Monde

Elon Musk a si peur de l'intelligence artificielle qu’il veut augmenter le cerveau humain

Temps de lecture : 2 min

Pour cela, il a créé de manière confidentielle voilà six mois Neuralink.

cyborg | * zoute via Flickr CC License by
cyborg | * zoute via Flickr CC License by

Elon Musk a une grande peur. Celle qu'un jour, les machines se liguent pour détruire la Terre. Récemment, il déclarait à sa biographe Ashlee Vance qu’il craignait que son ami Larry Page, lancé dans la course des IA avec Alphabet, ne «produise quelque chose de diabolique, par accident», incluant possiblement «une flotte d’intelligences artificielles et de robots capables de détruire l’humanité».

Une des solutions pour l'homme pourrait alors d'aller vivre sur une autre planète. En 2015, l'entrepreneur avait déjà annoncé le lancement de SpaceX, destiné à coloniser Mars. Mais voilà qu’Elon Musk a une autre idée aussi folle. Dans le Wall Street Journal, il a ainsi partagé son souhait d’augmenter le cerveau humain, afin de contrer l’avancement des intelligences artificielles. Le projet, lancé de manière confidentielle en juillet dernier selon le journal américain, s'appelle Neuralink et il consiste, dans les grandes lignes, à augmenter le cerveau grâce à des implants électroniques.

Symbiose

On trouve déjà quelques-uns de ces derniers dans la médecine actuelle, puisqu’ils sont utilisés pour améliorer les traitements contre Parkinson ou encore contre l’épilepsie. Seulement, la procédure est si complexe que très peu de gens ont accès à ce genre de soins, très coûteux. Surtout, ces implants ne sont pas destinés à augmenter l’intellect humain, contrairement à ceux de Neuralink. Musk déclarait récemment, à Dubaï:

«Une interface rapidement connectée au cerveau aidera l’être humain à atteindre une symbiose entre lui-même et la machine, et cela pourrait régler des problèmes de contrôle et d’utilité

Ce lien qui finirait par exister entre le cerveau humain et l’ordinateur pourrait, à terme, permettre d’accroître les capacités intellectuelles de l’homme, mais aussi de contrôler des objets par la pensée, ou bien de sauvegarder ses souvenirs. Du moins, sur le papier. Pour l'heure, n'existe qu'une société de recherche médicale au sein de laquelle des scientifiques s’activent au moment même où ces lignes sont écrites pour trouver un moyen de connecter nos cerveaux aux machines. En cas d'échec, on pourra toujours se rabattre sur Mars.

Slate.fr

Newsletters

Pourquoi les tensions entre Hong Kong et Pékin dépassent la crise actuelle

Pourquoi les tensions entre Hong Kong et Pékin dépassent la crise actuelle

Les récentes protestations laissent penser qu'il existe à Hong Kong, à l'égard du gouvernement chinois, une inquiétude plus grande que celle provoquée par la question des extraditions.

Au Canada aussi, le droit à l'avortement est un acquis fragile

Au Canada aussi, le droit à l'avortement est un acquis fragile

Galvanisés par les débats en cours aux États-Unis, les groupes pro-vie canadiens se font davantage entendre et espèrent influencer le jeu politique.

Canicule aux États-Unis: des services de police demandent aux criminels d'attendre un peu avant de reprendre leurs activités

Canicule aux États-Unis: des services de police demandent aux criminels d'attendre un peu avant de reprendre leurs activités

Une partie du pays est touchée par une très forte vague de chaleur.

Newsletters