France

Plainte pour «apologie de crime de guerre» contre Georges Frêche

Slate.fr, mis à jour le 10.12.2009 à 9 h 33

Une plainte pour «apologie de crime de guerre» a été déposée mercredi 9 décembre à Perpignan à l'encontre de Georges Frêche (divers gauche), a-t-on appris, jeudi 10 décembre, de source judiciaire. L'auteur de cette accusation est le fils d'un ancien prisonnier de guerre.

Il a saisi la justice à la suite d'une phrase à nouveau contestable qu'aurait prononcée le président de la région Languedoc-Roussillon, lors d'une cérémonie à Villefranche-de-Conflent (Pyrénées-Orientales) à propos des prisonniers des Allemands pendant la Seconde guerre mondiale. «Les Allemands ont fait deux millions de prisonniers partis en villégiature s'occuper des Gretchen, pendant que leurs maris étaient en peine sur le front russe». Ses propos avaient été relevés par un élu local, qui en avait fait part aussitôt, dans une lettre, à l'Office départemental des Anciens combattants des Pyrénées-Orientales. L'élu a confirmé avoir entendu cette phrase au quotidien L'Indépendant.

L'entourage de George Frêche dénonce une «manœuvre politicienne» et fait remarquer que «comme par hasard» cette plainte «tombe» au lendemain de la décision du parti socialiste de ne pas proposer de liste alternative à celle que conduira le président de la région Languedoc-Roussillon aux prochaines régionales dans sa région.

Au sein du PS, la Première secrétaire Martine Aubry a souligné mercredi 9 décembre que le parti n'avait pas entériné mardi la candidature de l'ancien maire de Montpellier, mais simplement «pris acte» du vote des militants du Languedoc-Roussillon, estimant qu'il faut maintenant «tout faire pour que cette région reste à gauche». La maire de Lille a toutefois reconnu que «le bilan de Georges Frêche et de son équipe est très bon dans la région».

La décision des instances socialistes a en revanche été jugée «regrettable» par le Parti communiste. «Nous l'avons dit et répété: la gauche, pour se rassembler et gagner en Languedoc-Roussillon, ne peut transiger avec les valeurs qui sont toute son histoire», a réagi le PCF. Le parti de Marie-George Buffet souhaiterait une union avec celui de Jean-Luc Mélenchon, pour former un Front de gauche comme aux Européennes, éventuellement élargi au parti anticapitaliste (NPA) d'Olivier Besancenot. Mais d'autres alliances pourraient voir le jour.

Georges Frêche a été exclu du PS en 2007 après des propos controversés. Il avait notamment traité de «sous-hommes» des harkis et s'était étonné de la proportion de Noirs dans l'équipe de France de football. Mais les militants socialistes ont massivement voté (à 90%) pour sa liste en vue des élections régionales de 2010.

[Voir l'article complet sur L'Indépendant]

Lire également sur George Frêche: Le PS empêtré avec Georges Frêche

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Georges Frêche, Wikimedia Commons

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte