Life

Le filon des étuis pour téléphone

Daniel Engber, mis à jour le 12.12.2009 à 11 h 13

Le marché mondial des accessoires de portable a atteint 1,5 milliard d'euros.

Il n'est pas rare qu'aux frissons de plaisir accompagnant le déballage d'un Motorola Droid ou d'un iPhone 3GS se mêle une certaine angoisse. Ce téléphone, si parfait et immaculé, se trouve maintenant dans vos mains moites et maladroites. Comment éviter que votre précieux se raye, s'érafle ou pire, se casse?

Pas d'inquiétude, la solution est là. Ou plutôt les solutions, 143 pour être précis si vous faites votre shopping sur l'Apple Store: des étuis en plastique, en titanium, en silicone et brandés, texturés, en cuir italien, des chaussettes en coton pour iPod, des films anti-rayures, et des housses portefeuilles avec coutures de précision. Un sondage effectué en juillet dernier révèle que 40% des utilisateurs possèdent un étui pour leur mobile, afin d'empêcher traces d'usure, rayures et poussière. Certains modèles annoncent même des qualités plus extravagantes comme la résistance à des températures extrêmes ou une «protection anti-microbienne» (au cas où votre téléphone moisisse ou bien se décompose, sait-on jamais). Depuis septembre, Pong commercialise un étui pour iPhone en silicone qui détourne les radiations.

Un étui coûte habituellement entre trente et quarante euros –soit environ un cinquième du prix d'un smartphone haut-de-gamme – mais il existe des versions un peu plus luxueuses. Selon Michael Morgan d'ABI Research, le marché mondial des «accessoires de transport»– incluant entre autres housses holster, pochettes en cuir et étuis en silicone a atteint un milliard et demi d'euros par an. Rien ne prouve cependant que plus vous dépenserez, mieux votre téléphone sera protégé. Hooman Morvarid, qui possède l'entreprise de réparation de téléphones CellularDR.com, doute que la poussière finisse par encrasser complètement la prise jack de votre mobile. (Et si jamais ça devait arriver, un coup d'air comprimé suffit.) Il y a des chances qu'un bon étui empêche votre écran tactile de se casser, mais pour Morvarid le danger est ailleurs. Les dégâts les plus courants sont causés par l'eau: chute dans les toilettes, tasse renversée, transpiration, etc. Et contre ça, les étuis standards ne sont d'aucune utilité.

Obsédés de l'appaence

Alors pourquoi ces produits sont-ils en vente? Si vous avez craqué pour un de ces smartphones chromés noir et brillants, c'est que vous accordez autant d'importance au look qu'aux performances. Tous ces étuis en silicone et ces films de protection promettent de conserver votre mobile comme s'il venait de sortir de sa boîte. Et les clients Apple sont de vrais obsédés de l'apparence: en 2005, des milliers de fans en colère dénoncèrent la tendance de l'iPod nano première génération à se rayer beaucoup trop facilement. Après que Walt Mossberg, le gourou tech du Wall Street Journal a rejoint la cause – «je recommande à tous les possesseurs de nano d'acheter un étui pour leur appareil. [...] Je ne pense pas que ce soit facultatif» – Un recours collectif a été intenté. En janvier dernier, Apple a convenu de débloquer 15,2 millions d'euros pour dédommager les utilisateurs dont l'appareil a été  «rayé (...) affectant ainsi l'utilisation et l'appréciation de votre iPod nano.»

Puisqu'une égratignure peut vous empêcher de profiter pleinement de votre nouveau joujou, pourquoi ne pas utiliser un étui en caoutchouc bien solide ? Selon les fabricants ils sont «élégants» et «ajustés». En vérité, ces étuis-là sont moches et trop épais. Ce qui nous amène à la question suivante: même si ces accessoires de transport protègent effectivement votre joli smartphone, personne ne pourra admirer son incroyable état de conservation si celui-ci est emballé dans un pneu de voiture. Et puisque le seul à profiter du spectacle est le propriétaire de l'appareil, c'est qu'il doit y avoir un certain plaisir à savoir que vous –et vous seul pouvez soulever cette burqa de silicone.

Notre fétichisme des téléphones vierges de toute trace d'usure a engendré une vague de vidéos assez perturbantes sur YouTube - et c'est plus du SM sur gadget que du porno sur gadget. Dans ces vidéos amateurs, des anonymes font subir lespires outrages à leur cher et tendre. Un ado violente son écran tactile avec un couteau. Un autre homme tente de l'endommager avec un tournevis. Le point commun à toutes ces vidéos? A la fin, l'appareil demeure intact. Ces téléphones haut-de-gamme ou du moins leur écran –semblent résister à tout.

Signe extérieur de richesse

Ceci étant dit, il faut tout de même préciser que les étuis et autres films de protection ne datent pas d'hier. Avant, on mettait nos mobiles dans des étuis en cuir qu'on portait ensuite autour du poignet comme un signe extérieur de richesse, comme s'il s'agissait d'un bijou. Vers le milieu des années 90, les fabricants empochaient 45% de marge sur la vente de ces étuis, contre 12 à 15% sur les autres accessoires pour mobiles. Durant l'ère Clinton, cette nouvelle poule aux oeufs d'or n'a pas échappé aux journalistes high-tech de l'époque qui s'en méfiaient alors: «Certains commerçants essaient de vous de convaincre d'acheter des étuis onéreux», prévenait en 1995 le San Francisco Chronicle. «Ignorez-les, vous pouvez tout-à-fait transporter votre téléphone dans votre serviette ou votre sac à main.» En 1998, le Cleveland Plain Dealer conseillait de ne pas céder aux «sirènes des pochettes en cuir (un bon vieil étui à lunettes fera l'affaire)»

Cette folie des étuis semble s'être calmée vers le début des années 2000. Les téléphones portables se sont démocratisés, attirant une clientèle autre que les cadres en costume trois-pièces. Et plus important, les téléphones ont commencé à évoluer. Le succès du Motorola RAZR – commercialisé juste à temps pour Noël en 2004 – a marqué le début d'une nouvelle ère, celle des portables à clapet. Chaque appareil était maintenant composé de deux parties distinctes, l'intérieur et l'extérieur. En refermant le téléphone, l'écran et le clavier se trouvaient protégés, et peu importe si la coque prenait quelques coups.

Et puis ce fut l'apparition de l'iPhone. Tout à coup, la forme «brique» était de retour. Depuis, le marché des mobiles haut-de-gamme à écran tactile a explosé, laissant ses concurrents loin derrière. Ces nouveaux produits sont plus chers, plus utiles, et plus fragiles que tout ce qu'on a connu dans l'histoire de la téléphonie mobile. Il a aussi fallu créer une nouvelle génération d'accessoires pour répondre à leurs besoins. Si l'iPhone a donné une nouvelle définition à la plateforme mobile, alors la protection en silicone pour iPhone a quant à elle redéfini l'étui.

Fissure

Arrêtons-nous un instant dans cette fresque historique de l'étui pour mobiles; j'ai quelque chose à avouer. Pendant plus d'un an, j'ai trimballé mon iPhone 3G 16GB nu dans la poche arrière de mon jean. Quand je m'asseyais il se trouvait donc entre mes fesses et la chaise. Jamais il ne m'est venu à l'idée de le mettre dans un étui en silicone ou en titanium; je ne fais jamais tomber mon téléphone, et je me fiche un peu des égratignures ou des mini-fissures que je remarque de temps en temps sur la coque blanche. Mais alors que je faisais des recherches pour cet article, une vraie grosse fissure est apparue sur l'écran. Elle mesure presque 4 centimètres et traverse mon iPhone en diagonale, du haut-parleur aux boutons pour le volume. Et je jure ne rien avoir à faire avec ça, c'est arrivé tout seul - – peut-être une punition karmique -– alors que mon téléphone était protégé par la poche de mon jean pendant tout le weekend.

Nous sommes dimanche, il est 14h15, et j'avais l'intention de terminer cet article en disant que les étuis pour portables sont une arnaque. Je ne suis plus trop sûr maintenant. C'est vraiment casse-pieds cette fissure.

Il semblerait qu'aucune loi universelle ne régisse les dégâts portés aux mobiles. Certains font des tonneaux sur le trottoir et s'en sortent sans la moindre égratignure. D'autres se brisent en morceaux à la moindre petite chute. Acheter un étui de protection ça revient donc à payer pour une assurance «tous risques mais en fait pas vraiment». Allez en acheter un si vous voulez, mais sachez tout de même que votre portable peut se casser dans votre poche sans aucune raison valable.

Mais plutôt que de vous encourager à vous ruer sur l'étui OtterBox Defender, j'ai une meilleure idée : achetons plutôt des gadgets qui n'ont pas besoin de protection. Je veux que mon prochain téléphone survive à 15 mois dans ma poche et quelques baignades dans les toilettes. On ne peut pas construire un avion avec le matériau utilisé pour les boîtes noires, mais pour les portables c'est différent.

On sait construire des téléphones robustes depuis une dizaine d'années. (Souvenez-vous de ces appareils Nextel jaunes et gris utilisés par les ouvriers du bâtiment.) Il y a maintenant une niche en plein développement pour ces appareils conformes à la norme militaire super stricte «MIL-STD-810». Il n'ont peut-être pas tout le tralala des derniers smartphones, mais sont compacts, puissants, et ne s'ouvriront pas en deux quand ils tomberont de votre sac à main.

Je pense que je vais me laisser tenter par le Samsung Convoy bas-de-gamme (à 34 euros) ou le G'zOne Brigade qui possède un vrai clavier. On n'est pas obligé de se trimballer une brique de dix kilos non plus : le Sonim Land Rover S1 waterproof avec GPS intégré pèse moins lourd que le Motorola Droid. Et ai-je précisé qu'il résiste au sel, au fog, à l'humidité et au pétrole ?

Daniel Engber

Traduit par Nora Bouazzouni

SI VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE, VOUS APPRÉCIEREZ PEUT-ÊTRE:

"Iphone 3GS: la vraie star, c'est "l'app store"","Peut-on encore sauver Adroid, le Googlephone",

Image de une: le Nokia N97 photgraphié à Barcelone, REUTERS/Albert Gea

Daniel Engber
Daniel Engber (47 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte