France

Voyage dans la macronie

Temps de lecture : 2 min

La journaliste du Monde Florence Aubenas a sillonné les routes de France à la rencontre d'une France en marche!

Emmanuel Macron en meeting à Strasbourg, le 4 octobre 2016 | PATRICK HERTZOG / AFP
Emmanuel Macron en meeting à Strasbourg, le 4 octobre 2016 | PATRICK HERTZOG / AFP

«Et d’un coup, la France ressemble à la Grand-Rue de Rocamadour, un côté ombre, un côté soleil, un qui veut y croire, l’autre qui veut tout renverser.» Et si c’était ça, le phénomène Macron? Ce côté de la rue qui veut encore y croire? Ou plus précisément qui en a encore les moyens? De Rocamadour donc à Lyon en passant par Metz ou Nice, la plus célèbre plume du Monde, Florence Aubenas, est partie trois mois sur les routes de la macronie. Des petits «macronland» dont le quotidien publie la minutieuse description, dans un texte qui en laissant la parole aux supporters du leader d’En Marche !, révèle beaucoup des ressorts de l’attraction qu’il exerce.

Les supporteurs de Macron? «Des M. et Mme Tout-le-Monde, plutôt classe moyenne, hors radars qui ont surpris leurs amis en s’entichant de politique», écrit la journaliste, qui en dresse un portrait assez contrasté. Moins que l’appartenance aux mêmes milieux sociaux, ce qu’ils ont en commun est une envie de «positif», une énergie qui pousse à intervalles réguliers les citoyens peu politisés à soutenir un nouveau venu. Les parallèles avec la campagne de 2007 de Ségolène Royal sont nombreux. À quelques nuances près. Cet ancien soutien de Ségolène Royal, qui tracte désormais pour Macron, le formule ainsi:

«Ségolène touchait des gens simples, travaillant dur, souffrant à la fin du mois. Macron, non. Il parle à ceux qui sont installés, ou ambitionnent de l’être. Les déçus de la politique, oui, pas les désespérés.»

Comme cette jeune femme, qui s’apprête à voter Macron et lâche à sa mère: «Si ça marche pas, je pars au Canada»? Comment si ses élites actuelles ou futures donnaient à la France sa dernière chance avant d’abandonner le navire pour de bon.

Slate.fr

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters