Santé

Un hôpital new-yorkais recommande du Beyoncé et «Stayin' alive» pour sauver des vies

Temps de lecture : 2 min

L’Hôpital Presbytérien de New York a récemment publié une playlist spotify pleine de titres propices à la pratique d’une bonne réanimation cardio-respiratoire.

Journée de lancement de la campagne pour la RCR de l'American Heart Association, le 5 juin 2012 / Mike Coppola / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Journée de lancement de la campagne pour la RCR de l'American Heart Association, le 5 juin 2012 / Mike Coppola / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

«Stayin’ alive» n’a probablement jamais aussi bien porté son nom. Selon un article de Quartz, la chanson qui enjoint à «rester en vie» fait désormais partie d’un panthéon de morceaux prisés par les médecins cherchant à diffuser la connaissance des gestes d’une réanimation cardio-respiratoire (RCR).

Déjà en 2015 des associations comme l’American Heart Association ou la Croix-Rouge américaine faisaient la promotion du hit disco afin d’aider à apprendre le rythme des pressions à effectuer sur la cage thoracique.


Certes, des voix s’élèvent de plus en plus pour affirmer l’idée assez hétérodoxe que la RCR ne serait pas vraiment utile pour les arrêts cardiaques –voire même dangereuse– mais cela reste pour le moment confiné au débat scientifique.

La réanimation cardio-respiratoire est toujours massivement enseignée, et cet hôpital de New York a décidé de diffuser une playlist Spotify afin de le rendre plus facile. La caractéristique commune de toutes ces chansons, qui vont de «Stayin’ alive» des Bee Gees à «Rock your body» de Justin Timberlake en passant par un vaste spectre des genres musicaux, est d’avoir un tempo de 100-bpm (battements par minute).

Pourquoi 100 bpm? Tout simplement parce qu'il faut administrer des compressions sur le sternum à une telle vitesse. Mais nous ne sommes pas des machines, et sans métronome, il est difficile de se caler sur un rythme. Pas de soucis, répondent les médecins de cet hôpital: il suffit de se passer un bon «Who’s That Girl» de Madonna ou encore «Crazy in love» de Beyoncé et de calquer ses mouvements sur leur rythme! Il arrive, par ailleurs, assez souvent que des chirurgiens opèrent en musique.

Slate.fr

Newsletters

Pour une femme tocophobe, la naissance de son enfant n’est pas un heureux événement

Pour une femme tocophobe, la naissance de son enfant n’est pas un heureux événement

La peur pathologique de la grossesse peut entraîner des complications au cours de l’accouchement et/ou après la naissance.

Regarder du porno n'est pas un problème

Regarder du porno n'est pas un problème

Des décennies de méfiance paranoïaque ont failli faire ranger l’addiction au porno parmi les pathologies officiellement incluses dans la Classification internationale des maladies. Heureusement, l’Organisation mondiale de la santé ne s’y est pas trompée.

«Quand je suis tombée malade, j’ai senti que mon corps ne pourrait pas endurer pire»

«Quand je suis tombée malade, j’ai senti que mon corps ne pourrait pas endurer pire»

Sur les 54 000 nouveaux cas annuels de cancers du sein, 10% touchent des femmes de moins de 40 ans. L’association Jeune et Rose leur est dédiée.

Newsletters