FranceCulture

Les 4e Gérard (injustes et bornés) de la télévision

Titiou Lecoq, mis à jour le 08.12.2009 à 19 h 35

Ce que vous faites dans votre salon, ils en ont fait une cérémonie.

Nul besoin de mener une étude sociologique de grande ampleur pour supposer que dans 100% des foyers français équipés d'un poste de télé l'une des activités favorites consiste à dire du mal de la télé. En général, on commence par râler contre les programmes, parce que tous les soirs cinq épisodes des «Experts» ça commence à faire beaucoup, puis on médit sur le thème d'une probable anorexie de la présentatrice météo, on se plaint des couloirs de pubs, on secoue la tête devant Eric Zemmour. Tous les téléspectateurs ont en eux quelque chose du personnage interprété par Michel Galabru dans «Kamikaze», un acariâtre qui, exaspéré par les speakerines, met au point un appareil les tuant à travers l'écran de la télé.

Ce jeu de massacre, c'est un peu celui que mettent en scène depuis quatre ans les Gérard de la télévision, une cérémonie récompensant le pire du PAF selon un principe simple: dire des horreurs sur la télé sans se prendre au sérieux. Une position qui a failli déraper cette année avec l'annonce d'un «Gérard du Noir qui fout vraiment la honte aux autres Noirs». (Pour info, étaient nommés: Doc Gynéco dans Next made in France,Virgin 17, Magloire dans La Folle route, TF6, FX dans Secret story, TF1, et Vincent McDoom dans La Folle route -TF6). Mais devant la polémique qui enflait, l'académie a décidé de retirer cette catégorie controversée.

Arte épinglée. Aussi.

Plus que les lauréats, ce qui est représentatif de l'état de la télé aux Gérard, ce sont les intitulés des catégories: ce sont eux qui verbalisent ce qui énerve dans le petit écran. (Comme le Gérard de l'émission où on mange des vers). Ces intitulés changent chaque année et s'attaquent en priorité aux animateurs — à l'instar de tous les téléspectateurs. Aux Gérard, personne n'est épargné. Alors qu'on pourrait penser que le jury (dont je me dois d'annoncer que je suis membre) s'acharnerait sur les produits TF1, cible éternelle des critiques en matière télévisuelle, on trouve une grande variété et nulle discrimination. Tout le monde en prend pour son grade.

Arte a droit à son Gérard personnel «Gérard du titre d'émission d'Arte qu'on comprend pas, alors qu'il est même pas en allemand» (gagnant: «Les Chevaux du toit du monde»). Canal +, qui a toujours occupé une place à part dans le PAF (ne serait-ce que pour son fameux esprit), est très bien représentée dans le palmarès: Michel Denisot remporte le «Gérard de l'animateur à qui plus personne ne veut faire la bise parce qu'à force de lécher le cul de ses invités, il a une haleine de tout à l'égout» et Pauline Lefèbvre, la miss météo du Grand Journal, celui de «l'émission censée être humoristique mais pendant laquelle tu rigoles encore moins qu'avec une Théma d'Arte sur les camps de concentration».

Oui, c'est méchant, c'est gratuit — et ils l'assument, comme le prouve le titre de leur Dictionnaire injuste et borné de la télévision. C'est aussi un moyen de rappeler que la télévision, qui occupe tout de même un temps considérable dans la vie quotidienne des Français et reste un milieu professionnel pas vraiment connu pour son sens de l'humilité, peut aussi être un simple objet de dérision.

Auto-dérision

Si les Gérard ne bénéficient pas encore de l'aura de leur ancêtre américain, le nombre de participants augmentent chaque année et quelques animateurs viennent désormais chercher leur récompense — un mouvement qui devrait s'amplifier lors des prochaines éditions, quand les professionnels de la télé calculeront le potentiel sympathie que peut justement leur apporter une preuve d'autodérision. Lors de l'édition 2008, Valérie Damidot et Cécile de Minibus étaient présentes. Lundi soir, Patrick Sébastien ainsi que Tex étaient là. Sébastien est d'ailleurs monté sur scène pour se plaindre d'être toujours nommé mais jamais gagnant. Et pourtant, comme il l'a lui-même lucidement souligné, il était incompréhensible que nommé l'année précédente dans la catégorie de l'animateur le plus lourd il soit reparti bredouille.

A l'inverse, Tex était assuré de remporter un trophée puisqu'il bénéficiait cette année d'une catégorie pour lui tout seul: le Gérard de la pire imitation d'un accent étranger par Tex dans les Z'amours. Il a prononcé quelques mots totalement incompréhensibles avant de repartir avec son parpaing d'or. Personnellement, il m'a semblé qu'il criait «vitrine» ce que j'ai compris comme une blague (absurde?) sur le fait qu'il avait un parpaing entre les mains et qu'il allait se livrer à des actes de vandalisme.

Mais la vraie surprise s'est produite au moment du Gérard de la chaîne de télé «pourrave planquée bien au fond de ton bouquet satellite, sur laquelle tu tombes soit car tu t'es assis accidentellement sur ta télécommande, soit car tu es en pleine descente de crack, soit car tu es rubriquard dans une émission de décryptage des médias, soit car tu as une passion déviante pour les pneus de tracteur». A l'annonce du vainqueur, Powertürk TV, un homme un peu timide s'est levé et est monté sur scène. Frédéric Royer, un des animateurs de la soirée, l'a regardé avec stupéfaction avant de lui demander «mais vous êtes qui?». C'était donc un des patrons de Powertürk TV qui a gentiment remercié pour cette récompense.

Titiou Lecoq

La liste des gagnants :

Gérard de l'animateur de compagnie

  • Patrice Carmouze

Gérard de l'animateur à qui plus personne ne veut faire la bise parce qu'à force de lécher le cul de ses invités, il a une haleine de tout à l'égout.

  • Michel Denisot dans le Grand Journal, CANAL +

Gérard du titre d'émission d'Arte qu'on comprend pas, alors qu'il est même pas en allemand

  • Les Chevaux du toit du monde

Gérard de l'émission présentée par un animateur à mocassins sans chaussettes, pull noué sur les épaules, coiffure Jean-Louis David, bronzage Roland-Garros

  • L'Objet du scandale avec Guillaume Durand, FR2

Gérard du Gérard qu'on aimerait bien remettre à Thierry Ardisson

  • Gérard de l'animateur qui se glorifie tous les dimanches de fumer des gros oinj' d'africaine parce que ça lui fait oublier qu'il a 60 ans. Soixante, eh oui. Soixante.

Gérard de la pire imitation d'un accent étranger par Tex dans les Z'amours

  • L'accent camerounais dans « Ah didon, je vais te manger, là didon. »

Gérard du gros has been qu'on a récupéré dans les poubelles du PAF pour lui donner une dernière chance et bizarrement, c'est toujours aussi ringard

  • Patrick Sabatier dans Mot de passe, FR2

Gérard de l'émission censée être humoristique mais pendant laquelle tu rigoles encore moins qu'avec une Théma d'Arte sur les camps de concentration

  • La météo de Pauline Lefèbvre, CANAL+

Gérard du meilleur costume

  • Ariel Wizman, pour l'ensemble de son oeuvre dans l'Edition spéciale, CANAL+

Gérard de l'invité idiot

  • Geneviève de Fontenay

Gérard de l'émission où on mange des vers

  • Un dîner presque parfait spécial Corse, M6

Gérard de la réalisatrice qui bénéficie le mieux des réseaux de son mari

  • Arielle Dombasle, dans le clip de sa chanson Extraterrestre

Gérard de la chaîne pourrave planquée bien au fond de ton bouquet satellite, sur laquelle tu tombes soit car tu t'es assis accidentellement sur ta télécommande, soit car tu es en pleine descente de crack, soit car tu es rubriquard dans une émission de décryptage des médias, soit car tu as une passion déviante pour les pneus de tracteur

  • Powertürk TV

Gérard de l'animatrice tête à claque

  • Faustine Bollaert, dans Vivement dimanche, FR2

Gérard de l'animateur tête à claque

  • Michel Drucker, dans Vivement dimanche, FR2

Gérard de l'animateur qu'on confond toujours avec un autre animateur

  • Laurent Bataille & Pascal Fontaine

Image de Une : Arnaud Demanche, Frédéric Royer, Stéphane Rose, DR, Paris Première

Titiou Lecoq
Titiou Lecoq (197 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte