Santé / Égalités

La pilule contraceptive protège les femmes de certains cancers

Temps de lecture : 2 min

Selon une étude menée par l'université d'Aberdeen, les femmes qui ont pris la pilule sont moins susceptibles de développer un cancer des intestins, un cancer de l'endomètre ou un cancer des ovaires.

/
Philippe Huguen / AFP

Difficile de savoir précisément où nous en sommes avec la pilule contraceptive féminine: entre ses effets secondaires psychiques nocifs et ses scandales sanitaires. Parmi les rares effets positifs, outre sa fonction contraceptive première, voici les résultats d’une étude menée par des chercheurs de l’université d’Aberdeen, en Écosse: les femmes qui ont pris la pilule contraceptive sont protégées de certains types de cancers trente ans après qu’elles aient arrêté de la prendre.

«Celles qui l’ont prise pendant leurs “années reproductives” sont moins susceptibles de développer un cancer des intestins, un cancer de l’endomètre ou un cancer des ovaires par rapport aux femmes qui n’ont jamais pris la pilule», résume The Guardian.

«Aucune preuve de risques»

L’étude, dirigée par la doctoresse Lisa Iversen, s’est établie sur une (très) longue durée: commencée en 1968, elle s’est achevée après le suivi continu de 46.000 femmes pendant quarante-quatre ans. «C’est parce que cette étude a duré si longtemps que l’on est capable de voir les effets à très long terme –s’ils existent– de la pilule», explique Lisa Iversen.

«Aussi, nous n’avons trouvé aucune preuve de risques de développer un cancer chez les femmes plus âgées», ajoute t-elle.

L’étude a été financée par le Conseil de recherches médicales britannique, l'Imperial Cancer Research Fund et la British Heart Foundation, précise le Guardian.

Slate.fr

Newsletters

Commotions cérébrales: l'ovalie jusqu'à la folie

Commotions cérébrales: l'ovalie jusqu'à la folie

Une étude médicale sans précédent démontre que les commotions cérébrales augmentent le risque futur d’affections neuro-dégénératives et de maladie d’Alzheimer. Dans le même temps, le jeu de rugby devient de plus en plus violent.

Que faire pour les 20% de la population souffrant d'au moins une maladie mentale?

Que faire pour les 20% de la population souffrant d'au moins une maladie mentale?

La stigmatisation des malades mentaux continue à contrarier la prise en charge de beaucoup d'individus.

Vous avez mal, mais aucune raison d'avoir mal. On vous explique

Vous avez mal, mais aucune raison d'avoir mal. On vous explique

À l'origine de ces souffrances qui empoisonnent la vie sans qu'on sache vraiment d'où elles viennent.

Newsletters