Monde

Julian Assange est l'autre vainqueur de l'élection équatorienne

Temps de lecture : 2 min

Le fondateur de WikiLeaks pourra rester dans l'ambassade londonienne après la victoire de Lenin Moreno.

Julian Assange, le 5 février 2016, à Londres. NIKLAS HALLE'N / AFP
Julian Assange, le 5 février 2016, à Londres. NIKLAS HALLE'N / AFP

Julian Assange s'est probablement rongé les ongles pendant un moment, lors de la nuit du 2 au 3 avril, alors que les résultats de l'élection présidentielle équatorienne arrivaient au fur et à mesure. Il faut dire que le sort du fondateur de WikiLeaks était dans la balance.

Lenin Moreno, le candidat de la gauche et successeur de Rafael Correa, a annoncé qu'il autoriserait Assange à rester dans l'ambassade équatorienne à Londres, où Assange vit depuis le 19 juin 2012. En face, le conservateur Guillermo Lasso avait promis de l'expulser dans les trente jours suivant son arrivée au pouvoir, explique le Washington Post. Lasso ne souhaitait pas remettre Assange à la police britannique, mais voulait trouver un moyen pour qu'il quitte l'ambassade et trouve refuge ailleurs –une option qui semble néanmoins très compliquée, tant l'ambassade est surveillée.

Le quotidien américain prédisait qu'en cas de victoire de Guillermo Lasso, il était fort probable que le candidat tienne promesse, puisque cela lui aurait permis de «se démarquer du gouvernement Correa sur un problème qui n'est pas une source d'inquiétude majeure pour les Équatoriens moyens», mais qu'il préférait éviter une expulsion ou une arrestation d'Assange devant son ambassade et les caméras du monde entier.

Appel à recompter les voix

Alors quand les premiers résultats ont annoncé une victoire du second, on imagine qu'Assange a dû avoir quelques sueurs froides. Depuis 2012, il refuse de quitter l'ambassade par crainte d'être arrêté par la police britannique dans le cadre d'une affaire d'agressions sexuelles présumées, en Suède –pour laquelle il a récemment été entendu–, et d'être ensuite extradé vers les États-Unis. Là-bas, «un grand jury secret enquête sur WikiLeaks et son fondateur depuis la publication, en 2010, des documents confidentiels de l’armée américaine sur les guerres d’Afghanistan et d’Irak», rappelle Libération.

La courte victoire de Moreno (avec 51% des voix) –qui n'a cependant pas été reconnue par Lasso, qui appelle à un recompte– signifie qu'Assange devrait pouvoir rester dans l'ambassade équatorienne à Londres, explique USA Today.

Le sort du fondateur de WikiLeaks n'a cependant pas joué de rôle dans la campagne, soulignait quelques jours avant le vote, le Washington Post.

«Les électeurs, ici, se sentent bien plus concernés par le mauvais état de l'économie, et les tendances autoritaires et les divisions profondes créées par la décennie de règne de Correa.»

Julian Assange s'est néanmoins félicité de ce résultat dans un tweet moqueur, rappelant la liste de ses victoires. Il a également appelé le candidat vaincu à quitter le pays sous les trente prochains jours.

Slate.fr

Newsletters

Des membres du Parti conservateur suspendus après des propos islamophobes sur les réseaux sociaux

Des membres du Parti conservateur suspendus après des propos islamophobes sur les réseaux sociaux

Une vingtaine de posts sont en cause.

La Sécurité intérieure des États-Unis reconnaît (enfin) le nationalisme blanc comme une menace terroriste majeure

La Sécurité intérieure des États-Unis reconnaît (enfin) le nationalisme blanc comme une menace terroriste majeure

Le département avait été créé après les attentats du 11 septembre et s’était axé sur les menaces étrangères.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Élections en Israël, brouillard toxique provoqué par les incendies en Indonésie et début de la Coupe du monde de rugby 2019... La semaine du 14 septembre en images.

Newsletters