France

On voit bien qu'Emmanuel Macron n'a jamais bossé à Pôle Emploi, lui

Titiou Lecoq, mis à jour le 24.03.2017 à 15 h 34

Sinon, il ne raconterait pas autant d'âneries dans son programme.

NICOLAS TUCAT / AFP

NICOLAS TUCAT / AFP

Comme j’essaie d’être une citoyenne sérieuse, je regarde les débats à la télé, j’écoute les discours, et même je lis les programmes des candidats. Et puis, j’essaie de me faire un avis puisque, après tout, avec le régime démocratique, c’est ce qu’on me demande. Mais c’est difficile de se faire un avis quand on n’y connaît rien. Heureusement, on a tous un petit domaine d’expertise, alors on se focalise sur une ou deux mesures qu’on a à peu près l’impression de comprendre. 

Par exemple, j’ai essayé de m’intéresser au programme d’Emmanuel Macron. Je me suis concentrée sur ses propositions pour les chômeurs. C'était compliqué parce qu'en fait, il dit des choses différentes selon les jours. Il veut que l’allocation chômage soit étendue à ceux qui décident de démissionner. Mais (parce que c’est «donnant-donnant» –avec notre fric quand même, soyons clairs, en vrai il ne donne rien–) l’allocation sera supprimée si on refuse plus d’une offre d’emploi. (Précision  tous les journaux citent E. Macron lui-même «vous pouvez refuser une offre d'emploi, pas deux, sinon vous sortez du système», mais dans son programme, il y a écrit «si plus de deux emplois décents sont refusés les allocations seront suspendues». Il se trouve que ça, c'est déjà la règle. Donc j'imagine que sa nouveauté c'est le passage à un seul refus.) Et après tout, c’est vrai, s’ils veulent vraiment travailler, pourquoi ils refuseraient un boulot? 

«C'était un peu déprimant comme job»

Il se trouve que j’ai bossé à l’ANPE, l’ancêtre de Pôle Emploi. (Oui, j’ai 170 ans.) (C’était sous le gouvernement Jospin.) C’était un job d’été, et j’étais ce qu’on appelle un agent-volant. Dans ce genre d’administration, «agent-volant», ça veut pas dire que vous êtes doté de superpouvoirs mais simplement que vous allez passer 90% de votre journée debout. Volant = pas de chaise. Évidemment, je ne faisais pas de rendez-vous avec des chômeurs, rapport au fait que je n’avais suivi aucune formation. 

C’était un peu déprimant comme job. J’étais aux fins fonds d’une obscure banlieue parisienne. Quand j’arrivais le matin, trente minutes avant l’ouverture de l’agence, je voyais à travers la grille les silhouettes des «demandeurs d’emploi» qui étaient déjà là à attendre. Comme si on allait faire des miracles. 

Le vendredi après-midi, c’était plus cool. J’étais assise. L’agence était fermée et on avait d’abord une réunion où on nous annonçait nos chiffres. Et nos objectifs. (Parce que oui, on avait des objectifs chiffrés.) La cheffe de l’agence nous rappelait des trucs comme «l’entreprise XXX, ça ne sert à rien de lui envoyer des personnes de couleur, vous le savez bien, même si on ne peut pas le mettre sur l’annonce, ils ne veulent que des Blancs». Ou encore, je m’en souviendrai toute ma vie «les offres d’emploi de gardes de petits-enfants, gardez-les en priorité pour les Africaines, elles sont très fortes avec les bébés, c’est culturel». Bref. 

Le code sacré

 

 

Après, je devais m’installer devant un gros ordinateur. On m’avait donné des codes. Je les rentrais et là, je devais trouver du boulot à des gens. On était le vendredi aprèm, j’avais à peine l’âge de voter, et je devais faire ça. En vrai, trouver du boulot à des gens, ça voulait dire faire correspondre des chiffres. D’un côté, chaque demandeur d’emploi avait été doté d’un code de métier choisi pendant son premier rendez-vous. Quelques années plus tard, je me suis retrouvée de l’autre côté, et j’ai compris à quel point les chômeurs ne se rendaient pas compte sur le coup de l’importance de ce code.

En vrai, il y a plein de cas où l’on ne se retrouve pas exactement dans l’intitulé du métier. Mais bon, le conseiller est pressé (il a un quota de gens à voir), il nous fait comprendre qu’on chipote un peu, on dit «bon, bah ok, va pour...» et on se retrouve avec le code. (Moi, j’étais tombée sur un conseiller qui m’avait dit avec enthousiasme: «Voilà! Je vous ai trouvée!». J’avais hésité à lui dire qu’il ne m’avait pas trouvée, qu’il avait trouvé un vague intitulé qui pouvait faire penser à une partie du boulot que je faisais, et puis j’avais pensé à ses propres conditions de travail, détestables, et j’avais laissé tomber.) 

Bref. Le demandeur d’emploi s’est donc vu attribué un numéro de profession. Il n’y a pas forcément accordé une grande importance. Il a pu se dire que c’était encore la passion dévorante de l’administration française pour les nomenclatures. Et puis, des numéros, on en a tellement dans la vie, un de plus, bon. 

«Vous imaginez pas ce qu’ils m’ont proposé ces cons»

Ce qu’il ne sait pas, c’est qu’ensuite, un vendredi aprèm, une gamine non formée se retrouvait avec un listing de gens à caser, et d’emplois à proposer. Et que la correspondance entre les deux numéros suffisait pour que je lui envoie l’offre d’emploi. Évidemment, on m’avait dit de faire attention aux distances. Mais clairement, je n’étais pas capable de bien faire ce boulot. Avec seulement les chiffres et deux notations sur le dossier, je ne me rendais pas compte si l’offre d’emploi correspondait au profil de la personne que je n’avais jamais rencontrée. Mais je devais quand même envoyer les offres. 

Ensuite, j’imagine que l’intéressé/e ouvrait l’enveloppe, regardait, chiffonnait le papier avec un peu de rage parce que ça ne lui allait pas du tout, le balançait à la poubelle avant d’aller voir ses amis pour leur dire «Vous imaginez pas ce qu’ils m’ont proposé ces cons». 

Après, l’ordinateur me sortait la liste des demandeurs d’emploi à qui j’avais envoyé trois offres et qui n’avaient pas répondu ou refusé et ils étaient radiés. Radiés = plus d’allocation. Ils devaient demander à être réinscrit. (En général, la radiation durait un mois.)

La politique du chiffre

Vous me direz, il y avait un truc qui tournait bien dans l’affaire: la stabilité de notre nombre de radiés. Parce que les radiés, ils sortaient des chiffres officiels. Or, on avait en permanence un stock de gens radiés. Si on s’était mis à radier moins de gens, on aurait eu plus de chômeurs officiels. Et les directives du ministère, elles étaient claires. On nous les rappelait tous les vendredis après-midi, les chiffres devaient baisser. Jamais augmenter. Du coup, la cheffe donnait aussi des objectifs de radiation. Vraiment bien foutu ce système. À part que mes collègues semblaient tous au bord de la dépression nerveuse.

Ça, c’était l’ANPE, c’est sûrement très différent à Pôle Emploi… (Par exemple, ce n’est plus à partir de trois refus que l’on radie mais de deux, avec une exception: on a le droit de refuser un emploi nécessitant de travailler le dimanche.) 

Revenons donc à la proposition d’Emmanuel Macron. Il ne peut pas se rendre compte de ce que ça signifie son truc. Il faudrait démultiplier les moyens de Pôle Emploi. Parce que le droit de refuser une seule proposition, ça veut dire le droit à aucune erreur de la part de Pôle Emploi. Et bizarrement, dans son annonce, je n’ai pas trouvé les moyens humains et financiers qu’il allait mettre.

Vous allez me dire, ou il me dirait que les chômeurs peuvent contester leur radiation. Bien sûr. Mais en attendant, ils ne touchent plus rien. Et quand on est déjà fragile économiquement, c’est la catastrophe. Sans compter que ce discours renforce le processus de culpabilisation des chômeurs.   Pour avoir une idée de la charge et l’ambiance de travail pour les conseillers Pôle Emploi, un article du Figaro de février dernier.

Ce texte est paru dans la newsletter hebdomadaire de Titiou Lecoq. Pour vous abonner c'est ici. Pour la lire en entier:

 
Titiou Lecoq
Titiou Lecoq (177 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte