France

Quand le prestigieux magazine Time visite la France de Marine Le Pen

Repéré par Florian Adam, mis à jour le 21.03.2017 à 19 h 16

Repéré sur Time

Donald Trump n'est pas loin…

 Marine Le Pen (FN) prononce un discours lors d'un meeting le 18 mars 2017 à Metz, Moselle. I Jean Christophe VERHAEGEN / AFP

Marine Le Pen (FN) prononce un discours lors d'un meeting le 18 mars 2017 à Metz, Moselle. I Jean Christophe VERHAEGEN / AFP

Marqué par l’élection de Donald Trump, le magazine Time a traversé l’Atlantique pour s'intéresser à la montée du parti de Marine Le Pen. Direction Amiens, dans la Somme, où le taux de chômage est élevé et l’industrie en déclin. La ville a appris récemment la fermeture fin juin prochain de l’usine de sèche-linge Whirlpool, les propriétaires privilégiant la Pologne en raison des coûts de production. Environ 200 salariés pourraient perdre leur emploi, trois ans après la fermeture du site Goodyear à Amiens laissant plus d’un millier de personnes sans emploi.

Dans une région de plus en plus acquise aux thèmes de campagne de Marine Le Pen, le spectre de la victoire de Donald Trump n'est pas loin, à en croire le magazine américain qui multiplie les comparaisons. Ces «départements délaissés» font penser à l'Ohio, la Pennsylvanie et le Michigan, ces États de la Rust Belt («la ceinture de la rouille») victime du déclin industriel, qui ont permis à Donald Trump de remporter l’élection.

Marine Le Pen, comme le président américain avec son «America First», conduit aussi une stratégie du «France first», défendant le «peuple de France contre le dictat de Bruxelles». Les attaques de la candidate frontiste sur les liens supposés d’Emmanuel Macron avec le milieu financier ne sont également pas sans rappeler celles de Trump à l’encontre d’Hilary Clinton et de la banque Goldman Sachs. Les analogies, plus ou moins justifiées, sont tentantes pour faire comprendre à un lectorat américain la situation économique et politique de la France.

«La France d’abord, les autres après»

Le magazine Time nous décrit un pays qui n’a «quasiment aucune croissance» depuis des années et avec une classe politique «réduite» et «renfermée sur elle-même», passant de la droite à la gauche. Une campagne inédite plombée par les affaires de François Fillon et les emplois fictifs, mais aussi les affaires de Marine Le Pen, soupçonnée «d'escroquerie en bande organisée».

Le magazine Time illustre l’avancée des idées du FN dans cette région où les sympathisants de Marine Le Pen ne sont plus simplement confinés aux «chômeurs» et aux «racistes blancs» selon les «gens du coin». Certains ont émigré de la Côte d'Ivoire ou du Cameroun... Certains ont aussi longtemps voté à gauche, «comme au Michigan», ajoute le magazine Time.

Le grand-père de Jean-Pierre Gourdet, chef d’équipe qualité de 45 ans à l’usine de Whirlpool, qui travaillait dans la même usine votait communiste. Le petit-fils va ainsi «rompre avec la tradition familiale»«La France d’abord, les autres après». L’annonce de la fermeture de l’usine locale mobilise les troupes frontistes comme Éric Richermoz, 24 ans, qui tracte à la sortie de l’usine: «Le Front national est le seul parti qui donne de l’espoir dans ces élections.»

Les dirigeants du parti, dans leur stratégie de dédiabolisation, veulent rassurer sur les conséquences de l’élection de Marine Le Pen. Le Frexit et la sortie de l’euro ne mèneront pas à «l’apocalypse». Une perspective qui ne rassure pas la journaliste américaine. Convaincue qu’un outsider aura de grandes chances de l’emporter, elle conclut: «Voilà encore un autre pays européen entrant dans un terrain politique inconnu.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte