Culture

«À bras ouverts» n'est pas seulement un mauvais film, c'est une œuvre inacceptable

Hendy Bicaise, mis à jour le 05.04.2017 à 9 h 20

En salles ce 5 avril, la nouvelle comédie de Philippe De Chauveron avec Christian Clavier reproduira-t-elle le succès de leur précédente collaboration («Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu?», 12 millions d’entrées en 2012). S'appuyant sur une représentation abjecte de la communauté Rom, on ne pourrait que le déplorer. Sous ses atours de comédie populaire et enjouée, le film est un objet dangereux qu’il convient de combattre.

La famille Rom d'À bras ouverts.

La famille Rom d'À bras ouverts.

AVERTISSEMENT: Cet article spoile une grande partie du film À bras ouverts, mais un tel développement nous est paru nécessaire pour mieux juger des ressorts nauséabonds du film.

C’était le 6 mars dernier, lors d’une avant-première publique du film à Lille, le scénariste et réalisateur Philippe De Chauveron s’adresse aux spectateurs avant qu’ils ne découvrent À bras ouverts. On lui demande ce que cela fait de le présenter enfin quand il a tant fait parler en amont sur internet.


Sans doute la question porte-t-elle sur un «bon buzz» plutôt qu’un «mauvais buzz», reste que De Chauveron se défend: «Je ne fais pas attention aux polémiques», avant d’ajouter quelque chose qu’il n’aurait sans doute pas pensé préciser en préambule de la projection: «Nous avons essayé de rendre les Roms sympathiques». «Essayé» seulement? Et de les «rendre» sympathiques, vous dîtes? Autrement dit, en réalité, ils ne le seraient pas vraiment? Allez, on taquine... Cessons le procès d’intention, le film parlera de lui-même, se dit-on. Verdict quatre-vingt dix minutes plus tard: À bras ouverts ne rattrape pas ces propos maladroits, il fait même pire, infiniment pire.

Aïe? Ouais, ouais...

 

Pourtant, ça commence en douceur: la première attaque n’est même pas formulée à l’encontre d’un groupe ethnique ou d’une catégorie sociale, elle se porte sur les aficionados de l’art contemporain. Une cible facile et privilégiée de longue date par la comédie française, même dans ses productions les plus nobles. En 1995, Les trois frères aident ainsi à populariser et ridiculiser à la fois Braque et Vasarely (Les Inconnus remportent le César du meilleur premier film).


En 2011, Intouchables réduit un tableau abstrait à l’erreur d’un artiste qui a juste pissé le sang sur la toile (le film totalise 9 nominations aux César). C’est toujours la même rengaine avec l’art contemporain: «Attends, je peux le faire ça, moi aussi», «Le gars, il a pas fait exprès...», etc.. Ici, la première réplique voit ainsi Daphné Fougerole (Elsa Zylberstein) présenter sa dernière œuvre à son mari Jean-Etienne (Christian Clavier), précisant s’être inspiré de l’exposition Monumenta... d’Ai Weiwei.

Or, l’artiste chinois n’a jamais participé à l’événement du Grand Palais. Ça a l’air d’un détail mais ce n’en est pas un, c’est la preuve tangible d’un mépris pour ce milieu artistique, pour ceux qui l’alimentent et ceux qui l’affectionnent. Alors, peut-être De Chauveron se moque-t-il de la méconnaissance de Daphné? Il serait généreux de donner un tel crédit à un film qui s’amusera plus tard à comparer une œuvre conceptuelle à un empilement hasardeux de poubelles.

Passer notre Rom à la machine

En l’occurrence, celui qui s’autorise cette comparaison, le faisant sans penser à mal, c’est Babik, le «chef» d’une famille Rom que les Fougerole hébergent dans leur jardin. À bras ouverts débute par un débat télévisé durant lequel, acculé par son interlocuteur d’extrême droite, l’intellectuel de gauche Fougerole cherche à joindre l’acte à ses belles paroles et annonce que sa maison est désormais ouverte pour toute famille Rom dans le besoin. Avant de revenir plus bas sur la caricature du «gauchiste», il faut s’attarder, longuement, sur la représentation de cette famille, car c’est de ce point de vue que À bras ouverts va rapidement devenir irrécupérable.

Première raison de faire la moue: le choix d’Ary Abittan pour incarner un Rom, l’acteur lui-même ne l’étant pas. Le type de «washing» dont il s’agit reste à définir, mais c’est forcément une maladresse. Seulement, on re-tique derechef quand on découvre que le majordome des Fougerole, l’indien Ravi, est joué en réalité par un certain Armen Georgian. Là, white washing il y a, mais ce à quoi on ne s’attendait pas, c’était de découvrir que le comédien est plus régulièrement connu en tant que «journaliste diplomatique» sur France 24. Un choix curieux, pas seulement parce qu’il ne se hisse pas au niveau de drôlerie de Peter Sellers dans La Party, prestation aussi ayant pour elle d’avoir bientôt un demi-siècle, mais parce que l’on aurait supposé que cette personne que l’on a notamment pu voir s’exprimer sur sa chaîne à propos du génocide arménien aurait eu des scrupules à tourner dans un film qui humilie ouvertement le peuple Rom (eux-mêmes originaires du nord de l’Inde à l’origine, d’ailleurs).

Car le problème est bien là: on pourra parler de caricature, de satire ou de second degré pour légitimer le traitement infligé aux personnages roms, mais les dégâts causés n’en sont pas moins considérables, et ce pour au moins trois raisons:

1/ renforcer l’image déjà négative d’une communauté dans l’esprit des gens n’est jamais souhaitable, même sous l’égide de la comédie…

2/ …probablement moins que jamais quand le distributeur cale la sortie du film à trois semaines du premier tour de l'élection présidentielle…

3/ …et peut-être moins encore dans le cas de la communauté rom que d’autres puisqu’elle est déjà largement stigmatisée et jugée indésirable dans de nombreux pays de l'Union européenne.

Les dix dénigrements

 

Alors maintenant, prenons le temps nécessaire pour répertorier autant que la mémoire du spectateur le permet l'ensemble des attaques perpétrées à l’encontre de la communauté rom dans le film. La comédie a bon dos, vous n’allez pas être déçus du voyage.

  • 1/ La famille de Babik est laide et sale. Apparences physiques, vêtements, dentition… Ils sont manifestement censés provoquer le rejet. Le pompon revenant au cousin Crouch, mentalement déficient, au visage disgracieux et... qui assomme des hérissons et les dévore crus. Ce serait déjà grossier mais pas encore choquant si De Chauveron ne souhaitait pas ensuite imaginer que l’ensemble de la famille se régale quotidiennement avec les trouvailles de Crouch!

  • 2/ Famille qui, d’ailleurs, contrairement aux Fougerole n’a pas même de patronyme... À quoi bon, n’est-ce pas?

  • 3/ Toujours concernant le physique, Daphné et une amie commentent celui d’Erwan, l’un des membres de la famille de Babik, alors qu’il passe la tondeuse dans la jardin. Elles s’étonnent: «Le Rom est plus trapu et velu normalement, non?» Malgré l’inélégance et la xénophobie intrinsèque à la réflexion, il y avait ici moyen de tordre le coup aux clichés. Or, Erwan étant en réalité un caucasien français intégré incognito aux roms hébergés par les Fougerole, étant plus grand et plus athlétique que les Roms autour de lui, ceci atteste de l'affirmation première de Daphné sur leur physionomie peu avantageuse.

  • 4/ Un «running gag» consiste aussi à se moquer de la façon dont les Roms s’expriment pour demander de l’argent dans la rue: «Sivouplééé!». C’est vrai après tout, c’est tordant la mendicité... L’expression donnait même son titre au projet il y a quelques mois, heureusement changé depuis.

  • 5/ On les voit mendier, mais aussi voler et manipuler les quidams (le fameux coup du faux handicap que le réalisateur reconduit sans vergogne), ou encore faire preuve d’une grande intelligence quand Babik utilise le roman de Fougerole comme papier toilette (et non, ce n’est pas un acte politique).

  • 6/ Ce chef de famille gagne malgré tout notre sympathie pendant les deux-tiers du film, puis De Chauveron prendra les quelques décisions nécessaires vers la fin pour le rendre détestable: Babik devient plus violent, il impose aux femmes de se taire quand les hommes parlent, et va même chercher à vérifier l’hymen de sa fille pour savoir si elle a oui ou non perdu sa virginité avec Lionel, le fils Fougerole.

  • 7/ Aux yeux de spectateurs déjà échaudés, ce mode de pensée jugé archaïque s’exprimera aussi par la demande de Babik que Lionel devienne lui-même rom s’il veut épouser sa fille Lulughia; soit le cauchemar de bien des Français que d’imaginer que les minorités refusent l’intégration au point de leur demander à eux de se conformer à leur mode de vie et/ou leur religion.

  • 8/ Vers la fin du film, lorsque l’on croise d’autres personnages que les «Babik», une poignée de Roumains possiblement Roms mais pas forcément, De Chauveron en cadre un obèse ronfleur mal habillé et un autre plus mince et discret mais qui se balade néanmoins dans un TGV avec une poule sous le bras... car il aurait été tout de même dommage d’imaginer que l’un d’eux puisse lire un roman ou porter le costard.

  • 9/ Filtre ainsi petit à petit l’idée que les Roms sont des sous-hommes. Le coup du PQ littéraire et des hérissons au dîner induisent déjà cela, en plus du fait que Ravi le majordome parle péjorativement de «zoo» pour qualifier le jardin des Fougerole depuis leur arrivée. Mais Philippe De Chauveron est capable de pire. Il faut voir ce plan ignoble sur la main de Babik la première fois qu’il sonne chez Fougerole, lente et squelettique comme celle d’un vampire.


    De quoi convoquer un pan célèbre de la mythologie de la créature: l’idée qu’elle doive impérativement avoir été invitée par l’hôte pour avoir le droit de passer le pas de sa porte. Et en l’occurrence, Jean-Etienne Fougerole a bien invité les «Babik», il ne pourra dès lors pas se plaindre s’il se fait saigner à blanc.

  • 10/ Viendra ensuite la grande scène finale... Dans la plupart des comédies françaises jouant sur le choc des cultures, l’épilogue se veut une grande fête où les anciens ennemis devenu amis s’amusent ensemble, alors que le générique s’apprête à défiler. Devant tant de malaise et d’abjection, on était prêt à accueillir chaleureusement ce lieu commun naïf et hypocrite du genre. Seulement surprise, si fête il y a, en l’occurrence le mariage de Lionel et de Lulughia en Roumanie, le sourire vire à la grimace pour Fougerole qui réalise que la famille de Babik va rester dans sa vie pour toujours...

Le Rom, ennemi commun

 

Face à À bras ouverts, on en viendrait presque à regretter Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu?, le précédent De Chauveron, qui reposait sur un comique de vannes, rebonds d’une communauté à l’autre, toutefois nuisible dans sa façon de marteler et entériner les stéréotypes. Son excuse pouvait être de taper équitablement sur tout le monde façon South Park (qui est passé à autre chose depuis une quinzaine d’années), mais une hiérarchie existait en réalité: quand l’un des gendres du personnage incarné par Christina Clavier imagine pour plaisanter que s’il avait eu une cinquième fille, elle aurait épouser un Rom... tout le monde se marre.


De même que Rien à déclarer (Dany Boon, 2010) permettait aux Belges et Français de dépasser leurs discordes en trouvant un nouvel ennemi commun, le Chinois. Ici, c’est le Rom qui permet de trouver un terrain d’entente, dans la haine de l’autre donc. Le gag de Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu? est devenu un film entier, avec un ennemi unique désigné, dont on pourra cette fois «rire de» plutôt que «rire avec» puisqu’il est probable qu’une majorité de roms vivant en France ne dépensent pas leur argent pour se faire humilier sur grand écran ce printemps.

L’idée n’est donc pas d’aller draguer les spectateurs de la communauté vivant en France, comme ce fut le cas de celle portugaise avec La Cage dorée (Ruben Alves, 2013), ou de se réjouir qu’ils se rendent dans les salles même si ce n’était pas calculé (on pense en particulier aux Hmongs, petit boost surprise de Gran Torino de Clint Eastwood en 2008).


Dans le cas de À bras ouverts, la moquerie semble donc se faire dans le dos des roms. Le portrait est de surcroit tellement rabaissant qu’il invite même à la comparaison entre le film et Les visiteurs. Seulement, tant que le voyage dans le temps n’existera pas et ne fera pas de nos ancêtres nos contemporains, on pourra se permettre de se moquer d’eux...

«On est chez nous!»

Alors que, dans le cas présent des Roms, franchir une frontière non pas temporelle mais spatiale pour mieux humilier ses voisins, faire fi des persécutions qu’ils subissent, se désintéresser complètement de leurs us et coutumes (ah si pardon, j’oubliais le civet de hérissons...) et se concentrer uniquement sur les clichés les plus odieux, ça, c’est inacceptable. Et le plus révoltant, c’est ce que l’on ne parviendra pas même à dire avec assurance que «l’enfer est pavé de bonnes intentions» à l’endroit de Philippe De Chauveron.

La question doit néanmoins se poser, comme toujours. Prenons l’exemple de Just the wind (Benedek Fliegauf, 2012), film autrement moins léger que À bras ouverts, revenant sur le meurtre d’une famille entière de roms en Hongrie en 2009. Un carton au début du film dénonce l’injustice, et sert dès lors de parade pour le réalisateur, puisque sur le papier ses intentions sont dès lors officiellement bonnes. Or, par sa mise en scène, Fliegauf montre par la suite les personnages comme vils, répugnants, fainéants voire responsables de leurs supplice (c’est l’un d’entre eux qui provoque gratuitement la seule bagarre du film), et ne les filmera dignement que dans la mort.


Et bien chez Philippe De Chauveron, c’est la même chose, ce sont finalement des décisions esthétiques et narratives qui expriment ce que la seule comédie ne pensait pas dire. C’est là que se pose la traditionnelle question de la distinction entre le discours des personnages et celui du film. Lorsque Daphné hurle «On est chez nous!», il est possible que De Chauveron se moque seulement des relents estampillés FN de quelqu’un se réclamant de gauche. Il va pourtant apposer son propre discours sur celui des personnages.

Le réalisateur met en place une sorte de système faisant que les dires de ses personnages de gauche faussement progressistes se révèlent presque systématiquement contredits par l’image. Un exemple: Fougerole cherche à convaincre le maire de sa ville que les Roms sont victimes de clichés infamants, cut, plan suivant, la mère bien portante de Babik tient en laisse un énorme cochon, partant en promenade. Second exemple: Fougerole est sur son lit devant la télévision et insulte bassement l’élu d’extrême droite à l’écran, ceci déclenche automatiquement l’arrivée des «Babik» à l’intérieur de sa maison, souhaitant utiliser ses toilettes, sous-entendu et gag attendu: le début des emmerdes.

Fougerole est en quelques sortes puni, le cut et le champ-contrechamp font le travail: à peine a-t-il reproché à demi-mot le racisme de son ennemi politique que le film lui donne tort, c’est bien le politique d’extrême droite qui a raison, celui qui sait mieux que Fougerole que les Roms, ces vampires, ne risquent pas de s’arrêter au seuil du foyer. On n’est plus chez nous...

À droite toute!

Le plus gênant dans À bras ouverts, c’est bien cela, c’est qu’il donne systématiquement raison au personnage d’extrême droite. L’élu s’appelle Barzach, ce qui sonne un peu comme Forbach, fief de Florent Philippot, mais peut-être n’est-ce qu’un hasard. Il faut aussi dire qu’il est jeune, et qu’il est homosexuel, mais là encore, possible qu’il ne s’agisse que d’une coïncidence de caractérisation plutôt qu’une inspiration. Que ce soit le cas ou non, il y a là une volonté de rajeunir et de revaloriser l’image historiquement étriquée de l’extrême droite française, a contrario de la gauche incarnée par Fougerole, profondément ridiculisée. L’homme est plus vieux, moins séduisant, libidineux et maladroit, et plus que tout, c’est un menteur.

Et cela, Philippe De Chauveron ne l’indique non pas uniquement au détour de cuts assassins mais de façon plus diffuse. On le comprend quand Barzach nous dit que Fougerole accueille avec une feinte générosité les «Babik» pour mieux «vendre sa soupe», et que cela s’avère, puisqu’effectivement l'intellectuel pense aux ventes de son dernier essai en premier lieu. Idem quand Barzach nous dit qu’il est «démago», l’attitude de Fougerole dans le film tendra à le prouver de plus en plus clairement au fil du récit.

Si l’on peut arguer que la pensée politique d’extrême droite est bel et bien différente des autres, plus nocive et nauséabonde, certains spectateurs jugeront acceptable et même bienvenu qu’un parti nationaliste ait voix au chapitre au travers d’un film, «pour une fois». Ils peuvent le penser, mais on peut aussi estimer qu’il en va de la responsabilité des producteurs et distributeurs, et surtout avec un «timing» ostensiblement seyant, de ne pas livrer aux spectateurs des comédies aux discours rances et à ce point hostiles aux minorités, faisant le lit de l’extrême droite.

En début d’année, Si j’étais un homme d’Audrey Dana a déjà été accusé de transphobie, depuis quelques semaines Gangsterdam a lui été accusé d’homophobie, de misogynie et de prôner la culture du viol (sortie le 29 mars).

Avec sa représentation proprement inacceptable de la communauté rom, À bras ouverts s’ajoute à ce corpus et invite, plus encore qu’à souhaiter son insuccès, à espérer un éveil moral des décideurs au-delà même des auteurs et connaître au plus tôt une nouvelle mue de la comédie française.

Hendy Bicaise
Hendy Bicaise (9 articles)
journaliste
cinémaRomsracisme
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte