Société

JFK avait des doutes sur la mort d'Hitler à la fin de la Seconde Guerre mondiale

Temps de lecture : 2 min

Lorsque l'ex président des États-Unis était encore un jeune journaliste, il a écrit dans son journal de bord les doutes qu'il émettait sur les circonstances du suicide d'Hitler à Berlin.

John F Kennedy, le 26 juin 1963 à Berlin en Allemagne lors d'un discours où il dira: «Ich bin ein Berliner». | DPA / AFP
John F Kennedy, le 26 juin 1963 à Berlin en Allemagne lors d'un discours où il dira: «Ich bin ein Berliner». | DPA / AFP

John Fitzgerald Kennedy a longtemps eu une fascination étrange pour la vie d'Adolf Hitler. Ses écrits personnels et journalistiques le montrent. Dans un journal qu'il tenait, et qui sera présenté lors d'une vente aux enchères fin avril à Boston, on apprend qu'il émettait des doutes sur la mort du leader du IIIe Reich, rapporte The Independent.

En tant que correspondant de guerre pour différentes publications du puissant groupe de médias américain Hearst, il est amené à voyager en Allemagne. À l'été 1945, à 28 ans, il visite le bunker où s'est retranché Hitler quand les Russes encerclent Berlin fin avril. Il écrit:

«Il y a dans la pièce où Hitler s'est supposément donné la mort des murs brûlés et des traces de feu. Il n'y a aucune preuve certaine en revanche que le corps qui a été retrouvé était le corps d'Hitler.»

En 2013, une biographie en allemand de JFK décrivait ses trois voyages en Allemagne avant qu'il n'arrive à la Maison-Blanche. D'abord à l'été 1937, en compagnie d'un de ses camarades d'université. Il affirme alors, début août, dans son carnet de voyage: «Arrive à la conclusion que le fascisme est ce qu'il faut à l'Allemagne et à l'Italie.» Il revient avant le début de la Seconde Guerre mondiale pour faire des recherches pour sa thèse et c'est à l'été 1945 qu'il travaille alors pour des médias anglophones et qu'il émet ses doutes quant au destin d'Adolf Hitler. On peut lire dans son journal:

«Hitler a une ambition sans limite pour son pays qui a fait de lui une menace pour la paix dans le monde, mais il y a un mystère autour de lui, de sa façon de vivre et des circonstances de sa mort, qui continuera à grandir après sa disparition.»

Pendant quatre mois après la mort d'Hitler, il continue à écrire. Il prédira aussi que Winston Churchill sera battu aux élections générales britanniques, deux mois après la fin de la guerre, une défaite pourtant inattendue. Le journal de bord du jeune Kennedy fait une soixantaine de pages et pourrait être vendu près de 190.000 euros par la société de vente aux enchères RR Auction à Boston le 26 avril prochain. JFK l'avait donné à la fin des années 1950 à l'un de ses assistants, Deirdre Henderson, alors qu'il n'était encore que sénateur. C'est Deirdre Henderson qui a décidé de le proposer à la vente à l'occasion du centenaire de la naissance de Kennedy.

Newsletters

Affaire Damien Abad: plus glauque, tu meurs

Affaire Damien Abad: plus glauque, tu meurs

[BLOG You Will Never Hate Alone] Dans cet embrouillamini au milieu de querelles de pouvoir, on a quelque mal à s'y retrouver.

Le commerce équitable: un levier de résilience et d’adaptation aux effets du changement climatique

Le commerce équitable: un levier de résilience et d’adaptation aux effets du changement climatique

Les producteurs des pays en voie de développement sont les premiers touchés par les conséquences du réchauffement climatique. Ils se trouvent souvent en première ligne face à aux cyclones, aux ouragans, aux épisodes de sécheresse ou aux inondations qui réduisent le volume des récoltes et vont parfois jusqu’à les décimer. L’ONG Max Havelaar met tout en œuvre pour que les producteurs et productrices soient plus fort.e.s et résilient.e.s face aux aléas climatiques et leurs conséquences, mais aussi pour les accompagner dans la réduction de leur impact sur l'environnement.

Pour Libusha Reich Breder, l'après-Auschwitz était «encore pire»

Pour Libusha Reich Breder, l'après-Auschwitz était «encore pire»

Cette survivante qui figurait parmi les 999 premières déportées d'Auschwitz voulait «vivre 120 ans pour en parler le plus longtemps possible».

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio