France

Le PS empêtré avec Georges Frêche

Slate.fr, mis à jour le 09.12.2009 à 10 h 13

Le Parti socialiste a «pris acte» du vote des adhérents de la région Languedoc-Roussillon qui ont plébiscité Georges Frêche jeudi 3 décembre à près de 90% lors du vote sur les listes pour les élections régionales. Le PS ne proposera pas d'investiture officielle, ni de liste alternative à celle du président sortant de la région, qui a été exclu du parti en 2007.

Christophe Borgel, secrétaire national du PS aux élections, a déclaré: «Nos militants, le 1er octobre, puis le 3 décembre dans leur grande majorité, ont formulé un choix, avec dans l'Hérault Georges Frêche [...] Nous avons cherché une autre solution [mais] nous avons estimé au BN [bureau national] qu'il fallait trancher ce débat.»

Au lendemain du vote des adhérents, le conseiller régional du PS Paul Alliès avait prévenu: «Les adhérents se sont prononcés sur le cas de Frêche, qui apparaissait comme la tête de liste alors qu'il est exclu! Pour le PS, c'est une irrégularité. Pour nos partenaires de gauche, c'est carrément un casus belli.» Les communistes et les verts avaient en effet annoncé leur intention de présenter des listes séparées en cas de candidature de Frêche, exclu du PS en 2007 après des propos controversés sur les harkis et la proportion de noirs dans l'équipe de France de football.

Dans un entretien à Montpellier Journal, Alliès précise bien que le PS n'entérine pas la candidature de Frêche: «le PS prend acte - mais ne ratifie pas, c'est un détail juridique [...] après le constat qu'il n'y a pas eu d'accord de toute la gauche pour une liste sans Frêche, le PS considère qu'il n'y a pas de liste en dehors de celles qui ont été ratifiées dans les départements.»

Malgré ces précisions, Le Figaro n'hésite pas à titrer «Le PS entérine la candidature de Frêche». Le Monde va encore plus loin, titrant «Georges Frêche sera le candidat du PS aux élections régionales en Languedoc-Roussillon». Le journal de Montpellier précise que «la phrase clé "Nous ne proposerons pas à la Convention nationale de donner l'investiture nationale à Georges Frêche. Et nous ne proposerons pas un autre dispositif, car sans nos partenaires, ce serait ajouter de la division"avait disparu du site du Figaro à minuit», captures d'écran à l'appui.

[Lire l'article complet sur montpellier-journal.fr]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Georges Frêche, Wikimedia Commons

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte