Monde

United Airlines refuse l'accès à l'avion à deux jeunes filles car elles portaient… un leggings

Temps de lecture : 2 min

La compagnie se justifie en mettant en avant le statut particulier des deux voyageuses.

Appareil United Airlines | Bernal Saborio via Flickr CC License by
Appareil United Airlines | Bernal Saborio via Flickr CC License by

C'est une des compagnies aériennes les plus importantes au monde, ce qui n'empêche pas United Airlines, parfois, de faire de gros impairs. Alors que deux jeunes filles s’apprêtaient à entrer dans un appareil en direction de Mineapolis, elles ont effectivement été recalées… parce qu’elles portaient des leggings, comme nous l’apprend le site américain Mashable.

Sur Twitter, les internautes n’ont pas tardé à exprimer leur réprobation. Ainsi, l’activiste Shannon Watts a-t-elle raconté l’histoire dans trois messages, arguant notamment ceci: «Elle (ndlr: l’hôtesse de l’air) leur demande de mettre des robes par-dessus leurs leggings, ou de ne pas monter à bord. Depuis quand United contrôle t-elle les vêtements des femmes?»

«UA devrait avoir le droit de refuser les passagers dont les vêtements ne s’accordent pas à notre Contrat de Transport», a répondu la compagnie.

Et d'ajouter ensuite: «Les vêtements de sport sont autorisés à partir du moment où ils sont soignés, de bon goût et adaptés à leur environnement.»

Un code à part

Néanmoins, lorsque Mashable a contacté United Airlines, la compagnie a expliqué que les deux filles voyageaint avec le statut de «pass riders» alloué aux «employé(e)s d'United ou personnes à leur charge, qui ne peuvent prendre place dans l’appareil que s’il reste des places».

Or, ceux-ci sont soumis, se justifie l'entreprise, à un code de conduite à part qui ne s'applique pas à l'ensemble des passagers. Ces derniers peuvent donc souffler: les leggings sont pour eux toujours les bienvenus.

En savoir plus:

Slate.fr

Newsletters

Les conservateurs américains renoncent à lutter contre le porno

Les conservateurs américains renoncent à lutter contre le porno

Pas parce qu’ils ont changé d’avis, mais parce que tout le monde en regarde.

Ce compte Facebook parodique est pris au sérieux par des millions de fans de Trump

Ce compte Facebook parodique est pris au sérieux par des millions de fans de Trump

«Plus on est extrême, plus les gens nous croient», explique Christopher Blair, qui a créé un compte parodique très populaire chez les pro-Trump.

Le projet fou et pas très rassurant d'un Titanic II

Le projet fou et pas très rassurant d'un Titanic II

On espère que le deuxième épisode finira mieux que le premier.

Newsletters