Économie

Volkswagen s'allie à Suzuki

Temps de lecture : 2 min

Les grands manœuvres s'accélèrent dans l'industrie automobile mondiale. Après l'annonce d'un rapprochement entre PSA et Mitsubishi, c'est au tour de Volkswagen de nouer une alliance avec le constructeur japonais Suzuki.

Volkswagen AG, le premier constructeur automobile européen, a accepté de prendre 19,9% du capital de Suzuki Motor Corp. pour 222.5 milliards de yens soit 1,7 milliard d'euros. L'opération sera réalisée en janvier selon un communiqué publié par Suzuki dont l'action bondissait mercredi 9 décembre de plus de 3,5% à la Bourse de Tokyo tandis que le titre Volkswagen progressait de plus de 2% à la Bourse de Francfort.

Le principal objectif pour Volkswagen est de profiter du poids de Suzuki en Inde et de sa spécialisation dans les petits véhicules rustiques pour être beaucoup plus présent sur ce marché prometteur. Les ventes de voitures particulières en Inde ont augmenté de 61% le mois dernier, leur plus forte progression en cinq ans. Le constructeur japonais via sa filiale Maruti Suzuki India fabrique la moitié des véhicules vendus dans le pays.

Le patron de Volkswagen, Ferdinand Piëch, qui vient de boucler le rachat de 49,9% de Porsche, avait déjà évoqué en septembre lors du salon automobile de Francfort son intérêt pour Suzuki. Les deux constructeurs négocieraient depuis le mois. VW a demandé la semaine dernière à son Conseil d'administration l'approbation de ses actionnaires pour une augmentation de capital supérieure à ce qui est nécessaire pour l'achat des seuls titres Porsche. Porsche deviendra la dixième marque du groupe allemand qui selon Ferdinand Piëch a pour ambition d'avoir à terme au moins deux marqués supplémentaires.

Volkswagen, qui est déjà le deuxième constructeur étranger en Chine, entend prendre aussi et rapidement une position forte sur le marché indien tandis que la demande stagne sur les marchés automobiles matures d'Europe et d'Amérique du nord. Le marché chinois devrait ainsi pour la première fois cette année devenir le premier au monde par le nombre de véhicules commercialisés devant celui des Etats-Unis. Les ventes ont progressé en Chine de 42% au cours des onze premiers mois de l'année.

Une alliance entre Volkswagen et Suzuki devrait selon Koji Endo, cité par l'agence Bloomberg et qui dirige le bureau d'études Advanced Research Japan à Tokyo, «être une sérieuse menace» pour la domination mondiale de Toyota, le premier constructeur mondial dont l'axe de développement se trouve aussi en Chine et en Inde.

[Lire l'article complet sur Bloomberg]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-la à infos @ slate.fr

Image de Une: Le stand Suzuki lors du salon automobile de Tokyo Issei Kato / Reuters

Newsletters

Le président du Salvador veut utiliser le bitcoin comme monnaie légale

Le président du Salvador veut utiliser le bitcoin comme monnaie légale

Environ un quart des Salvadoriens vivent aux États-Unis et transmettent des sommes d'argent dans leur pays d'origine.

Un naufrage au large du Sri Lanka provoque une catastrophe écologique et économique

Un naufrage au large du Sri Lanka provoque une catastrophe écologique et économique

Des millions de palets de plastique se répandent sur les plages de l'île.

Les économistes jouent à se faire peur avec le grand retour de l'inflation

Les économistes jouent à se faire peur avec le grand retour de l'inflation

Après un plongeon en 2020 en raison de la pandémie, l'activité économique repart à vive allure et les plans de relance américains la stimulent au-delà du nécessaire. Des économistes réputés redoutent une flambée des prix.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio