Allemagne / Parents & enfants

En Allemagne, des maternelles sans jouets pour lutter contre les addictions

Temps de lecture : 2 min

Pendant plusieurs mois par an, des maternelles éliminent les jouets pour apprendre aux enfants à gérer leurs frustrations, une façon de prévenir les addictions.

Jeu de construction | JEFF via Flickr CC License by
Jeu de construction | JEFF via Flickr CC License by

Depuis les années 1990 en Allemagne, des centaines d'écoles maternelles organisent des périodes sans jouet –en général d'une durée de trois mois– afin de stimuler la créativité des enfants, et leur apprendre à gérer l'ennui et la frustration. Les enseignants interviennent le moins possible et laissent les enfants trouver des idées. Il s'avère que le but ultime de ces initiatives scolaires est la prévention du dévelopement d'addictions plus tard dans la vie.

Dans The Atlantic, la journaliste Sara Zaske rappelle que ces programmes ont été développés dans les années 1980 en Allemagne, lorsqu'un groupe de travail sur la toxicomanie a déterminé que de nombreux troubles addictifs avaient leurs racines dans l'enfance. L'idée du projet est «d'ôter aux enfants les choses qu'ils utilisent parfois pour éviter certains sentiments négatifs: les jouets». Si les jouets fonctionnent en quelque sorte comme des drogues, apprendre à s'amuser sans eux devient une forme de prévention anti-drogues. Pendant certaines périodes déterminées, les petits doivent trouver des façons de s'amuser avec ce qui reste: des chaises, des pierres, des draps.

Des effets positifs

Il n'y a pas encore eu d'étude de longue durée sur ces programmes –mis en place par l'organisation Aktion Jugendschutz– mais plusieurs articles publiés dans des revues scientifiques à la fin des années 1990 ont montré que les enfants qui avaient participé à ces activités sans jouets avaient amélioré leur capacité d'interaction sociale et de communication, ainsi que leur créativité et leur empathie.

D'autres études ont trouvé que les programmes de lutte contre la toxicomanie qui parlent des effets négatifs des drogues aux enfants sont inefficaces. Les experts pensent qu'il est préférable d'encourager certains comportements positifs, ce qui permet indirectement de prévenir la toxicomanie plus tard dans la vie.

Le jeu est partout

Dans The Atlantic, la journaliste raconte que pendant le programme scolaire en Allemagne, son fils a commencé à jouer de façon plus indépendante, sans toujours demander aux adultes quoi faire. Ceci dit, certains parents inquiets ont demandé à racourcir la période sans jouet. Ainsi, certaines écoles sont passées à un modèle où la période sans jouets est d'un jour par semaine.

Sur le site d'Aktion Jugendschutz, une vidéo tente de rassurer les parents en leur montrant que sans jouets, les enfants continuent à jouer: ils font des jeux de rôles, ils jouent avec des pierres, des batons, et font leurs propres jouets.

Slate.fr

Newsletters

Sylvin Rubinstein, le danseur de flamenco qui se déguisait en femme pour tuer des nazis

Sylvin Rubinstein, le danseur de flamenco qui se déguisait en femme pour tuer des nazis

Après avoir perdu sa sœur jumelle dans le camp d'extermination de Treblinka, il n'eut de cesse de se venger. Il participa à diverses actions de sabotage, fomenta des attentats et commit plusieurs assassinats.

Le sidérant fan-club d'Hitler

Le sidérant fan-club d'Hitler

Le dictateur nazi faisait l'objet d'un véritable culte de la personnalité de son vivant. Un historien allemand a retrouvé des dizaines de milliers de lettres envoyées par ses concitoyens: déclarations d'admiration, poèmes à sa gloire, cadeaux à gogo... et courrier du coeur.

Clap de fin pour Martin Schulz

Clap de fin pour Martin Schulz

Martin Schulz a démissionné mardi soir de la présidence du SPD. Ses adversaires comme les membres de son parti l'ont fermement poussé vers la sortie.

Newsletters