Monde

En Chine, les forces spéciales s'entraînent dans un complexe ressemblant à la cachette de Ben Laden

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 28.03.2017 à 16 h 40

Repéré sur The New York Times

Des téléspectateurs ont remarqué des ressemblances troublantes lors d'un reportage.

Image extraite d'une vidéo YouTube.

Image extraite d'une vidéo YouTube.

En Chine, les téléspectateurs de la chaîne d'État ont récemment eu droit à la diffusion d'un reportage sur un entraînement des forces d'élites chinoises. On les voit avancer dans un complexe isolé et effectuer un raid sur une maison blanche et contenant deux étages.


Cette vidéo ne vous parle peut-être pas, mais comme le note le New York Times, certains téléspectateurs et internautes ont relevé une ressemblance frappante avec la dernière demeure d'Oussama Ben Laden.

Situé à Abbottabad au Pakistan, ce complexe faisait office de cachette pour l'ancien leader d'al-Qaïda jusqu'à ce que les SEALs américains ne le découvrent et le tuent en 2011. Étant donné l'écho mondial de cette réussite américaine, beaucoup de gens à travers le monde savait que la maison en question était blanche, avait un toit plat, de petites fenêtres et une cour triangulaire. Une disposition quasi-identique à la maison mise en place par les forces chinoises pour s'entraîner.

La télévision chinoise n'a pas fait mention de la ressemblance, mais, écrit le journal «un fan avisé de l'armée de libération du peuple a posté une capture d'écran de la réplique sur Weibo, la version chinoise de Twitter, aux côtés d'autres photos du complexe de Ben Laden.» De plus, un spécialiste en stratégie militaire de Georgetown university a affirmé au New York Times que les techniques visibles dans le reportage sont directement inspirées de celles des forces spéciales américaines.

Le palais présidentiel de Taïpei

Il est également très intéressant de comprendre le contexte d'un tel exercice. Celui-ci a été organisé dans le Xianjiang, une région désertique située à l'ouest du pays où certains membres des Ouïghours, une communauté musulmane, sont arrêtés en raison de leur religion. «La Chine a rapidement étendu sa force militaire dans la région, en se basant sur des informations qui affirment que des Ouïghours ont voyagé vers l'Irak et la Syrie et sont suspectés d'avoir rejoint Daech. Un think tank basé à Washington, a expliqué l'année dernière que 114 Ouïghours sont suspectés d'avoir rejoint le groupe extrémiste. Mais la Chine n'a pas produit de preuves permettant de lier les occasionnelles violences dans le Xinkiang ces dernières années au terrorisme international.» Li Wei, expert anti-terrorisme du China Institute of Contemporary International Relations, estime ainsi que la menace terroriste était «encore grave» dans la région.

Ce n'est pas la première fois que la Chine met en place ce type d'entraînement. En 2015, les forces militaires s'entraînaient à prendre d'assaut... une copie du palais présidentiel de Taipei, capitale de Taïwan, territoire revendiqué par la République populaire de Chine.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte