Tech & internet / Monde

Les trolls ont gagné, et internet pourrait basculer un peu plus du côté obscur

Temps de lecture : 2 min

De nombreux experts pensent que les choses pourraient même empirer d'ici quelques années.

Ce n’est une surprise pour personne, ou presque. La toile est envahie par les comportements agressifs, asociaux et malsains. Bref, les trolls dominent totalement internet et ce n'est pas près de s'arranger, selon une étude réalisée par Pew et relayée par The Outline. 1.537 experts ont été questionnés en ces termes:

«Dans les prochaines années, est-ce que le discours en ligne deviendra plus ou moins influencé par des acteurs négatifs, par le harcèlement, les trolls, et une sensation globale de bougonnement, de manque de confiance et de dégoût?»

Résultat, 42% des sondés pensent qu’internet restera dans le même état qu’aujourd’hui, tandis que 39% sont convaincus que les choses vont empirer. Jessica Vitak, de l’université du Maryland, affirme:

«Comme les gens vont de plus en plus avoir accès à internet, et spécialement grâce aux smartphones, qui leur permettent de se connecter 24 heures/24, ils auront de plus en plus d’opportunités d’être négatifs sur la toile

Les raisons de ce genre de comportements sont à la fois floues et évidentes. L’instinct humain a sans doute toujours été attiré par l'incivilité, facilité ici par l'anonymat, explique le rapport. La colère générée par le monde contemporain ne fait que nourrir cet attrait. Tout comme la satisfaction et l'importance que leur procurent ces comportements deviants. Les trolls de 4Chan ne sont-ils pas persuadés (presque à juste titre) d’avoir fait élire Trump?

Quelles solutions?

Maintenant que nous savons que les choses ne risquent pas de s’arranger, il faudrait trouver des solutions pour lutter efficacement contre les trolls. Facile à dire, mais la tâche semble quasi-insurmontable. Comment empêcher les mèmes d'inonder la toile?

Les sites pourraient bannir l'anonymat, mais ce serait prendre le risque de créer un internet à deux vitesses avec d'un côté un web propre et officiel et de l'autre un web caché où séviraient tous les trolls sans que jamais les deux se rencontrent.

Les intelligences artificielles pourraient aussi être utilisées comme outil de modération, mais d’après un intervenant chez Pew, «les trolls et les autres se battront aussi, et innoveront contre chaque barrière qui sera dressée devant eux». Ce n’est pas l’ingéniosité dont ils ont fait preuve contre Shia Laboeuf qui nous poussera à dire le contraire.

Les gouvernements pourraient également accroître la surveillance en ligne, mais il va sans dire que cette solution semble assez peu souhaitable. Certains scientifiques interrogés ont cependant un peu d'espoir. C'est par exemple le cas de David Karger, professeur de science informatique au MIT:

«Le web du futur donnera aux gens plus de moyens de contrôler les informations qu'ils reçoivent, ce qui rendra les trolls plus malléables et faciles à manœuvrer

Newsletters

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Les cerveaux derrière le musée imaginé pour héberger l'œuvre digitale de Beeple à 69 millions de dollars révèlent en exclusivité pour Slate.fr les fondations du projet qui pourrait modifier notre rapport à l'art –et l'avenir du web.

«On a inventé le crypto-communisme»: les acheteurs du NFT à 69 millions nous livrent leurs confidences

«On a inventé le crypto-communisme»: les acheteurs du NFT à 69 millions nous livrent leurs confidences

Dans leur premier entretien avec un média français, les fondateurs de Metapurse évoquent le tourbillon «post-Beeple», leurs ambitions pédagogiques, leur musée virtuel (et remercient Mark Zuckerberg d'avoir agité le drapeau du métavers).

Comment utiliser les réseaux sociaux sans bousiller sa santé mentale

Comment utiliser les réseaux sociaux sans bousiller sa santé mentale

Ça va être difficile, mais c'est pour votre bien.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio