 m², alors que sa famille dormait sur le sol, détaille Quartz. Inquiet par rapport à la nourriture à donner à cet Occidental, Kellapatha lui a acheté des spaghetti et des hamburgers du McDonald avec l’argent donné par Tibbo. Il ne devait pourtant pas s’inquiéter –ce que Snowden adorait le plus c’était le curry de poulet et daal fait maison par Nonis...»

Les enfants de ce couple formé dans l’exil sont apatrides –comme celui de Rodel– car ils ont été conçus à Hong Kong, alors que leur demande d’asile est en attente. Le problème? Depuis leur médiatisation récente, leur vie est devenue un enfer. Ils ne disposent plus d’aide financière du gouvernement pour les réfugiés –les enfants ne sont plus allés à l’école depuis novembre–, survivent tant bien que mal grâce à divers dons, et sont poursuivis tant par les autorités sri-lankaises que celles de Hong Kong.

Ces premiers auraient été jusqu’à harceler leurs anciens voisins pour savoir leurs déplacements. Ils sont désormais gardés dans des maisons sécurisées par leurs avocats. Par ailleurs, Hong Kong ne donnent que très difficilement suite aux demandes d’asile à l’étranger, et en 2009 seuls 52 réfugiés ont été acceptés… Soit moins d’un pourcent d'entre elles.

Malgré tout cela, ils ne regrettent pas avoir accueilli Snowden chez eux.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte